background preloader

Méthodes et techniques de l'archéologie

Facebook Twitter

The archaeometry of ancient glassmaking: reconstructing ancient technology and the trade of raw materials.

Archéologie aérienne

Archéologie funéraire. Archéologie sous-marine. Archéogéographie. Archéozoologie et archéobotanique. Méthodes de datation. Tracéologie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tracéologie

Elle a été développée dans un premier temps pour les outils de pierre taillée par Serguei Semenov. Les données obtenues permettent de caractériser les modalités de gestion de l’outillage et d’établir des spectres fonctionnels quantifiés qui peuvent être interprétés dans une perspective socio-économique, comme l’a fait Bernard Gassin sur des séries du Chasséen provençal[1].

Références[modifier | modifier le code] Anderson-Gerfaud, P., Moss, E. et Plisson, H. (1987) « À quoi ont-ils servi ? L'apport de l'analyse fonctionnelle », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 84, no 8, p. 226-237.Vaughan, P. (1983) « La fonction des outils préhistoriques », La Recherche, no 148, vol. 14, p. 1226-1234. Notes[modifier | modifier le code] ↑ Gassin, B. (1996) Évolution socio-économique dans le Chasséen de la grotte de l'Église supérieur (Var). Liens externes[modifier | modifier le code] Compétences Archéométriques Interdisciplinaires-Réseau National. 2015 Méthodes et formations en archéométrie en France. GMPCA - L’association professionnelle de l’archéométrie. Aux origines de la tracéologie. Comptes rendus 193 Bulletin de la Société préhistorique française 2006, tome 103, no 1, p. 189-198 mais mal connue − que prit l’expérimentation dans ses recherches, et A.

Aux origines de la tracéologie

Leroi-Gourhan (1911-1986), pour sa vision universelle de la technologie. Si par bien des aspects l’oeuvre de S. A. Semenov nous apparaît actuelle, c’est probablement parce qu’elle n’a pas été dépassée, ni même, pour certains, égalée. Prehistoric technology a eu pour ambition d’accompagner cette ouverture et ce retour aux sources d’une discipline particulièrement riche. Organisation. Cultures et Environnements <br /> Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge <br /> CEPAM - UMR 7264 - Tracéologie et analyse fonctionnelle.

Responsable : Sylvie Beyries La tracéologie ou analyse fonctionnelle est une discipline scientifique qui a pour but de déterminer la fonction des outils par l’étude des traces produites lors de leur utilisation ; les données obtenues permettent de caractériser les modalités de gestion de l’outillage et d’établir des spectres fonctionnels quantifiés qui peuvent être interprétés dans une perspective socio-économique et environnementale.

Cultures et Environnements <br /> Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge <br /> CEPAM - UMR 7264 - Tracéologie et analyse fonctionnelle

Depuis longtemps le CEPAM (UMR 7264) est reconnu, sur les plans national et international, comme un centre d’excellence pour l’analyse fonctionnelle des outillages pré- et protohistoriques. Le laboratoire animé par deux directeurs de recherches, accueille en permanence des doctorants, post-doctorants, chercheurs de nombreux pays venus pour se former, pour des expertises ou des réunions scientifiques centrées sur la discipline. Chercheurs, Post-doctorants, doctorants en tracéologie et analyse fonctionnelle Équipements du laboratoire de tracéologie : Tracéologie : lorsque l’étude des traces dévoile la fonction d’objets préhistoriques.

Les sciences de l'archéologie : Emilie Claud, tracéologue. Le tracéologue étudie les outils en pierre taillée pré-historiques, plus précisément les traces d’utilisation qu’ils sont susceptibles de porter.

Les sciences de l'archéologie : Emilie Claud, tracéologue

Celles-ci constituent des indices du mode de fonctionnement de l’outil, de la matière qu’il a travaillée, du mouvement effectué et de son mode de préhension. Leur interprétation est possible grâce à l’expérimentation, qui permet de comparer les traces portées par les outils préhistoriques avec des traces d’utilisation dont l’origine est connue. L’étude tracéologique permet de compléter les connaissances des archéologues sur la manière dont les hommes préhistoriques ont produit, entretenu, utilisé et rejeté leur outillage. Elle contribue également à préciser la fonction d’un site (atelier, habitat, camp de chasse…), ainsi que sa structuration spatiale, lorsque différentes aires d’activités ont été identifiées. Emilie Claud nous raconte sa vocation d’archéologue, sa démarche d’analyse et ses résultats scientifiques.

Archéochimie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Archéochimie

Ne doit pas être confondu avec Archimie. L'archéochimie est la discipline de la chimie appliquée au contexte archéologique. Paléopathologie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paléopathologie

La paléopathologie (du grec παλαιός, palaios, « ancien », πάθος, páthos, « passion, manie, maladie » et λόγος, logos, « mot, explication, étude théorique »[1]) est une branche de la médecine spécialisée dans l'étude des maladies et des évolutions dégénératives observées chez les populations du passé. Il s'agit d'une discipline jeune pour laquelle n'existe encore aucun enseignement spécifique : les paléopathologues se forment en analysant les restes humains, soit dans le cadre d'un enseignement médical d'anatomie pathologique ou de médecine légale, soit dans celui d'un enseignement de biologie spécialisée (anthropologie préhistorique ou paléoanthroplogie, bioarchéologie (en)[2]). Archéométallurgie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Archéométallurgie

L’archéométallurgie, appelée aussi paléométallurgie, est la science qui étudie les procédés de fabrication des objets métalliques dans les sociétés pré-industrielles. Paléoenvironnement. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paléoenvironnement

Éléments de définition[modifier | modifier le code] Comme tout environnement, un paléoenvironnement se compose d'un milieu (biotope), ainsi que des êtres vivants qui y évoluent (biocénose). Cependant, chacune des composantes d'un paléoenvironnement doit souvent être étudiée séparément à partir d'éléments différents du « registre fossile », et faire ensuite l'objet d'une reconstitution.

