background preloader

Annedam

Facebook Twitter

M le maudit de Fritz Lang. La petite Elsie Beckmann est abordée dans la rue par un petit homme souriant qui, tout en sifflotant un air de Peer Gynt, lui achète un ballon à un marchand ambulant aveugle...

M le maudit de Fritz Lang

Un peu plus tard, la presse annonce que le maniaque assassin d'enfants vient de faire une nouvelle victime. Le commissaire Lohmann fait procéder à de nombreuses rafles qui n'aboutissent qu'à désorganiser la pègre. Premiere.fr. M le Maudit, film réalisé par Fritz Lang au cinéma le 5 mars 2014. M le Maudit. Il s'agit du premier film parlant de Fritz Lang qui avait jusqu'alors dirigé plus d'une douzaine de films muets y compris Metropolis.

M le Maudit, film réalisé par Fritz Lang au cinéma le 5 mars 2014. M le Maudit

Avec le temps, M le maudit est devenu un classique reconnu, rivalisant avec les autres œuvres de Lang pour le titre d'opus magnum. Fritz Lang considérait ce film comme son préféré. « Dans l'œuvre de Lang qui aimait tant présenter, à une certaine époque, « a man trapped by fate », c'est-à-dire l'homme aux prises avec le destin ou l'homme en face de l'injustice de la société, son film M. le maudit est l'œuvre clé. » Lotte H. Eisner (L'Avant-Scène du cinéma, N°39, 1964) Le film avait été inspiré par un fait divers criminel alors fameux : « le vampire de Düsseldorf ». Une ville cherche un meurtrier (Ein Stadt sucht ein Mörder) fut un des titres provisoires de M, et la ville est avec le meurtrier le principal personnage du drame.

George Sadoul, Dictionnaire des films (Ed. Une voix d'enfant égrène une comptine sur l'écran encore noir. Fritz Lang. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fritz Lang

Pour les articles homonymes, voir Lang. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse[modifier | modifier le code] Friedrich Christian Anton Lang[1], de son nom complet, naît dans une famille de la grande bourgeoisie. Son père est entrepreneur en bâtiment viennois de confession catholique ; sa mère, née Schlesinger, est d'origine juive, convertie au catholicisme. Le jeune Fritz manifeste des dons pour la peinture et le dessin, et une grande passion pour les récits d'aventures, fables fantastiques, exotiques et policières. Il décide de rompre avec sa famille et entame un tour du monde qui va durer, selon ses dires, de 1908 à 1913[3]. Biographie & Filmographie de Fritz Lang. Cinéma allemand. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cinéma allemand

Le cinéma allemand est l'un des cinémas nationaux à l'histoire la plus prestigieuse. La création cinématographique en Allemagne a fortement été marquée par les ruptures politiques et sociologiques qu'a connues le pays. Les deux guerres mondiales et la séparation en deux États distincts (RFA et RDA) appartenant à des groupes antagonistes (OTAN et pacte de Varsovie, capitalisme et communisme) l'ont influencées au plus haut point. On doit citer en particulier le rôle normalisateur que jouèrent les sociétés ou organismes cinématographiques (UFA et DEFA Deutsche Film AG en RDA). Nouveau cinéma allemand. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nouveau cinéma allemand

Le nouveau cinéma allemand (Neuer Deutscher Film ou encore Junger Deutscher Film) est un courant cinématographique né dans la RFA des années 1960 et 1970 et représenté par les metteurs en scène Hans-Jûrgen Syberberg, Alexander Kluge, Wim Wenders, Volker Schlöndorff, Werner Herzog, Werner Schroeter et Rainer Werner Fassbinder. Ces cinéastes plaçaient la critique sociale et politique au cœur de leur travail, se démarquant ainsi du film de pur divertissement. Leurs productions, relevant du « cinéma d'auteur », furent en général réalisées en dehors des grands studios de cinéma. Le Nouveau Cinéma Allemand a été influencé par la « Nouvelle Vague » française ainsi que par les mouvements de protestation des années 1968. De Joe Hembus au Manifeste d’Oberhausen[modifier | modifier le code]

Histoire du cinéma allemand de 1910 à 1930. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Histoire du cinéma allemand de 1910 à 1930

L'histoire du cinéma allemand de 1910 à 1930 est la chronologie qui couvre la période la plus prolifique du cinéma allemand. Il doit son développement à la Première Guerre mondiale et atteint un apogée au cours des années 1920 et au début des années 1930 où des films à retentissement mondial sont réalisés. De même, des stars internationales sont révélées, servant parfois de vivier au cinéma hollywoodien.

Cinéma allemand de l'après-guerre. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cinéma allemand de l'après-guerre

La période du cinéma allemand d'après-guerre est l'histoire du cinéma allemand entre 1945 et les années 1950, après la chute du Troisième Reich et la fin de la Seconde Guerre mondiale, jusqu'à l'établissement de la République fédérale d'Allemagne à l'Ouest et de la République démocratique allemande à l'Est. Histoire[modifier | modifier le code] La guerre laisse une Allemagne exsangue et en ruines. Néanmoins, le critique de théâtre Friedrich Luft se souvient que dès 1946, des spectacles se produisent dans plus de 200 salles de Berlin, alors pourtant en grande partie détruite[1]. En 1944, on comptait au total 6484 salles de cinémas sur le territoire du Reich ; en mai 1945, sur les 3000 de la zone occidentale, seuls 1150 sont exploitables[2].

Les progrès technologiques réalisés par le Troisième Reich en matière de réalisation cinématographique se poursuit après guerre[5].