background preloader

"Informatique faute d'autre titre

Facebook Twitter

Vingt ans d’archivage du Web : les coulisses d’un projet titanesque. Annotez images et captures d'écran, gratuitement. Szoter est un produit gratuit développé par mateusz@malczak.info; c'est à la fois une application en ligne et un logiciel (version Adobe Air) servant à annoter des images stockées sur votre ordinateur.

Annotez images et captures d'écran, gratuitement

Vous pouvez également utiliser Szoter pour capturer et annoter des screenshots. Dans l'une ou l'autre configuration, vous avez la possibilité de télécharger des images, dessiner sur celles-ci (esquisses, formes géométriques, lignes) et d'ajouter du texte. Lorsque vous avez terminé le travail d'annotation, vous pouvez alors enregistrer les images enrichies sur votre disque dur local ou les partager en ligne via vos réseaux sociaux préférés.

CleanPrint. Personnalisez le contenu de votre curation. Datahero, ou la dataviz pour les nuls. OpenAccess / Open Access - quelques ressources pour entrer dans le débat. Internet, le conglomérat des réseaux. Métadonnées - des écosystèmes par domaines. Tarir le flux et vérouiller le code. Web is Dead. Avec quelques autres, et au risque de passer pour une nouvelle Cassandre, j'attire régulièrement l'attention (enfin j'essaie) sur les risques que le web ne devienne qu'un système mass-médiatique parmi d'autres, soumis aux mêmes logiques de rente, aux mêmes stratégies marketing, aux mêmes enfermements idéologiques (dernier en date "Le web : promesse tenue ?

Tarir le flux et vérouiller le code. Web is Dead.

"). Or voici que deux nouvelles viennent une nouvelle fois confirmer, sinon que le web est mort (Web is Dead), à tout le moins qu'il présente quelques signes d'agonie passablement inquiétants. Venons-en aux faits. Tarir le flux. La valeur d'une économie de l'abondance doit d'abord être mesurée à l'aune de la capacité de quelques acteurs d'en tarir subitement le flux. Google vient d'annoncer la fermeture prochaine d'un certain nombre de services, parmi lesquels GReader (le 1er Juillet 2013), son lecteur / aggrégateur de flux RSS.

Côté sciences : qu'est-ce, au juste, que l'Open Access et pourquoi est-il important de le soutenir ? De multiples raisons me poussent à écrire cet article que je vais m’efforcer de faire court sur le Libre Accès (Open Access ou encore OA), un concept souvent mal compris et pourtant si important.

Côté sciences : qu'est-ce, au juste, que l'Open Access et pourquoi est-il important de le soutenir ?

Cet article est le quatrième de la série « Côté sciences», dans laquelle est traité une à deux fois par semaine un sujet geek et scientifique qu’il soit d’actualité brûlante ou que j’ai simplement envie d’en parler. De multiples raisons me poussent à écrire cet article que je vais m’efforcer de faire court sur le Libre Accès (Open Access ou encore OA), un concept souvent mal compris et pourtant si important. Big Data : nouvelle étape de l’informatisation du monde.

Viktor Mayer-Schönberger, professeur à l’Oxford internet Institute, et Kenneth Cukier, responsable des données pour The Economist ont récemment publié Big Data : une révolution qui va transformer notre façon de vivre, de travailler et penser (le site dédié).

Big Data : nouvelle étape de l’informatisation du monde

Ce livre est intéressant à plus d’un titre, mais avant tout pour ce qu’il nous apprend du changement du monde en cours. Riche d’exemples, facilement accessibles, il dresse un état compréhensible des enjeux des Big Data en insistant notamment sur ce que cette nouvelle étape de l’informatisation transforme. Le code n’est plus la loi ! « Les systèmes informatiques fondent leurs décisions sur des règles qu’ils ont été explicitement programmés à suivre. Quand un problème survient, nous pouvons donc revenir en arrière et comprendre pourquoi l’ordinateur a rencontré un problème. Pour les auteurs, les Big Data créent une intelligence artificielle qu’aucun humain ne peut comprendre. Nous devons réinventer la protection de la vie privée. Les bibliothécaires, médiateurs dans l’océan du web.

Les années 90 ont vu la consécration de la notion de collection à travers celle de politique documentaire.

