Jean-Louis Missika

Facebook Twitter

Données libérées, chercheurs débridés, société impliquée » Article » OWNI, Digital Journalism. Si les chercheurs avaient déjà pris conscience de la nécessité de libérer leurs publications, ils avaient négligé leurs données.

Données libérées, chercheurs débridés, société impliquée » Article » OWNI, Digital Journalism

Les scientifiques s'aperçoivent qu'il faut organiser leur diffusion. Jusqu’à très récemment, les données étaient les parents pauvres de la recherche scientifique, particulièrement en biologie. S’accumulant dans les laboratoires et les centre de séquençage du génome, isolées sur le disque dur des chercheurs, elles étaient invisibles et difficilement accessibles — enfouies sous la montagne d’articles scientifiques auxquels elles contribuent à donner naissance. Et si les acteurs ont pris conscience de la nécessité de libérer leurs publications, notamment à travers l’accès libre aux résultats de la recherche (open access), ils avaient encore négligé leurs données. Zoomer ou dézoomer? Les enjeux politiques des données ouvertes » Article » OWNI, Digital Journalism.

Pour Dominique Cardon, le journalisme de données doit apprendre à se dézoomer lui-même: c'est la condition pour que la libération des données publiques soit véritablement pertinente.

Zoomer ou dézoomer? Les enjeux politiques des données ouvertes » Article » OWNI, Digital Journalism

Afin que tout un chacun puisse se retrouver dans les chiffres. Dominique Cardon, sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs, est l’auteur de “La démocratie Internet” (Seuil/République des idées). Economie de surveillance. Le Wall Street Journal a publié cet été une passionnante série d’articles sur la surveillance et le repérage des internautes, dont Jean-Michel Salaün à fait une synthétique et remarquable lecture sur son blog.

Economie de surveillance

Tant et si bien que nous avons décidé de vous la proposer… Professeur à l’Ecole de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’université de Montréal et codirecteur d’une Introduction aux sciences de l’information parue dans la collection “repères” aux éditions La Découverte, Jean-Michel Salaün tient un blog exigeant sur l’économie du document qu’il destine à ses étudiants, mais également bien au-delà… Tant mieux, cela permet à plein d’autres internautes d’en profiter… Le Wall Street Journal a publié cet été une série de cinq articles sur la surveillance et le repérage des internautes.

L’ouverture des données publiques, et après. Par Daniel Kaplan le 09/11/10 | 30 commentaires | 7,467 lectures | Impression Tous ceux qui, comme nous dans le cadre du programme Réutilisation des données publiques de la Fondation internet nouvelle génération, s’engagent en faveur de l’ouverture et de la réutilisation des données publiques, en espèrent des résultats féconds en termes de qualité de vie, de cohésion sociale, d’innovation et de croissance.

L’ouverture des données publiques, et après

Mais les choses pourraient se passer tout autrement. Nos frontières politiques éclairées par nos échanges. Par Hubert Guillaud le 11/01/11 | 4 commentaires | 1,332 lectures | Impression Analyser des données téléphoniques peut-il nous permettre de mieux comprendre la pertinence de nos frontières administratives ?

Nos frontières politiques éclairées par nos échanges

C’est la question que ce sont posés des chercheurs du département réseau et société du Senseable City Lab du MIT, de Cornell, de British Telecom et du collège universitaire de Londres dans une étude (vidéo) qui a comparé des données de télécommunications avec les frontières administratives britanniques. Leurs conclusions montrent que le cloisonnement politique existant se retrouve pour l’essentiel dans nos communications. Image : De la cartographie des communications aux frontières régionales de nos échanges. En analysant des milliards d’échanges téléphoniques, les chercheurs ont constitué une carte montrant l’intensité des échanges entre les différentes régions d’Angleterre, selon le volume des informations qu’elles échangent.

Données publiques : l’infrastructure sociale est aussi importante que l’infrastructure technique. Tim Davies (blog personnel), de la société de conseil Practical Participation vient de mettre en ligne son rapport sur l’impact des données publiques ouvertes (le rapport au format .pdf).

