background preloader

Les chemins de la puissance Un foyer de conflits - La Chine

Facebook Twitter

Les chemins de la puissance
Un foyer de conflits
- Les États-Unis et le monde depuis 1945.
- La Chine et le monde depuis 1949.

Chine depuis 1949: Dates et schémas. Chronologie Chine, La Chine au XXe siècle. 1911 : Insurrection républicaine à Wuhan (10 octobre). En décembre, Sun Yat-sen devient président provisoire de la République proclamée à Nankin le 1er janvier 1912. 1912 : Abdication de P'ou-yi, le « dernier Empereur » mandchou (12 février). Yuan Shi-kai, un général qui était ministre dans le gouvernement impérial, obtient la démission de Sun Yat-sen le 15 février, le remplace comme président de la République et établit un régime autoritaire (constitution du 1er mai 1914). Les chefs mongols se proclament indépendants à Urga (Oulan-Bator). 1912-1914 : Insurrection paysanne dite du « Loup Blanc » dans le centre et le nord du pays. 1913 : Le Tibet se déclare indépendant. 1915 : Le Japon, désireux d’imposer, à la faveur de la guerre européenne, son hégémonie économique à la Chine présente au gouvernement de Pékin 21 demandes dont Yuan Shi-kaï accepte la plupart malgré la colère de l’opinion. 1917 : La Chine entre en guerre aux côtés de l’Entente. 1920 : Sun Yat-sen rentre à Canton.

La Chine et le monde depuis 1949 - Association des Professeurs d'Histoire et de Géographie. Le 1er octobre 1949, Mao Zedong, secrétaire général du Parti Communiste Chinois (PCC) et chef de l’Etat, proclame la République populaire de Chine. Le PCC vient de remporter la Seconde guerre civile contre le Guomindang. Les protagonistes sont les dirigeants du PCC comme Mao ou Zhou Enlai. Ces derniers sont entourés par des membres des partis du Centre qui se sont rapprochés du PCC pour former la Conférence consultative politique du peuple chinois, une sorte d’« Assemblée nationale provisoire ». Le 21 septembre 1949, Mao déclarait alors qu’il venait d’être intronisé chef de l’Etat : « désormais notre nation ne sera plus humiliée, nous nous sommes relevés ».

La signification de cette journée du 1er octobre 1949 est le retour de la Chine à l’indépendance nationale. En effet, depuis le milieu du XIXe siècle, la Chine était devenue une semi colonie avec un gouvernement soumis aux puissances occidentales et au Japon. I/ La Chine de Mao du Bloc communiste au Tiers monde (1949-1976) Les vingt jours de la Commune de Shanghai. En janvier 1967, Shanghai est en ébullition. La Révolution culturelle a été lancée quelques mois plus tôt, lorsque le président Mao a dressé les caractéristiques d’une nouvelle structure politique émancipée des bureaucrates, cette nouvelle classe privilégiée pointée du doigt pour son conservatisme.

L’idée est de reprendre le pouvoir central au courant liu-denguiste (celui de Liu Shaoqi et Deng Xiaoping). Pour ce faire, il théorise l’abolition des disparités entre travaux manuel et intellectuel, agricole et industriel et la construction d’un État sur le modèle de la Commune de Paris de 1871. À Shanghai, travailleurs et étudiants se saisissent de ces directives jusqu’à déclencher la « tempête de janvier » qui, à la suite de grèves massives, aboutira au renversement de l’administration locale.

Alice Ekman : « Le soft power chinois se durcit » À l'issue de la visite d'Emmanuel Macron en Chine, la chercheuse explique comment le pays s'y prend pour exporter son modèle autoritaire. LE FIGARO. - Quel bilan peut-on tirer de la visite d'Emmanuel Macron en Chine? Alice EKMAN. - Sur le style, le président français a à la fois développé un discours de séduction et de fermeté, incluant des demandes assez claires, telles que la réciprocité en termes d'accès au marché chinois des entreprises françaises et européennes.

Le ton général des interventions indique une approche réaliste des différends bilatéraux. Sur le fond, des contrats ou des accords importants ont été signés dans certains secteurs (nucléaire civil, aéro-spatial…), même si c'est un rituel des visites d'État, et qu'ils sont le fruit de longues négociations lancées bien avant la visite. Ce déplacement peut-il contribuer à réduire l'énorme déficit commercial de la France par rapport à la Chine (30 milliards d'euros en 2016)? C'est difficile à évaluer à ce stade. Les conflits en mer de Chine méridionale | Sciences Po CERI. Depuis plusieurs décennies, les îles et atolls de mer de Chine méridionale sont l’objet de revendications de la part des pays riverains que sont la Chine, le Vietnam, les Philippines, la Malaisie mais aussi l’Indonésie et le sultanat de Brunei.

Les îles Paracels sont situées entre les îles chinoises du Hainan et la côte vietnamienne. Les îles Spratleys quant à elles sont localisées entre l’île philippine de Palawan, Bornéo et le Sud-Vietnam et font l’objet de contestations de la part de Pékin, Hanoï, Manille et Kuala Lumpur. S’y ajoutent les récifs Louisa, les bancs de Macclesfield et de Rifleman ainsi que l’atoll de Scarborough. Ce dernier est le plus large de la partie occidentale des Philippines. Un double enjeu Comme le montre la carte ci-dessous qui indique les Zones économiques exclusives des prétendants, de nombreux pays revendiquent les îles et les atolls de la mer de Chine méridionale. Histoire et droit Montée des tensions et faiblesse de l’action collective. F trav spratleys 1. La Chine se cartographie au centre du monde. La situation en Chine à la fin de l'année 1948.

