background preloader

Déontologie

Facebook Twitter

Le consentement médical (1/2) Comment élaborer et mettre en oeuvre des protocoles pluriprofessionnels ? Sans titre. L'école des soignants: La relation patient-médecin, une question de confiance ? - 1. Mensonges de patients, mensonges de médecins. A première vue, une relation patient-médecin de qualité semble fondée sur la confiance réciproque. Mais est-ce vraiment le cas ? La relation n'a pas les mêmes fondements pour le patient et pour le médecin, elle ne sous-tend pas les mêmes attentes et les mêmes objectifs. Son asymétrie est manifeste : l’un a besoin des compétences professionnelles de l’autre ; l’inverse n’est pas vrai. Une relation asymétrique peut-elle se construire sur une confiance réciproque ? Nous avons tous une idée de ce que peut être la confiance du patient envers le médecin. Mais la confiance du médecin envers le patient, qu'est-ce que ce c'est ? Et d'ailleurs, faut-il que la confiance soit réciproque pour qu'une relation de soin s'installe et soit bénéfique pour celui qui souffre ?

En première approximation, toute relation de confiance entre deux individus s'appuie sur un triptyque élémentaire : sincérité, respect et loyauté. 1. "Tout le monde ment. " David Shore, House MD. Comme le décrit très bien Robert L. Sans titre. Sans titre. Hershey, Etats-Unis – La Federation of State Medical Boards (FSMB) américaine, qui joue un rôle équivalent au Conseil national de l’Ordre en France (CNOM), a émis des recommandations sur l’utilisation appropriée d’Internet et des réseaux sociaux par les médecins. En revanche, il existe un « trou noir » concernant la recherche d’informations sur les patients.

En clair, un médecin peut-il « googleliser » ses patients ? La question n’a rien de trivial tant l’utilisation d’Internet s’est répandue chez les professionnels de santé. Au point que certains d’entre eux, le Dr Maria Baker (Penn State Hershey Cancer Institute) en tête, s’en inquiètent et réclament des recommandations professionnelles sur ce point précis. Y-a-t-il des cas où il serait éthiquement acceptable de s’informer sur un patient ou s’agit-il de curiosité déplacée, voire de voyeurisme ? Quand « google » s’invite dans le colloque singulier Quid d'Hippocrate à l'heure d'Internet ? Questionnement éthique. Sans titre. Le site d'un Français peut violer la loi française s'il vise l'étranger. Sans titre. L'éthique biomédicale : définition, principes et exemples tirés de "Docteur House" Le mot "éthique" – ou "bioéthique" lorsqu'il est question de santé et de sciences du vivant – est de ceux qui font fuir, parce que certains l'assénent comme un coup de massue ou un argument d'autorité, ou l'invoquent en présupposant que tout le monde sait de quoi il s'agit et en suggérant que ceux qui ne le savent pas sont incultes, voire méprisables.

Or, il ne s'agit pas d'un mot sale, méprisant ou hautain, mais d'un mot estimable. Et ce qu'il désigne ne l'est pas moins. Qui plus est, ce qu'il évoque en premier lieu, c'est précisément l'estime que tout un chacun devrait manifester – dans ses paroles ou ses actes – envers tout un chacun. Cet article est destiné à éclaircir ce que recouvre le terme de bioéthique" dans le cadre de ce blog et des textes qui y sont et seront publiés.

Il définira aussi ce que l'on nomme "l'éthique clinique" et décrira ses grands principes. Schématiquement, on peut définir trois grandes "formes" d'éthique, trois manières d'appréhender ce qui est "bon". La prévention et l’élimination du manque de respect et des mauvais traitements lors de l’accouchement dans des établissements de soins.

Right to Respect and Dignity of Women During Pregnancy and Childbirth by Sophie Goyet | Knowledge Translation Network (KTNet) Africa. Ne nous jugez pas ! J'ai reçu ces jours-ci un message écrit par une lectrice. Après qu'elle m'a donné son accord, je publie le texte de son message et, juste après, le rappel d'un texte récent du British Medical Journal. "Monsieur, Je voulais simplement vous remercier pour votre livre Le choeur des femmes, lu hier entre 16H30 et minuit. En tant que femme et obèse je vous remercie de mettre nos mots dans ce livre, notre révolte de passer en jugement à chaque fois que l'on va chez le médecin ; que ce soit pour un mal de dent ou un bouton, on a le droit à "Mais dites donc, vous savez que vous êtes en surpoids? ". Vous parlez d'un(e) patient(e) Alpha(*), pour ma part j'ai eu un "Docteur Alpha" lors d'une visite de la médecine du travail qui lorsque j'ai eu l'épreuve de la balance n'a rien dit à l'annonce de mon poids.