Données publiques : l’infrastructure sociale est aussi importante que l’infrastructure technique

Son étude avait pour but d’observer la valeur produite par le site de libération de données britannique, data.gov.uk. Qui utilise ces données ? Comment les données libérées sont-elles utilisées dans la pratique ? Et quelles sont les implications potentielles de cette libération pour la participation démocratique et la réforme du secteur public ? Open Government Information Awareness : le contrôle aux citoyens. Pour un opendata des usagers.

Par Invité extérieur le 08/03/11 | 1 commentaire | 1,958 lectures | Impression Aujourd’hui, comme le montre le mouvement opendata, les administrations mènent la danse de l’ouverture des données.

Pour un opendata des usagers

Mais cette politique de l’offre doit être remplacée par une démarche qui prenne en compte la demande, estime Nicolas Kayser-Bril, chargé du pôle datajournalisme chez Owni. Il est temps que les usagers demandent des comptes directement à leurs administrations… Et que celles-ci leurs répondent ! Cloud Computing. _ho-    ho-    _ Si le nuage a encore une bataille àlivrer, ce sera celle de la confance.À partir du moment où les don-nées quittent l’espace clos, connuet maîtrisé par l’utilisateur (lesiège social de l’entreprise, le sitede l’administration centrale, lecentre d’hébergement du pres-tataire inormatique...), il est légi-time, pour lui, de s’interroger : cesinormations sont-elles bien pro-tégées ?

Cloud Computing

N’y a-t-il pas des risquesd’intrusion ? De pertes ? De dégra-dation ? Dans le cas de donnéesgouvernementales se pose égale-ment, avec une acuité renouvelée,la question de la souveraineténationale : comment s’assurerdu juste contrôle de données quitransitent en permanence entrediérentes ermes de serveurs,aux quatre coins du globe ? Salon des Entrepreneurs TV - Jean-Louis Missika - Salon des Entrepreneurs Paris 2010. DSK : « Une communication maîtrisée, peut-être un peu déceptive » | Public Sénat. Le week-end parisien de Dominique Strauss-Kahn, qui s’approche d’une candidature à la primaire PS, a été largement médiatisé.

DSK : « Une communication maîtrisée, peut-être un peu déceptive » | Public Sénat

Selon Jean-Louis Missika, qui ancien responsable du SIG (la communication) sous Rocard, aujourd’hui adjoint de Delanoë, chargé de l'innovation, de la recherche et des universités, « cela a permis de donner aux médias ce qu’ils attendaient : des signaux ». Après le week-end parisien de Dominique Strauss-Kahn, très médiatisé, le directeur général du FMI s’est tenu à son devoir de réserve tout en multipliant les allusions à la vie politique française. Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris : «Le nombre global de mètres carrés scientifiques ne devra pas diminuer au centre de Paris» Propos recueillis par Sylvie Lecherbonnier | Publié le , mis à jour le Entre les PRES, l’Opération campus et bientôt le grand emprunt, comment jugez-vous les reconfigurations qui s’opèrent dans l’enseignement supérieur francilien ?

Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris : «Le nombre global de mètres carrés scientifiques ne devra pas diminuer au centre de Paris»

Les universités parisiennes se sont remises en mouvement. C’est une bonne chose. Maintenant, il reste encore des cohérences à trouver. Innovation le journal : Pour une université qui fait sens avec la ville. La politique Open Data de la ville de Paris. Entretien avec Jean-Louis Missika. En janvier, la ville de Paris a ouvert une nouvelle plateforme, Paris Data, pour permettre à tout le monde la réutilisation des données publiques. Toutes les informations fournies sont distribuées sous licence libre pour encourager les initiatives de citoyens, de chercheurs, de journalistes, de développeurs… Une mine d’informations, régulièrement enrichie, qui s’inscrit dans le mouvement Open Data et qui a valeur de symbole dans un pays où les administrations et collectivités sont encore trop souvent réticentes à partager leurs données.

Le site propose aussi bien des statistiques électorales que les emplacements des arbres à Paris et génère, depuis son ouverture, des traitements d’informations très sérieux comme des utilisations insolites. La Mairie de Paris veut faire vivre son campus.