background preloader

T6 - L'enjeu de la connaissance

Facebook Twitter

Introduction - PowerPoint. Analyse épistémologique de la société d'information. T6C1 Poly documents. T6C1 Produire et diffuser des connaissances. Les radiumineuses, petites mains oubliées et radioactives de l’horlogerie suisse. L’industrie horlogère est fière de son passé et de ceux qui ont contribué à le faire rayonner.

Les radiumineuses, petites mains oubliées et radioactives de l’horlogerie suisse

L’histoire des «radiumineuses» est pourtant moins glorieuse. De 1918 à 1963, des centaines sinon des milliers de femmes ont eu pour mission d’enduire les aiguilles et les cadrans des montres d’une fine couche de peinture à base de radium, une lampe frontale sur la tête et un pinceau ou un pinçon entre les doigts.

Leur travail méticuleux rendait les montres luminescentes, afin qu’il soit possible de lire l’heure dans le noir. Une véritable révolution technologique pour l’époque. Mais cette innovation a légué un héritage encombrant. Lire: Près de 1000 bâtiments potentiellement contaminés par du radium en Suisse La première utilisation officielle du radium dans l’horlogerie suisse est datée du 9 novembre 1918: une facture, émise par l’entreprise familiale Monnier-Radium, qui fait de cette société la première du pays spécialisée dans la pose de peinture luminescente.

L’euphorie du radium. REPLAY - Revoir le discours de Malala Yousafzai pour le prix Nobel de la paix en intégralité. T6C2 Politique et géopolitique de la connaissance. T6C2 - 3A. T6C2 - 3B.

Espionnage

Etudiants indiens. Exemples de la mise en perspective. T6C3 Cyberespace. Le cyber, nouvel espace géopolitique (Le Dessous des cartes) Cyberespace. Le cyberespace est l'espace de l'internet et des mondes dits virtuels.

Cyberespace

Le terme « cyberespace » a été popularisé par un écrivain de science-fiction états-unien, William Gibson, dans son roman Neuromancien, publié en 1984. Le terme était déjà apparu une première fois dans sa nouvelle « Burning Chrome » (1982). L'Internet grand public n’existait pas encore à cette époque, mais la vision de Gibson a ensuite été souvent reprise dans les années 1990 pour désigner l’espace internétique. Dans son roman, Gibson présente le cyberespace (aussi nommé « the Matrix ») comme une « hallucination consensuelle vécue quotidiennement en toute légalité par des dizaines de millions d'opérateurs, dans tous les pays, par des gosses auxquels on enseigne les concepts mathématiques...

Une représentation graphique de données extraites des mémoires de tous les ordinateurs du système humain » (Gibson, 1984). Source : extrait de Jean-François Perrat, « Notions en débat. Pour compléter. Palantir, Huawei, Kaspersky: le cri d'alarme d'un ancien de la DGSE sur la cybersécurité. Une application de jogging menace la sécurité des bases militaires. Des milliers de militaires utilisent Strava pour analyser leurs séances de jogging.

Une application de jogging menace la sécurité des bases militaires

Problème : certains laissent fuiter sur Internet le détail de leur parcours, relevé par leur bracelet GPS ou leur smartphone, des informations qui posent un problème de sécurité. Strava, une application d’analyses de la performance sportive, a dressé une carte mondiale qui agrège les séances de jogging de ses millions d’utilisateurs. Cette dernière a été publiée en septembre 2017, mais ce n’est que le 27 janvier que plusieurs observateurs ont remarqué des zones d’activités inhabituelles, sur des bases américaines en Irak (Taji, Qayyarah, Speicher, et Al-Asad) mais aussi sur une position française au Niger (Madama). Des informations dangereuses Les trajets des joggeurs à l’intérieur de ces bases convergent souvent vers un point central, qui donne un indice sur la probable localisation des quartiers où résident les militaires.

. « Si cela se vérifiait, cela représenterait une nouvelle vulnérabilité. Après celui de Dax, l’hôpital de Villefranche paralysé par un rançongiciel. Déjà éprouvés par le Covid-19, les hôpitaux français ont aussi à batailler contre les attaques informatiques.

Après celui de Dax, l’hôpital de Villefranche paralysé par un rançongiciel

Après celui de Dax la semaine passée, le centre hospitalier de Villefranche-sur-Saône (Rhône) a annoncé lundi 15 février être victime d’une attaque « d’ampleur », détectée à 4 h 30 du matin. Cette attaque par le cryptovirus RYUK (un « rançongiciel ») « impacte fortement » les sites de Villefranche, Tarare et Trévoux de l’hôpital Nord-Ouest, précise ce dernier dans un communiqué. Un rançongiciel est un logiciel malveillant qui bloque les données d’un système informatique, qui ne sont plus accessibles qu’après paiement d’une rançon. Les investigations techniques se poursuivent avec l’aide de l’agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi).

Lire aussi Dans les hôpitaux français, « le vrai, gros piratage n’a pas encore eu lieu » Ordinateurs déconnectés Une cellule de crise a été installée pour organiser le fonctionnement des trois hôpitaux.