background preloader

Exemplier du cours

Facebook Twitter

Muséification. La muséification est un processus visant à donner un caractère de musée à un lieu, généralement urbain.

Muséification

Autrement dit, à faire d’un lieu vivant un lieu seulement visité temporairement. Le risque de muséification est fréquemment évoqué dans des métropoles touristiques et des villes touristifiées par des élus, des journalistes et des chercheurs. En fait, les cas de muséification véritable sont rares et ne concernent que des quartiers de taille limitée (certains secteurs de Venise, en particulier). La "gentrification" est un processus plus actif dans l’espace urbain, mais moins souvent mis en avant par ceux-là même qui y voient de la muséification. Cela dit, le tourisme a une responsabilité nette dans la transformation de certains quartiers historiques centraux, dans un contexte général d’embourgeoisement d’espaces urbains à valeur foncière élevée.

Mise à jour : janvier 2011. (20+) Des milliers de Berlinois contre «les loyers de dingue» «Le logement est un droit humain.»

(20+) Des milliers de Berlinois contre «les loyers de dingue»

«L’art a besoin d’espace !» Samedi, 40 000 Berlinois, selon les organisateurs, défilaient pour dénoncer le Mietenwahnsinn – les «loyers de dingue». Il y a eu également des défilés dans plusieurs autres villes allemandes, comme Leipzig, Dresde, Cologne, ou Stuttgart. Dans la capitale allemande, beaucoup de militants de gauche ont manifesté : des alters, des anars, des antifas, des anticapitalistes, des communistes et des écolos, mais également des manifestants moins ouvertement politisés, des retraités, des parents promenant leur bébé en poussette, des étudiants.

Ces Berlinois sont venus crier leur inquiétude pour la deuxième année consécutive, ils étaient déjà 25 000 l’an dernier. «Insupportable» La pression s’amplifie d’année en année : tandis que la ville reste pauvre, le taux de chômage y est bien plus important que la moyenne nationale (7,8% pour une moyenne nationale de 4,9% selon les données de mars). Pression. Uluru, rocher sacré des aborigènes d'Australie, est enfin sauvé des touristes. Mont Uluru : les touristes chassés de la montagne sacrée - 28 minutes - ARTE. Pierre Bachelet - Les corons (1984) Déboulonner les statues? "Ces questions méritent un débat public" répond cet historien. Mondialisation, patrimoine et tourisme en Éthiopie : la petite ville sacrée de Lalibela. Bibliographie | citer cet article Lalibela est une petite ville du nord de l’Éthiopie, située au cœur des hauts plateaux et rassemblant aujourd’hui environ 20 000 habitants, pour la plupart chrétiens orthodoxes et amharas.Le petit centre urbain se distingue de la multitude des bourgs éthiopiens par des fonctions sacrée, patrimoniale et touristique qui y exacerbent la transformation urbaine.

Depuis 1978, ses églises rupestres, haut-lieu de pèlerinage pour les chrétiens d’Éthiopie, sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Ce patrimoine est localement identifié comme une ressource économique et fait l’objet d’une valorisation touristique initiée par les pouvoirs publics et par un secteur privé émergent. Depuis les années 2000 et l’inflexion de la politique économique éthiopienne en faveur d’une articulation au marché globalisé (Lefort, 2015), une mise en tourisme de Lalibela est à l’œuvre. 1. Habiter les églises de Lalibela 2. 3. Conclusion Bibliographie. « 80 % de l’architecture » du site de Palmyre n’auraient pas été touchés par l’Etat islamique.

Après la reconquête, dimanche 27 mars, de Palmyre par les troupes gouvernementales syriennes, appuyées par l’aviation russe, l’heure est à l’évaluation des dégâts causés par dix mois d’occupation de la cité antique par l’organisation djihadiste Etat islamique (EI).

« 80 % de l’architecture » du site de Palmyre n’auraient pas été touchés par l’Etat islamique

Selon Maamoun Abdulkarim, le directeur des antiquités et musées de Syrie (DGAM), joint par téléphone à Damas, « 80 % de l’architecture du site archéologique n’ont pas été touchés : la colonnade, l’agora, le théâtre, les ruines des bains [de l’empereur Dioclétien], les temples de Nébo et d’Allat », comme le montre une vue aérienne prise par un drone russe. « Après les destructions des temples de Bêl et de Baalshamin [en août 2015], de l’arc de triomphe et d’une dizaine de tours funéraires, la cinquantaine de fonctionnaires restés sur place ont mobilisé la population, affirme le directeur, pour faire savoir à Daech [acronyme arabe de l’EI] qu’il y aurait des manifestations si les destructions continuaient.

Déminage du site M. Dans la Roumanie communiste, des églises cachées pour échapper à la démolition.