Et depuis deux ans je suis mon bout de chemin pour perdre mes kilos pour moi, parce que c'est le moment, qu'il est temps pour moi. Tsiporah Texte original : 1. 2. 3. Pourquoi des listes de soignant.e.s dressées par les patient.e.s ? J'ai répercuté ces jours-ci sur ma page Facebook et mon flux Twitter l'adresse de Gyn&Co, site d'information donnant des noms de soignant.e.s féministes. La liste n'est pas composée par des médecins mais par des patient.e.s. Elle recourt à des critères nombreux (et parfois subjectifs, ce qui n'a rien de problématique à mes yeux) ; certains professionnels se sentent gênés, d'autres offusqués par cet annuaire.

D'autres – j'en fais partie – appelaient de leurs voeux ce type d'initiative dès les années soixante-dix. Rien que pour ça, je bénis l'Internet. En tant que professionnel de santé, engagé depuis longtemps dans des activités de partage de ce type, je constate qu'elles ne vont pas de soi pour d'autres professionnels. 1° Les obligations professionnelles devraient être les mêmes pour tous les médecins français ; elles ne le sont pas Cela va peut être sans dire, mais cela ne va pas de soi.

Il ne s'agit pas ici d'accuser quiconque mais d'énoncer un fait. Marc Zaffran/Martin Winckler. Egora.fr. Www.internationalmidwives.org/assets/uploads/documents/CoreDocuments/CD2005_001 V2014 ENG Philosophy and model of midwifery care.pdf. For people with disabilities, doctors are not always healers. By Leana S. Wen October 27 It was midnight in the emergency department of my hospital, and the chief resident was on a roll. Clad in green scrubs — two sizes too small for his body, they emphasized his muscular physique — he dashed between the ambulance bay and the critical care rooms. “Wen!” He barked at me, the medical intern. The patient did not look as if he were having a heart attack.

“Good evening!” “I’m f-f-f-f-ine,” the young man said. The chief glanced over my shoulder at his chart. I dutifully wrote down that the patient appeared in no obvious distress and was breathing normally. “N-N-No, I’m g-g-good,” he said. The chief headed for the door. By the look on James’s face, I could tell that he understood just fine. Hiding my disability I wasn’t always open about being a person who stutters. By the time I went to college, I had become so proficient at hiding my stuttering that I rarely revealed it in public. Through the looking glass Care for the 20 percent Time to speak up. L’avocat des patients sonne l’alarme. La population « doit se réveiller », car elle se fait passer sous le nez une réforme du réseau de la santé et des services sociaux qui la privera de droits primordiaux.

L’avocat spécialisé en droit de la santé Jean-Pierre Ménard lance un cri d’alarme : « Ça va beaucoup plus loin qu’une simple réforme de structure, analyse-t-il. On recule en matière de transparence, d’indépendance du réseau et d’imputabilité, et la population ne se rend pas compte de ce qui est en train de se passer. » Le plus grave impact de la réforme consiste à priver les patients du libre-choix de leur lieu de soins, lequel est pourtant garanti dans la loi sur la santé et les services sociaux. En fusionnant les établissements de santé en 19 établissements régionaux, légalement, le choix des patients est réduit à peau de chagrin. « C’est une valeur fondamentale. On ne veut pas que notre mère soit placée dans n’importe quel CHSLD, on veut choisir où on accouche, où on se fait traiter pour un cancer, dit Me Ménard. La relation patient/soignant : étude Fondation MACSF. Le site de la Médecine Générale. Gynéco & consentement : mon corps, mon choix ! La polémique née du témoignage d’Agnès Ledig sur le « point du mari » lance un débat plus large autour de la notion de consentement éclairé de la patiente en gynécologie.

En médecine non plus, subir n'est pas consentir. Article initialement publié le 9 avril 2014 Avez-vous déjà été traitée par un professionnel de santé sans comprendre l’examen pratiqué, sans savoir ce qu’il vous était prescrit et pourquoi ? Ce n’est pas normal. En France, l’obtention du consentement libre et éclairé du patient est une obligation légale : « Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment. » - Article 11 de la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé Du paternalisme médical au consentement Pourtant, les explications ne sont pas toujours accessibles, pas toujours claires, et pas toujours prodiguées non plus.

Le « point du mari » Pour aller plus loin : Philosophy of Care. We, the midwives of the American College of Nurse-Midwives, affirm the power and strength of women and the importance of their health in the well-being of families, communities and nations. We believe in the basic human rights of all persons, recognizing that women often incur an undue burden of risk when these rights are violated. We believe every person has a right to: Equitable, ethical, accessible quality health care that promotes healing and health Health care that respects human dignity, individuality and diversity among groups Complete and accurate information to make informed health care decisions Self-determination and active participation in health care decisions Involvement of a woman's designated family members, to the extent desired, in all health care experiences We believe the best model of health care for a woman and her family: We honor the normalcy of women's lifecycle events.

