background preloader

Art et littérature numérique

Facebook Twitter

Comment le numérique est en train de métamorphoser le monde de l'art. L'artiste sait parfaitement gérer son image C'est un fait connu depuis Exit through the gift shop, le film dédié à Banksy : l'artiste sait parfaitement gérer son image, l'alimenter de rumeurs et de mythes et la faire fructifier.

Comment le numérique est en train de métamorphoser le monde de l'art

En octobre dernier, son utilisation promotionnelle d'Internet a été exemplaire et a soulevé des questions et réserves applicables à tout le monde de l'art. Banksy est parvenu à démocratiser son art, à le faire connaître dans les cercles non attenants au monde de l'art. Ce succès a suscité autant d'admiration que de rejet. Les musées et institutions essaient de suivre son chemin, mais Banksy a également essuyé des critiques. AMA a enquêté sur le défi que l'ère numérique impose au monde de l'art. L'ère numérique : vers une démocratisation de l'art plus aisée ? Le progrès numérique a été accueilli de manière presque messianique. Ainsi, le numérique aurait changé la structure, mais pas l'essence de notre consommation culturelle. Créer le plus grand dessin du monde. Comment le numérique modifie-t-il nos compétences de lecture ? C’est un fait : nous vivons dans une société où nous sommes bombardés d’informations.

Comment le numérique modifie-t-il nos compétences de lecture ?

Hyperconnectés, nous avons accès de manière quasi instantanée à des connaissances et des millions de contenus. Inévitablement, notre rapport à la lecture s’en voit modifier. Alors de quelle manière le numérique affecte-t-il nos compétences ? Tout d’abord, force est de constater que dans la galaxie numérique, la lecture est notre premier mode d’accès à l’information.

Nous lisons en effet tout le temps : sms, whatsapp, contenus online, rapports, PDF, présentations slideshare, ebooks, courriels, commentaires et statuts de nos amis sur les réseaux sociaux… La lecture est immédiate et constitue la clé fondamentale du web. C’est vrai que la transposition d’un livre à la sphère numérique n’est pas seulement un transfert d’encre vers les pixels. Le numérique n’est donc pas prêt de tuer la lecture, les chiffres tendent plutôt à indiquer le contraire. A lire également sur Lettres numériques : Métamorphoses du livre et de la lecture à l'heure du numérique. Théâtre : est-ce que le numérique change quelque chose ? Peut-on dire que le numérique change l’écriture d’un art comme le théâtre ?

Théâtre : est-ce que le numérique change quelque chose ?

Même les metteurs en scène les plus «revêches» sont habités de culture numérique, sans le savoir ou l’admettre. Et cela tout simplement par les liens étroits qu’ils entretiennent avec leur smartphone ou leur email, et parfois avec Facebook. Il y a donc déjà - avant d’arriver au plateau - un socle relationnel qui a changé entre artistes, créateurs, programmateurs, et institutions... Ensuite, sur la question de l’écriture des spectacles, les nouveaux outils numériques changent aussi les pratiques, non seulement à cause de l’usage des traitements de texte, mais avec les outils spécifiques à l’écriture scénographique ou vidéo. Ils permettent de créer, mais aussi de prototyper, et ils augmentent de façon significative la dynamique des échanges (fichiers vidéos, photos, décors 3D, sons, musiques...).

Et sur le plateau, qu’est-ce qui change ? Qu’en est-il de la visibilité des oeuvres ? Chercher le texte - festival de #littéra... Ecrire au temps de la révolution numérique. Vers une net-littérature. Marie-Albéric Martin écrit un mémoire sur la twittérature.

Vers une net-littérature

Je réponds à ses questions. — Vous considérez Twitter comme un outil pour écrire ? — Twitter n’est pas un outil. C’est plutôt un lieu social dans l’espace numérique, une sorte de bar. Et comme dans un bar, on peut y écrire, même si la plupart des gens préfèrent discuter au comptoir. — Considérez-vous twitter comme une contrainte pour écrire ? — Quand on écrit dans un bar, on a la contrainte de la foule, du bruit, du serveur qui lorgne sur nous… Sur Twitter, la table est si étroite qu’on ne peut pas dépasser les 140 caractères consécutifs. La véritable contrainte n’est pas dans les 140 caractères, mais dans le regard constant porté sur ces caractères par la foule de nos followers. Le lecteur entre dans l’atelier de l’auteur.

C’est ça la nouveauté littéraire. Il va s’en dire qu’écrire puis publier a posteriori sur Twitter n’a aucun intérêt. . — Est-ce qu’écrire sur Twitter affecte la structure de la narration ?