background preloader

Espionnage

Facebook Twitter

Polycopié anciens programmes GF. Projet Manhattan : et l’humanité toucha sa fin. « Maintenant, je suis devenu la mort, le destructeur des mondes ».

Projet Manhattan : et l’humanité toucha sa fin

C’est, selon la légende historique, à cette phrase d’un texte sacré de l’hindouisme que pensa le physicien Robert Oppenheimer le 16 juillet 1945, devant le spectacle de l’explosion de la première bombe atomique, dans un désert du Nouveau Mexique. Trois semaines plus tard, les Etats-Unis larguaient la bombe A sur Hiroshima, tuant instantanément 80 000 personnes, plus des dizaines de milliers d’autres dans les semaines, les mois et les années suivantes.

Cette histoire, c’est l’histoire du projet Manhattan, où comment les plus grands physiciens de leur temps ont engagé les Etats-Unis dans la course à la bombe. Projet Manhattan : et l’humanité toucha sa fin : c’est le programme funeste qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Les repères La première expérience de fission nucléaire a été réalisée en 1938 par la physicienne Lise Meitner, les chimistes Otto Hahn et Fritz Strassman. Le reportage du jour Écouter 7 min. La Russie accusée d’avoir utilisé l’antivirus Kaspersky pour espionner la NSA américaine. Le logiciel antivirus de la société russe Kasperksy a été piraté par les services de renseignement israéliens, qui ont découvert au cours de leur intrusion que le logiciel était déjà utilisé par les services de renseignement russes, qui s’en servaient pour espionner la NSA américaine.

La Russie accusée d’avoir utilisé l’antivirus Kaspersky pour espionner la NSA américaine

Cet étrange bal des espions est décrit, mardi 10 octobre, par le New York Times et le Washington Post, qui citent des sources anonymes du renseignement américain. Selon les deux quotidiens, les services israéliens ont alerté leurs homologues américains après avoir découvert, en 2015, des outils de piratage appartenant à la NSA sur le réseau de Kaspersky dans lequel les agents israéliens s’étaient introduits. Lire aussi La NSA perd de nouveau une partie de ses outils d’espionnage De par leur fonctionnement même, les logiciels antivirus ont accès à tous les fichiers d’un ordinateur, qu’ils analysent pour détecter s’ils contiennent des lignes de code correspondant à un logiciel malveillant.

Echanges d'espion: les médias tchèques reparlent de Karel Köcher, échangé en 1986. Dans l’actualité internationale de cette fin de semaine, on parle beaucoup d’un échange d’espions entre Russes et Américains.

Echanges d'espion: les médias tchèques reparlent de Karel Köcher, échangé en 1986

De quoi rappeler des souvenirs qui datent de la Guerre froide et de célèbres échanges sur le pont entre Berlin et Potsdam. C’est sur ce « Glienicker Brücke » qu’un espion tchécoslovaque de haut rang, Karel Köcher avait été échangé en 1986, quelques temps après son arrestation à Washington, contre le dissident soviétique Anatoly Sharansky. Avec l’actualité de ces derniers jours, les médias tchèques sont nombreux à rappeler les aventures du seul espion de l’Est connu à ce jour pour avoir réussi à infiltrer la CIA.

Radio Prague en profite pour rediffuser un extrait de l’entretien réalisé il y a deux ans avec Karel Köcher: Quel souvenir gardez-vous de cette journée du 11 février 1986, jour de l’échange sur le célèbre pont de Berlin ? « C’est ce qu’on pourrait appeler un rendez-vous avec le destin... Jusqu’au dernier moment j’ai été menotté. Scorpions - Wind Of Change. The day we discovered our parents were Russian spies. Tim Foley turned 20 on 27 June 2010.

The day we discovered our parents were Russian spies

To celebrate, his parents took him and his younger brother Alex out for lunch at an Indian restaurant not far from their home in Cambridge, Massachusetts. Both brothers were born in Canada, but for the past decade the family had lived in the US. The boys’ father, Donald Heathfield, had studied in Paris and at Harvard, and now had a senior role at a consultancy firm based in Boston.

Their mother, Tracey Foley, had spent many years focused on raising her children, before taking a job as a real estate agent. To those who knew them, they seemed a very ordinary American family, albeit with Canadian roots and a penchant for foreign travel. After a buffet lunch, the four returned home and opened a bottle of champagne to toast Tim reaching his third decade. At the door, she was met by a different kind of surprise altogether: a team of armed, black-clad men holding a battering ram. Their real names were Andrei Bezrukov and Elena Vavilova. Tim agrees. Podcast on Spotify.