L’importance de redéfinir la profession. Marc Zaffran est devenu médecin de famille, comme l’a été son père avant lui, pour soigner. Il a rapidement réalisé que bien peu de médecins se préoccupaient réellement du bien-être de leurs patients. Dans son nouveau livre , en librairie dès aujourd’hui, l’auteur, maintenant professeur d’éthique à l’Université de Montréal, écorche le corps médical avec sa verve habituelle afin de susciter un « débat fécond » entre les soignants et les patients. Extraits d’entrevue. « Je n’ai pas écrit ce livre pour me faire des amis.

. « Quand on est soignant, notre mission principale est de soulager les souffrances, mais aussi l’angoisse. . « J’ai pratiqué des interruptions de grossesse pendant près de 20 ans. . « Je m’intéresse beaucoup à l’anthropologie comparée et à la primatologie. . « Si le médecin lui-même présente les choses comme urgentes, qu’il prend tout sur ses épaules, il n’a pas le temps de réfléchir et le patient non plus.

. « Soigner exige du temps. La relation entre un médecin et son patient est souvent un rapport de force. Il parle, on obéit. Avez-vous une confiance aveugle en votre médecin? Les patients contemporains face à la démocratie sanitaire. 1L’expression « patient contemporain » (Fainzang, 2006 ; Klein, 2012) évoque une mutation du statut de patient, un nouveau regard de la société sur l’identité et le rôle de ce dernier. Elle renvoie à un pan récent de l’histoire de la biomédecine, médecine « scientifique » qui s’est établie en Europe au commencement du XIXe siècle, au cours duquel de multiples initiatives scientifiques et techniques, professionnelles et profanes ont contribué à placer le patient davantage au centre du système de soins. 2Si la recherche de participation des patients dans le domaine sanitaire est aujourd’hui une tendance de fond, elle porte des ambiguïtés et des contradictions, et rencontre des obstacles que ce dossier d’Anthropologie & Santé propose de mettre en lumière. 1 « Les médecins au XIXe siècle sont en situation de profonde division professionnelle.

Ils ont des s (...) 2 (page consultée le 12/05/2014) L’approche extensive de la maladie et le décloisonnement de la science médicale. Base de données publique Transparence Santé. La base de données publique Transparence - Santé La base de données publique Transparence - Santé rend accessible l’ensemble des informations déclarées par les entreprises sur les liens d’intérêts qu’elles entretiennent avec les acteurs du secteur de la santé. Pilotée par le ministère des Affaires sociales et de la Santé, cette initiative de transparence vise à préserver la nécessaire relation de confiance entre les citoyens, les usagers et les multiples acteurs du système de santé.

La transparence, condition indispensable pour préserver la confiance La loi du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé garantit l’indépendance et l’impartialité des décisions prises en matière de santé. Elle impose la transparence des liens entre les industries de santé et les autres acteurs du monde de la santé, professionnels de santé, étudiants, sociétés savantes, associations, médias, etc.

Lien d’intérêts ne signifie pas conflit d’intérêts. Nouvelle brochure : 'Empowerment, tous ensemble pour la santé' | M3M. Empowerment. Cherchez un peu sur Internet. Vous trouverez les définitions les plus divergentes. Certains l’associent à la confiance en soi ou à l’autonomie, d’autres à la participation ou à la mobilisation, d’autres encore à la libération. Mais savez-vous ce qui nous a le plus étonnés ? On rencontre très rarement dans ces définitions une allusion au « power », à la question du pouvoir. Ce constat nous a intrigués. Le concept d’« empowerment » apparaît dans divers exemples historiques de lutte sociale et collective contre l’injustice. Certains ont des doutes quant à savoir si cela a du sens de revendiquer à nouveau, pour ce terme, sa signification d’origine. Nos années d’expérience avec des partenaires du Sud qui utilisent l’empowerment comme stratégie dans leur lutte pour le droit à la santé étaient et sont toujours une source très riche d’inspiration dans le développement de notre vision sur l’empowerment et le changement social.

Vous pouvez télécharger la brochure ici. Bonne lecture! Les stéréotypes homme-femme mauvais pour la santé. La dépression est-elle plutôt une "maladie de femme"? L'infarctus touche-t-il surtout les hommes? Des membres du comité d'éthique de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, ont publié mardi une note évoquant les discriminations liées au sexe et au genre dans le domaine de la santé. Décryptage avec Catherine Vidal, neurobiologiste, directrice de recherche à l'Institut Pasteur et membre du groupe "genre et recherche en santé" du comité d'éthique de l'Inserm. Que vient faire la question du genre dans le domaine médical? Catherine Vidal: Les représentations sociales liées au genre féminin ou masculin du patient jouent sur l'attitude des patients et du corps médical.