La guerre contre le Japon, qui avait réuni les ennemis d'hier, a radicalement changé le rapport politique entre le communisme et la Chine. Aux yeux de l'opinion publique, le communisme s'est identifié avec la cause de la nation chinoise. Son prestige politique se fonde sur un consensus populaire à caractère national, consensus que le Guomindang a largement perdu du fait de son attentisme face au danger japonais, sans parler de sa corruption. Après l'échec d'une solution politique (la médiation Marshall), le Guomindang rouvre la guerre civile en 1946.

Malgré l'aide militaire fournie par les Etats-Unis, le Guomindang ne peut tenir tête à un adversaire aussi résolu et dynamique qui peut compter, notamment depuis la réforme agraire de 1947, sur le soutien de la paysannerie, mais aussi, en ville, des intellectuels, des étudiants, et des ouvriers. Même les capitalistes nationaux, incapables de faire face à la concurrence américaine, finissent par retirer leur soutien au Guomindang. La reconnaissance de la République Populaire de Chine par la France.

Le reportage est une véritable apologie de la Chine et du peuple chinois. Il s'agit d'un reportage officiel des Actualités Françaises servant à justifier la décision du gouvernement français de reconnaître la Chine. Les séquences sont dignes des images réalistes socialistes, et auraient aussi bien pu être filmées par des équipes chinoises. L'efficacité de cet enchainement d'images est renforcé par l'alternance de plans très larges souvent en plongée et fixes, avec des profondeurs de champ remarquables (pour montrer la grandeur du pays, les progrès agricoles, l'élevage de canards, l'architecture), juxtaposés à des plans rapprochés, de face ou en contre-plongée (peuple en liesse, ouvrières au travail...), et à des travelling qui donnent une dynamique encore plus vive à l'ensemble.

Carole Robert. 18 août 1966 - Révolution culturelle en Chine populaire. Le 18 août 1966 débute la Révolution culturelle prolétarienne. Planifiée par Mao Zedong (73 ans), fondateur du régime communiste et de la Chine dite populaire, elle vise à restaurer son autorité sur le Parti communiste chinois (PCC) après l'échec dramatique du « Grand Bond en avant » (1958-1961). Alban Dignat Vive la révolution permanente ! Mao, qui est toujours le président du Parti, mobilise la jeunesse lycéenne de Pékin et Shangai contre le président de la République Liu Shaoqi et Deng Xiaoping. Ceux-ci représentent l'aide droite pragmatique au bureau du PCC. Ils sont accusés de « révisionnisme » et se voient reprocher de sacrifier l'idéologie aux impératifs du redressement économique. Deng Xiaoping est soumis à une rééducation forcée et Liu Shaoqi meurt en prison.

Emportés par leur élan, les jeunes de toutes conditions sociales se rassemblent sous l'étiquette de « Gardes rouges ». Fiasco meurtrier Les troubles ne s'arrêtent pas pour autant. Il y a 50 ans, la Chine faisait sa meurtrière Révolution culturelle. Ils sont des millions d'étudiants dans le pays à converger vers la place Tian'anmen. Ce 18 août 1966, équipés d'un brassard, petit livre rouge à la main, les jeunes chinois deviennent des gardes rouges. Lancée par Mao Zedong, la Révolution culturelle vit alors ses premières heures. Pour assurer son pouvoir, le Grand Timonier veut purger le Parti communiste.

Il s'appuie sur la jeunesse et, sur ce livre rouge, un recueil de citations de Mao lui-même. Les gardes rouges sillonnent le pays et instaurent un climat de terreur. Le JT Grand Soir 3 du mercredi 17 août 2016 L'intégrale Les autres sujets du JT. Bac d’histoire 2016 (4/4) : La Chine et le monde. 1978-2018 : Pudong, de l'ombre à la lumière. Pudong -littéralement « à l'est de la rivière Huangpu »- est le moteur de la croissance de Shanghai et un symbole brillant de la modernisation de la Chine. Pourtant, il y a 40 ans, lorsque le pays a lancé sa politique de réforme et d'ouverture, cet endroit était principalement constitué de terres agricoles. Bien qu'il ne se trouve qu'à quelques pas de l'autre côté de la rivière, la population locale n’avait que peu d’intérêt pour Pudong, beaucoup moins développé que Puxi, qui était déjà un centre industriel florissant.

Tout cela a changé en avril 1990, lorsque le Conseil des Affaires d'Etat, le gouvernement chinois, a annoncé son intention de développer Pudong et d'en faire une nouvelle zone dynamique. Aujourd'hui, selon les données officielles, le district représente 20% du territoire de la ville, 25% de sa population et un tiers de son PIB. M. C'est là que Jiang Tai Reinsurance Brokers a été fondée en décembre 2015. Tensions sino-japonaises autour d'îlots âprement revendiqués.