background preloader

Théories de la lecture

Facebook Twitter

Lecture. Enseigner la comprehension Goigoux Cebe. La lecture littéraire, des « pratiques du terrain » aux modèles théoriques. Devenir auteur de sa parole bucheton 2. Le sujet lecteur : une question pour la didactique du français. On peut dire que la question du sujet lecteur a fait retour en didactique notamment par la prise en compte de l’excès de formalisme dans l’approche des textes.

Le sujet lecteur : une question pour la didactique du français

Pour ma part, dans mes recherches sur la paraphrase (Daunay, 2002a et 2002b), j’avance que le rejet de la paraphrase est le signe d’un rejet de formes langagières par rapport aux textes littéraires (qu’il s’agisse de lecture ou d’écriture métatextuelle) qui sont pourtant avérées historiquement et dominantes socialement.

C’est à ce titre que j’ai pu avancer que le rapport formel au texte littéraire construit des normes qui peuvent marquer une exclusion du sujet lecteur. Tout le monde semble d’accord sur les effets pervers du formalisme et il n’est pas nécessaire de s’y arrêter longtemps. Simplement, rappelons que nous sommes dans une tendance lourde et séculaire : M. Que cette tendance au formalisme se soit accrue dans les trente dernières années est évident. Dans ses Conseils sur l’art d’écrire (1890), G. B. Comme exemple, J.

AFEF : Association Française des Enseignants de Français. Comptes rendus des conférences Lire le programme du colloque en PDF Lire aussi les CR de conférences en document Word téléchargeable Et le CR des ateliers en document Word téléchargeable Conférence d’ouverture Le numérique, une lexicographie troublée. Quelques publications de Paul MATHIAS : Éthique et solidarité humaine à l'âge des réseaux, Coll. La question que souhaite traiter Paul MATHIAS est celle des langages et des relations qu’ils entretiennent avec les langues. AHR_Sylviane_-_MCF_-_CSP_Contribution_362982.pdf. LyceeGT_Ressources_Francais_Explication_Laudet_182095.pdf. Conférence "Comment l'élève apprend" - Canopé de l'académie de Versailles.

Conférence « Comment l’élève apprend » de Daniel Favre, Docteur en neurosciences et professeur en sciences de l’éducation à l’université de Montpellier 2, faite lors du séminaire des inspecteurs de l’académie de Versailles le jeudi 18 novembre 2010 à l’auditorium de l’Internat d’excellence de Marly-le-Roi.

Conférence "Comment l'élève apprend" - Canopé de l'académie de Versailles

Daniel Favre Docteur d’État en neurosciences et docteur en sciences de l’éducation, Daniel Favre est professeur des universités en Sciences de l’éducation à l’IUFM de l’académie de Montpellier. Spécialiste reconnu des mécanismes cognitifs et affectifs de la violence, il a co-organisé en 1999 à la Villette l’expo « Le désir d’apprendre ». Auteur de Transformer la violence des élèves. Cerveau, motivations et apprentissage, (Dunod, 2007), il vient de publier Cessons de démotiver les élèves. 18 clés pour favoriser l’apprentissage (Dunod, 2010) et apporte l’éclairage des neurosciences sur les mécanismes d’apprentissage.

Université d'automne « La lecture et la culture littéraire au cycle des approfondissements » - Sommaire. Les actes de ce colloque sont publiés par la direction de l'Enseignement scolaire en collaboration avec le CRDP de Versailles dans la collection Les Actes de la DESCO.

Université d'automne « La lecture et la culture littéraire au cycle des approfondissements » - Sommaire

Les nouveaux programmes de l'école primaire, notamment ceux du cycle III, donnent une place particulièrement significative à l'initiation des élèves à la lecture et à la littérature. Il s'agit de former de jeunes lecteurs actifs, l'acte de lecture s'avérant à la fois créateur et vivant. La construction d'une première culture littéraire offre au jeune élève le moyen d'éprouver sa capacité à exercer sa liberté en éveillant son attention esthétique et en l'initiant au pouvoir émancipateur du livre. En octobre 2002, dans le cadre de ses universités d'automne, la direction de l'Enseignement scolaire a proposé d'accompagner ces orientations nouvelles.

La lecture littéraire, définitions et enjeux Les lectures en réseaux. Pratiquer_la_lecture_analytique_au_college_et_au_lycee.pdf. 011409ar.pdf. 071-090dufays.pdf. Les lectures littéraires : évolution et enjeux d'un concept. 1 Communication présentée à l'IUFM de Grenoble le 29 mars 2002.

Les lectures littéraires : évolution et enjeux d'un concept

Les textes du lecteur en situation scolaire / Jean-Louis Dufays - Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail) Introduction à la lecture, nouveaux programmes. L’art de la lecture au lycée. Lettres : Un ouvrage pour refonder la lecture littéraire au lycée.

En cours de français, en particulier au lycée, l’étude de textes littéraires est l’activité la plus courante, et selon certains la plus désolante : elle tend trop souvent à maintenir les élèves dans une distance avec les œuvres, qu’elle soit technique (analyser avec l’œil et les outils des « experts ») ou culturelle (admirer et sacraliser comme le font les « lettrés »).

Lettres : Un ouvrage pour refonder la lecture littéraire au lycée

D’autres postures, et donc d’autres pratiques de classe, sont-elles possibles ? Oui, et avec bonheur, démontre un ouvrage récemment publié sous la direction de Sylviane Ahr : « Vers un enseignement de la lecture littéraire au lycée ». On y trouve de nombreuses pistes, théoriques et pratiques, pour favoriser un rapport plus authentique à la littérature, donner plus de saveur aux savoirs, retrouver à l’Ecole « le plaisir du texte », peut-être aussi le goût de soi et des autres. L’élève comme sujet lecteur La lecture analytique, souligne Sylviane Ahr dans son introduction, place au centre le texte, et très rarement l’élève. Intervention-anne-vibert-lecture-vf-20-11-13.pdf. Umberto Eco : La coopération textuelle. Suivez-nous Eco La théorie de la coopération textuelle de Umberto Eco fait du lecteur une partie essentielle du processus de signification.

Umberto Eco : La coopération textuelle

Le texte construit un Lecteur Modèle capable d'actualiser les divers contenus de signification de façon à décoder les mondes possibles du récit. Ce lecteur remplit les multiples blancs du texte, jamais totalement explicite et ce, des simples inférences linguistiques aux déductions plus complexes s'étendant au récit entier. Ce texte peut être reproduit à des fins non commerciales, en autant que la référence complète est donnée : Lucie Guillemette et Josiane Cossette (2006), « La coopération textuelle », dans Louis Hébert (dir.), Signo [en ligne], Rimouski (Québec), La théorie du Lecteur Modèle est inspirée du concept de sémiosis illimitée développée par C. Le texte est un tissu de signes. Par sa cohérence, un texte, en tant que système conventionné, peut réduire la possibilité de tenter certaines interprétations.

Siècle, cet extrait signifie très peu. La lecture, une activité complexe : pour une théorie moderne de la performance du lecteur. Lire est presqu’aussi vieux que l’homme existe.

La lecture, une activité complexe : pour une théorie moderne de la performance du lecteur

Il a été appelé à décrypter tout ce qui l’entoure pour mieux s’assumer comme être doté de sens mais aussi de pouvoir. Avec l’avènement de l’écriture, lire devient une activité sémiotique où les caractères marqués construisent une organisation interne signifiante du texte par le biais de l’interprétation de son matériau constitutif. Dès lors, il importe de se poser une question : que faisons-nous quand nous lisons ?