Quelle différence faites-vous entre le genre et le sexe? Le sexe concerne les caractéristiques biologiques -chromosomes, organes génitaux, hormonaux qui différencient les mâles et les femelles. Vous voulez dire que l'attitude du médecin et son diagnostic peuvent varier en fonction du sexe de son patient? Oui. Procédures de contrôle de l'insuffisance professionnelle et règles de suspension temporaire des personnels médicaux et non médicaux. Décret n°2014-545 du 26 mai 2014 - Base de données juridique.

Des ordonnances avec pictogrammes pour patients illettrés. Avec Martin Winckler, le malade imaginatif. Parole du patient, éthique du soignant. Patients Lose When Doctors Can't Do Good Physical Exams. A quoi voit-on qu'un *obstétricien* ne respecte pas une patiente et se conduit de manière anti-professionnelle ? (6) A quoi voit-on qu'un(e) gynécologue ne respecte pas une patiente (et n'a pas une attitude professionnelle) ? Des dangers de la protocolisation en médecine. Une liste noire des «charlatans de la médecine» mise en ligne | Rene-Charles Quirion | Faits divers. Untitled. Quand la patiente s’impatiente … « Un très grand nombre d'examens sont inutiles », selon le Pr Didier Sicard, du Comité national d’éthique.

Patients inquiets et surconsommation de soins | Les chemins de travers. L'attitude du médecin avec son patient a un impact sur sa santé. Association de Gestion Agréée des Professions de Santé - Adresses Utiles. Ça pique ?

The Influence of the Patient-Clinician Relationship on Healthcare Outcomes: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. Parole du patient, éthique du soignant. Gynéco & consentement : mon corps, mon choix !

Dossier médical

Clause de conscience du médecin. Accès aux soins et CMU complémentaire : les résultats des travaux du Défenseur des droits. Quelle réponse des pouvoirs publics à l'engouement pour les médecines non conventionnelles ? (Note d'analyse 290 - Octobre 2012. J’ai été, reste et resterai un médecin mal-adroit mais bien-traitant… De l’autre côté de la frontière. Primum cogitare. La plupart des gens ne s'informent pas assez pour prendre part aux décisions médicales les concernant. La maltraitance médicale est un viol. "Je voudrais rassurer les médecins inquiets face aux patients mieux informés" Dr Claude Leicher (MG France) Ordonnance médicale à l’étranger - Les règles. Texting While Doctoring: A Patient Safety Hazard. Maladite. Messages d'information dans les salles d’attente : vraiment un danger pour la santé publique ? Oser parler avec son médecin. Les défis éthiques du gynécologue/obstétricien. On vit une époque formidable : limites et abus de la prévention.

Un travail de fin d'études infirmier sur les bienfaits de l'humour. Académique. Déontologie : près de 300 plaintes contre Debré et Even. Article 83 - Rédaction d'un contrat. Est-il dangereux de penser que la santé n’a pas de prix ? Article 89 - Tenue cabinet. Identification of doctors at risk of recurrent complaints: a national study of healthcare complaints in Australia -- Bismark et al. -- BMJ Quality and Safety. Au vingt-et-unième siècle, les médecins français continuent à maltraiter les femmes. Pratiques, les cahiers de la médecine utopique. Quand la patiente s’impatiente … Le Chœur des femmes (P.O.L) Les médecins maltraitants - Comment les reconnaître ? Que faire quand on les a subis ? Soigner, c'est partager. Code de déontologie des sages-femmes (Version consolidée le 19 juillet 2012) Les médecins contre la légalisation du testing. Peut-on encore avoir confiance en son médecin ? Merci la HAS ! L'Académie de médecine juge qu'il y a trop d'examens médicaux inutiles.

Comment promouvoir l’action du Formindep. Médecine : ceux qui disent non aux labos. Code de la sécurité sociale. - Article L162-4. Pour mieux soigner : des médicaments à écarter'', 1er février 2013. Angela di Pastena, jeune chercheur en neuropsychologie : « Le soin ne passe pas que par la médecine » Contraception : comment l'ignorance médicale et le marketing industriel mettent les femmes en danger... et comment y échapper.

Il faut garantir l'independance du corps médical et des autorités de santé en France. Relation de soin médecin-patiente dans les domaines liés à la sexualité. Humacoop - HUMACOOP Formation action humanitaire préparation au départ en mission humanitaire ONG. Mail et réseaux sociaux : attention à la faute professionnelle. Les dossiers du professionnel. N°59 L'erreur en médecine.