Certaines espèces se fossilisent mal. Paléoclimatologie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paléoclimatologie

La paléoclimatologie est la science qui étudie les climats passés et leurs variations. Elle tente d'établir les conditions environnementales caractéristiques de chaque période géoclimatique, notamment en termes de paléotempératures de l'atmosphère, des océans et des continents. Ces reconstitutions des variations climatiques passées, et éventuellement de leurs causes, apportent des données (en partie empiriques) sur l'évolution du climat actuel et futur. Vocabulaire et concepts[modifier | modifier le code] Températures reconstituées depuis la fin de la dernière période glaciaire ( - 12 000 ans) Températures depuis 400 000 ans Températures depuis 5 millions d'années Températures depuis 65 millions d'années Variations du climat global depuis 540 millions d'années Le terme « paléoclimat » désigne un climat ancien, par opposition au climat actuel, sans référence à une échelle de temps.

Géoarchéologie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Géoarchéologie

La géoarchéologie ou géologie du Quaternaire est la discipline qui étudie les sédiments archéologiques. À la charnière des sciences naturelles et des sciences humaines, elle peut se définir comme une approche géologique d'un site archéologique. Elle est notamment utilisés dans certains protocoles[1] pour préparer des diagnostics de potentialité archéologique à grande échelle[2], et optimiser les délais de l'archéologie préventive dans le cadre de la préparation des chantiers de grands travaux[3]. Corpus technique[modifier | modifier le code] La géoarchéologie utilise les techniques et les approches de :

Archéologie environnementale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’archéologie environnementale est la partie de l'archéologie qui a pour objet d'étude l'environnement passé (faune, flore, fonge, microbes, écosystèmes, paysages, climat, etc.) et de ses interactions avec l'Homme (relations prédateurs-proie, exploitation des milieux et ressources naturelles, agriculture, chasse, pêche, nécrophagie, élevage, sédentarisation ou nomadisme, etc.) au cours des âges. Comprendre le passé (par exemple comment l'homme et les sociétés passées se sont (ou non) adaptés aux périodes passées de glaciations et de réchauffement climatique, de surexploitation de ressources naturelles, alors que son environnement évoluait fortement) est aussi un moyen de préparer l'avenir.

Outils et méthodes[modifier | modifier le code] Taphonomie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Perforations d'éponges et tubes encroutés de vers serpulidae sur une coquille moderne de Mercenaria de Caroline du Nord. La taphonomie (du grec τάφος taphos, « enfouissement », et νόμος nomos, « loi ») est la discipline de la paléontologie et de l'archéothanatologie qui étudie la formation des gisements fossiles et tous les processus qui interviennent depuis la mort jusqu'à la fossilisation d'un organisme (y compris du pollen fossile, étudiés par la palynologie[1]). Cette discipline repose sur le concept d’actualisme et le raisonnement par analogie[2]. Historique[modifier | modifier le code] Le terme « taphonomie » a été proposé par le paléontologue russe/soviétique Ivan Efremov en 1940 pour désigner l'étude du passage des restes ou produits des organismes vivants de la biosphère à la lithosphère[3].

Méthodes[modifier | modifier le code] Taphonomie expérimentale[modifier | modifier le code] GMPCA - L’association professionnelle de l’archéométrie. Archéométrie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'archéométrie est une discipline scientifique mettant en œuvre des méthodes physiques ou chimiques pour les études archéologiques. Ces méthodes comprennent des études de sédimentologie, botanique, archéozoologie, anthropologie, analyses des matériaux dans un objectif de datation des objets et sites archéologiques.

Le centre européen de l'archéométrie est situé à Liège, en Belgique, et dépend directement de l'ULg. L'archéométrie française a été fondée par Maurice Picon qui a œuvré pour convaincre la communauté scientifique que l’archéométrie n’est pas une science annexe de l’archéologie. Archéologie spatiale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Archéologie spatiale est une approche spécifique de l'archéologie utilisant des images satellites ou photos aériennes, afin de trouver des indices sur les sites perdus de civilisations disparues[1],[2]. Elle peut aussi faire appel à d'autres moyens de télédétection (par exemple l'imagerie infrarouge)[3]. L'utilisation des techniques de télédétection permet aux archéologues de découvrir des données uniques[4],[5] qui sont impossibles à obtenir en utilisant les techniques traditionnelles de fouilles archéologiques.

Techniques[modifier | modifier le code] Les techniques employées peuvent utiliser l'imagerie satellite ou la photographie aérienne ou la combinaison des deux. Archéologie du bâti. Catégorie:Méthode liée à l'archéologie. Prospection au sol. Méthodes scientifiques de l'archéologie. Stratigraphie. Archéoastronomie. Catégorie:Discipline de l'archéologie. Ethnoarchéologie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'ethnoarchéologie est une forme d'archéologie dans laquelle les chercheurs analysent et interprètent les données issues des fouilles archéologiques en se basant sur les pratiques et les productions matérielles de populations traditionnelles actuelles[1],[2]. Archéologie expérimentale.