Les bibliothécaires, médiateurs dans l’océan du web

J’ai fait partie de ce « mouvement » (j’étais même dans feu le groupe poldoc) et je me suis beaucoup intéressé aux questions de politiques documentaire. Je l’écrivais il y a plus de 2 ans : trop souvent dans les bibliothèques les politiques documentaires ont été tirées vers une gestion des collections intelligente/réfléchie (dans le meilleur des cas hein, au pire une conception purement techniciste à base de taux de rotation ou d’une charte documentaire imposée par la direction) sans véritablement prendre en compte concrètement la médiation de ces collections. C’est d’ailleurs pourquoi de ce point de vue global, il faut souvent plaider en formation pour la notion de “Projet de service” au lieu de “politique documentaire”, ou pire, de “politique d’acquisition”. Faire de l’archiviste le maillon fort de l’open data. Simon Chignard a publié hier, sur son blog donneesouvertes.info, un billet très intéressant.

Faire de l’archiviste le maillon fort de l’open data

Il s’y interroge sur la nature des données mises à disposition par les administrations sur les différents portails open data. Il constate notamment, pour résumer, un problème dans la qualité des jeux de données. La salle d'étude rebaptisée "Learning Center" rencontre désormais l'adhésion complète de son public. Le petit manuel de l’Open Data. Lexique de l’Open Data. Open data santé : l’Assemblée nationale se saisit du sujet. « Ouverture et utilisation des données publiques de santé », tel est le titre de la table ronde organisée le 23 avril prochain à l’Assemblée nationale à laquelle le député de la Nièvre Christian Paul a convié récemment une petite dizaine de personnalités. « Plusieurs initiatives récentes, des prises de positions venues de nombreux horizons ont interpellé justement les pouvoirs publics », indique le député.

Open data santé : l’Assemblée nationale se saisit du sujet

Le Web de données : les ressources en ligne. Les bases de données steampunk des SHS. Vous avez sans doute croisé pas mal de gens qui ont fait une base de données pour leur thèse.

Les bases de données steampunk des SHS

Vous avez sans doute travaillé au sein d’un labo alimentant une base de données sous Access ou FileMaker Pro. Avez-vous recroisé ces données ? En lisant une thèse ayant nécessité la création de base de données spécifique, avez-vous eu accès à ladite base pour vérifier les résultats obtenus ? Avez-vous accès aux bases montées par la plupart des labos pour leur travail ? Dix ans plus tard, pouvez-vous accéder aux bases de données qui ont permis l’écriture d’un travail ? C’est souvent difficile : on a perdu les fichiers, on ne sait plus comment c’était fait, machin a mis la main dessus et refuse l’accès aux autres. Bien sûr certaines personnes finissent par donner accès à leur base via le web. L’open data renforce-t-il le risque de désintermédiation. Mercredi dernier, j’ai emmené mon fils au cinéma.

L’open data renforce-t-il le risque de désintermédiation

Pour préparer notre sortie j’ai recherché les horaires de cinéma. Google m’a proposé – avant les résultats des sites web correspondant à ma requête – la liste des films projetés actuellement dans ma ville, et un simple clic m’a permis de voir les prochaines séances. Les horaires des films à Rennes (Google) Accueil (data.bnf.fr) 5 services pour connaître l'adresse derrière un lien raccourci. Ils font désormais partie de notre quotidien sur Internet, notamment sur Twitter : les liens raccourcis permettent en effet de réduire considérablement la taille d’un tweet contenant une adresse.

5 services pour connaître l'adresse derrière un lien raccourci

Il existe aujourd’hui de nombreux services web pour raccourcir une URL : Bitly, Goo.gl, Bzh.me… Ces sites proposent en général des options pour personnaliser les liens raccourcis et obtenir des statistiques. Les adresses réduites peuvent toutefois poser certains problèmes, car la page de destination n’est pas connue avant de cliquer sur le lien. Ainsi, les services qui proposent la réduction d’adresses peuvent permettre à des personnes mal intentionnées de propager des virus et autres logiciels malveillants. Heureusement, des services existent aussi pour décrypter les liens raccourcis. Nous avons sélectionné cinq sites et extensions qui permettent de savoir ce que cache un lien réduit en quelques secondes.