background preloader

Genres théâtraux

Facebook Twitter

Histoire du vers français. Tome IX - Le drame bourgeois - Presses universitaires de Provence. 1 Cf.

Histoire du vers français. Tome IX - Le drame bourgeois - Presses universitaires de Provence

J. Texte, J. -J. Rousseau et les Origines du Cosmopolitisme littéraire, 1895. 1La seconde moitié du xviiie siècle laisse constater une évolution très certaine du goût français. 2 Beaumarchais, Essai…, p. 17. 2Les contemporains de Voltaire s'aperçoivent peu à peu que la vie est mêlée de gaieté et de tristesse, et même qu'elle se contente le plus souvent de rester à égale distance de ces deux points extrêmes, c'est-à-dire qu'elle est grave et sérieuse. 3 Dhannetaire, p.294. 3Comme on peut s'y attendre, l'esprit nouveau tend à bouleverser le théâtre. 4Dans un autre ordre d'idées encore, on n'oubliera pas que le vers, support de la haute comédie et de la tragédie classique, a été l'objet d'attaques vigoureuses depuis que Fénelon et La Motte en ont dénoncé les insuffisances. 5Diderot compose en 1757 Le Fils naturel, et, en 1758, Le Père de Famille, écrits l'un et l'autre sous l'influence de pièces anglaises, le Beverley de Th.

La commedia dell'arte : origines et personnages. La commedia dell'arte : origines et personnages Théâtre populaire apparu en Italie au XVIe siècle, la commedia dell'arte nous a légué une pittoresque galerie de personnages.

La commedia dell'arte : origines et personnages

De Pierrot à Colombine en passant par Arlequin, ces personnages de comédie se retrouvent aujourd’hui dans les corsos de Carnaval. Partager La commedia dell'arte est un genre de théâtre populaire apparu en Italie vers 1550. Ce genre théâtral se caractérise par des personnages stéréotypés et des situations burlesques. L’expression italienne "commedia dell'arte" (qui a été reprise en français) signifie littéralement "théâtre interprété par des gens de l'art", c’est-à-dire des comédiens professionnels.

Cette forme théâtrale a inspiré les plus grands dramaturges français, tels que Molière et Marivaux. Tragédie et comédie. Ce texte est extrait du site www.theatrons.com La définition des deux genres principaux du théâtre (et leur opposition stricte) remonte aux écrits d'Aristote datant du 3e siècle avant Jésus-Christ.

Tragédie et comédie

Depuis, la bataille fait rage entre tout ce que le théâtre compte d'intellectuels pour définir ce qui est comédie et tragédie, ce qui est un théâtre "noble et respectable" ou au contraire "vulgaire et obscène, encourageant les plus bas instincts". Comme partout, l'idéologie et la politique sont venues troubler le débat et les plus vifs échanges sont toujours issus d'une volonté de définir ce qui est défendable/respectable et ce qui ne l'est pas. Ces affrontements parfois vigoureux n'ont jamais empêché le théâtre de rue de distraire, de faire rire et de faire réfléchir. Le théâtre populaire ne s'est d'ailleurs jamais aussi bien porté qu'aux époques où les académistes et les censeurs de tous poils s'insurgeaient violemment contre lui.

Que cherche l'auteur ? La tragédie et la comédie. Evolution des genres aux théâtre du XVII au XX ème siècle. Genres littéraires : le théâtre. La tragédie La tragédie grecque La tragédie a été inventée par les Grecs (Cf.

Genres littéraires : le théâtre

Eschyle, Sophocle et Euripide). Les héros tragiques étaient alors des rois, des princes ou des personnages issus de la légende et de l’épopée. La tragédie est un drame, c’est-à-dire une action, une imitation (mimésis) de la vie des hommes sur une scène de théâtre. Dans sa Poétique, Aristote (384-322 av. La tragédie classique (XVIIe siècle) La tragédie classique est composée de cinq actes (séparés par des entractes), et le nombre de scènes par acte varie. . « […] Qu’en un lieu, qu’en un jour, un seul fait accompli Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli. […] »Boileau, L’Art poétique, chant III. Les règles de la bienséance devaient être aussi respectées afin de ne pas choquer le public. Les thèmes tragiques sont souvent l’héroïsme, l’honneur et la vengeance, l’amour, la fatalité, l’homme face à son destin, etc. . « La principale règle est de plaire et de toucher. Quelques grandes tragédies classiques :

La tragédie. La tragédie Selon la définition du Petit Robert, la tragédie est : « une œuvre dramatique en vers, présentant une action tragique dont les événements, par le jeu de certaines règles ou bienséances se traduisent essentiellement en conflits intérieurs chez des personnages illustres aux prises avec un destin exceptionnel ».

La tragédie

Ce qu’il faut mentionner, et ce que le dictionnaire mentionne aussi d’ailleurs, c’est qu’elle nous vient de la Grèce antique. Plus précisément, elle est née du dithyrambe, culte fait au dieu Dionysos. Voyons donc les deux grandes périodes de la tragédie : la période antique et la période classique. Première partie : la tragédie antique ou le début des œuvres lyriques et dramatiques Tout a commencé par la présence d’un choeur qui célébrait le dieu en se produisant autour de son autel. Deuxième partie : la tragédie classique ou l’admiration des Anciens Le 17e siècle et ses auteurs s’inspireront beaucoup de l’Antiquité et de ses sujets tragiques.

Genre et texte, Tragédie, Drame, Genre et représentation, Comédie - I/ Genre et texte Au-delà de l'explicitation des enjeux de la Querelle du Cid ou de la Bataille d'Hernani (qui s'ar-ticulent toutes deux sur des "naissances" de genres dramatiques en France : la tragédie classique et le drame romantique, la réflexion sur le genre est plus problématique que constitutive d’une vérité.

Genre et texte, Tragédie, Drame, Genre et représentation, Comédie -

Et encore une fois se pose l’écart entre le texte, écrit ou non selon les codes d’un genre, et la repré-sen-tation qui, par ses codes propres, eux-mêmes variables selon les époques et les acteurs, varie à l’infini le "jeu comique" comme "le jeu tragique" au point de pouvoir "modifier" le genre d’un texte. Le texte "génétiquement codé" Il faut d’abord éviter de tomber dans l'illusion classique d'une définition qui ne tienne pas compte de l’Histoire et convienne aussi bien à Eschyle qu’à Racine, pour la tragédie par exemple. Toute tentative de définition se fondant sur un point de vue, pourquoi ne pas utiliser la perspective historique, fondatrice du genre tragique ?