background preloader

Ponts, tunnels et aqueducs romains

Facebook Twitter

Liste des canaux romains. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste des canaux romains

Essai de reconstruction du canal de Pline en 1818. Canaux[modifier | modifier le code] Par ordre chronologique : Tunnel romain du Furlo. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tunnel romain du Furlo

Entrée nord du tunnel romain du Furlo, avec inscription latine Le tunnel romain du Furlo (galleria del Furlo) est un ouvrage datant du règne de Vespasien, situé sur la Via Flaminia, au niveau de la Gola del Furlo (Gorge du Furlo), au nord-est d'Acqualagna (province de Pesaro-Urbino, Marches, Italie).

Le tunnel romain[modifier | modifier le code] Le tunnel du Furlo est percé dans la roche sur une longueur de 38 m, sur une largeur de 5,5 m pour une hauteur 6 m[1], commencé vers -220, puis achevé en 76 sous le règne de l'empereur Vespasien, pour faciliter la circulation entre Rome et l'Adriatique par la Via Flaminia, qui suit la vallée du Métaure jusqu'à son embouchure. Ce tunnel, auquel on donna le nom de forulum, puis Furlo (c'est-à-dire « le petit trou ») est l'un des rares tunnels routiers romains qui nous soient parvenus.

Crypta Neapolitana. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crypta Neapolitana

Buste de Virgile proche de la tombe du poète à Piedigrotta. Entrée de la Crypta Neapolitana de Piedigrotta. Bas-relief de Mithra Tauroctonie découvert dans la crypta Neapolitana. Effigie de la Madonna du Sanctuaire de Piedigrotta. La crypta neapolitana (ou Grotta di Posillipo) est un ouvrage d’art souterrain lié à une voie de communication entre Naples et les champs Phlégréens. Ses dimensions sont gigantesques : elle mesure 705 mètres de long sur 4,5 mètres de large et 5 m de haut. Entre histoire et légende[modifier | modifier le code] Tunnels routiers romains. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tunnels routiers romains

Quelques rares exemplaires de tunnels routiers creusés du temps des Romains sont parvenus jusqu'à nous, ouvrages d'art beaucoup plus discrets que les très célèbres et très renommés ponts romains. L'usage est le même que le nôtre — il s'agit de faciliter le passage d'une route à travers une crête montagneuse —, mais la technique, le profil sont sensiblement différents de ceux que nous connaissons aujourd'hui. On peut distinguer au moins trois types d'ouvrages, en plus des passages de gorges, présents dans les diverses régions de l'Empire. La technique[modifier | modifier le code] Pont romain. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pont romain

Le pont d'Alcántara, en Espagne, construit par Gaius Julius Lacer, vers 104-106. Les ponts romains furent installés dans toutes les provinces romaines. Aqueduc de Valens. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aqueduc de Valens

L'aqueduc de Valens (en Turc : Bozdoğan Kemeri) est un aqueduc construit par les Romains au IVe siècle dans la partie européenne d'İstanbul en Turquie. Aujourd'hui, il enjambe la principale artère de la vieille ville, le boulevard Atatürk qui relie le pont Atatürk sur la corne d'Or au port Yenikapi, coupant la vieille ville en deux suivant un axe nord-sud.

La municipalité d'Istanbul a réparé intensivement l'aqueduc ces dernières années en remplaçant les pierres fendues. Depuis début 2007 l'aqueduc est illuminé la nuit avec un système d'éclairage LED aux couleurs changeantes. Aqueduc de Ségovie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aqueduc de Ségovie

Histoire et description[modifier | modifier le code] Long de 881 mètres, l’aqueduc de Ségovie a une hauteur maximale de 28,5 mètres et 27 mètres au minimum. L'eau qu'il transportait, sur une pente de 1 %, prenait sa source dans la rivière Fuenfría à 17 km de Ségovie pour l'acheminer dans la région de Acebeda, 15 km plus loin.

Il compte en tout 166 arcs. Les 20 400 blocs de granite ne sont liés que par leur propre poids, sans aucun mortier, grâce au parfait équilibre des forces. En 1974, les 2000 ans du monument ont été célébrés : à cette occasion, une plaque commémorative offerte par la ville de Rome a été posée sur le monument. Aqueduc de Nîmes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aqueduc de Nîmes

Historique[modifier | modifier le code] Description[modifier | modifier le code] La fontaine d'Eure.Le pont du Gard.Le castellum divisorium. Notes et références[modifier | modifier le code] Aqueduc de Tarragone. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aqueduc de Tarragone

L'aqueduc de Tarragone (aussi appelé aqueduc de les Ferreres ou Pont du Diable) est un aqueduc situé en bordure de la ville de Tarragone en Espagne. Il date du Ier siècle : la décision de sa construction est attribuée à Auguste ; son état de conservation est remarquable. On y accède en traversant un parc boisé, à droite de la route de Valls. Aqueduc des Miracles.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aqueduc des Miracles

Présentation[modifier | modifier le code] Protection[modifier | modifier le code] Pont du Gard. Pont du Gard (Roman Aqueduct) The Pont du Gard was built shortly before the Christian era to allow the aqueduct of Nîmes (which is almost 50 km long) to cross the Gard river. The Roman architects and hydraulic engineers who designed this bridge, which stands almost 50 m high and is on three levels – the longest measuring 275 m – created a technical as well as an artistic masterpiece. Pont romain de Trèves. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] L'existence d'un premier pont romain en bois sur la Moselle est attestée dès -17.

Il s'agissait d'un pont sur pilotis ; l'âge des pilots a pu être estimé en 1963 par des analyses dendrochronologiques. Liste des aqueducs romains. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les aqueducs romains ont laissé de nombreux vestiges, notamment des ponts-aqueducs comme le pont du Gard en France, l'aqueduc de Ségovie en Espagne, l'aqueduc de Carthage en Tunisie. Cependant, la plus grande partie du parcours de ces aqueducs était souterraine, et bien moins spectaculaire que les ponts et viaducs qui persistent encore. Liste de ponts romains. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cette liste de ponts romains ne comprend que des ponts encore existants ou dont les vestiges sont encore très discernables. Pont du Gard. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'aqueduc, au sommet du pont. L'aqueduc romain de Nîmes[modifier | modifier le code] Dès le IVe siècle cependant, l'entretien commença à faire défaut, tandis que des dépôts calcaires occupaient les deux tiers, parfois les trois quarts, de la conduite. On estime à présent qu'il avait cessé de fonctionner au commencement du VIe siècle, à l'époque où, à la suite de la bataille de Vouillé, les Francs prirent le contrôle de la région d'Uzès, tandis que les Wisigoths se maintenaient à Nîmes : on a retrouvé des céramiques contemporaines dans les couches d'abandon, et l'aqueduc servit alors de carrière de pierre (des concrétions détachées des parois du canal ont été utilisées par les riverains pour leurs propres constructions et pour couvrir des sarcophages du cimetière de Saint-Baudile à Nîmes)[6].

Aqueduc. Aqueducs de Rome. Site du Pont du Gard. Aqueduc de Zaghouan.