background preloader

Mayas

Facebook Twitter

Portail:Mayas. Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre. le portail de la civilisation maya La civilisation maya est une ancienne civilisation de Mésoamérique principalement connue pour ses avancées dans les domaines de l'écriture, de l'art, de l'architecture, de l'agriculture, des mathématiques et de l'astronomie.

Portail:Mayas

C'est une des civilisations précolombiennes les plus étudiées avec celles des Aztèques et des Incas. Ils constituent toujours un groupe culturel varié d'Amérindiens vivant dans le sud du Mexique et le nord de l'Amérique centrale. Tenam Puente. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tenam Puente

Marqueur de jeu de balle de Tenam Puente (musée régional de Tuxtla Gutierrez). Tenam Puente est un site archéologique maya situé dans la région du Chiapas au Mexique, sur une série de collines surplombant la vallée de Comitán[1]. L'essentiel des ruines de cette ancienne cité a été daté du Postclassique formatif maya, entre 900 et 1200[1]. Les éléments les plus anciens remontent à 300 avant notre ère[1].

Temple du grand jaguar. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temple du grand jaguar

Le temple du grand jaguar à Tikal. Le temple du grand jaguar (Temple I) est une pyramide qui fut construite vers 700 sous les ordres du souverain maya Jasaw Chan K’awiil (682–734). Site archéologique de Joya de Cerén. Joya de Cerén Archaeological Site Joya de Cerén was a pre-Hispanic farming community that, like Pompeii and Herculaneum in Italy, was buried under an eruption of the Laguna Caldera volcano c.

Site archéologique de Joya de Cerén

AD 600. Pyramide de Kukulcán. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pyramide de Kukulcán

La pyramide de Kukulcán, également appelée El Castillo, est un monument précolombien, vieux de plus de mille ans, construit par les Mayas Itzá lors de l'époque postclassique (XIIe siècle selon la corrélation GMT) et situé dans l'État de Yucatán au Mexique, à Chichén Itzá, un site archéologique classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Cette pyramide à degrés est un temple en l'honneur de Kukulkan, le dieu serpent à plumes d'origine toltèque. C'est l'un des monuments mexicains précolombiens les plus connus[1]. Description[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ Micheal D. Nakbé. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nakbé

Nakbé est l'un des plus grands sites archéologiques mayas anciens. Il se situe dans le département du Petén au Guatemala, à environ 13 km au sud de la ville maya de El Mirador. Mayas. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mayas

Les Mayas constituent un groupe culturel varié d'Amérindiens vivant dans le sud du Mexique et le nord de l'Amérique centrale (Guatemala, Belize, avec de petites minorités au Honduras et au Salvador). Les estimations de la population maya, dans cette zone, au début du XXIe siècle, varient entre 6 et 10 millions d'individus[3],[4],[1],[1]. Certains sont assez intégrés dans les cultures modernes des pays dans lesquels ils résident, d'autres continuent à mener une vie plus traditionnelle et distincte culturellement, souvent en parlant l'une des langues mayas comme langue principale. Le terme général « Maya » est une désignation collective pratique pour inclure les populations de la région qui partagent un certain degré de patrimoine linguistique et culturel; cependant, ce terme englobe beaucoup de peuples distincts, des sociétés et des groupes ethniques qui ont leurs propres traditions, cultures et identité historique.

Liste des sites mayas. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste des sites mayas

Carte des principaux sites mayas. Cette liste des sites mayas est une liste alphabétique répertoriant un nombre significatif de sites archéologiques associés à la civilisation maya de la Mésoamérique. Les peuples et les cultures relevant de la civilisation maya s'étendent sur plus de 2 500 ans d'histoire mésoaméricainne, dans la partie méridionale de la Mésoamérique qui comprend les États actuels du Guatemala et du Belize, une partie du Honduras et du Salvador, et les États du Sud du Mexique comprenant l’Isthme de Tehuantepec et toute la Péninsule du Yucatán.

Kaminaljuyú. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kaminaljuyú

Kaminaljuyú est un site archéologique mésoaméricain situé à 1 500 m d'altitude dans les Hautes Terres du Guatemala sur la ligne de partage des eaux Atlantique/Pacifique. Présentation[modifier | modifier le code] Les premières fouilles ont été entreprises à partir de 1935 par la Carnegie Institution de Washington. Des fouilles de sauvetage, que le développement de la capitale du Guatemala rendait urgentes, ont été menées dans les années 1960 par la Pennsylvania State University. Si nous ne possédons presque rien de la phase Arévalo, la plus ancienne du site de -1100 à -1000, la phase Las Charcas (de -1000 à -700) nous est mieux connue, entre autres par des statuettes féminines très caractéristiques.

Le site atteint son apogée au Préclassique récent, de -400 à 200 ap. Talud-tablero à Kaminaljuyú À la charnière du Préclassique et du Classique, vers 200 apr. Joya de Cerén. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Joya de Cerén

Joya de Cerén est surnommée la Pompéi d'Amérique (El Salvador). En effet, comme en Italie, c'est une éruption du volcan Loma Caldera vers 600 qui, en ensevelissant le site sous une couche de cinq mètres de cendres, a conservé les seules traces actuelles et importantes de la vie quotidienne des anciens Mayas. La découverte d'un champ de manioc a notamment fourni la première preuve tangible que les Mayas de l'époque cultivaient cette plante. Contrairement à la population de Pompéi, celle de Joya de Cerén a pu fuir, sans doute alertée par des tremblements de terre. El Mirador. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Mirador. El Mirador est un site archéologique maya de l'Époque préclassique dans le bassin du même nom, situé dans le département du Petén au Guatemala, à quelques kilomètres au sud de la frontière mexicaine, au cœur de la Réserve de biosphère Maya.

Il se dressait au milieu d'une forêt pluviale dense parsemée de marécages saisonniers. Édifié à partir du VIe siècle av. J. Le penchant des Mayas pour les fastes architecturaux apparut vers l'an 600 av. Histoire moderne[modifier | modifier le code] Pyramide « El Tigre » émergeant de la jungle Le site était connu des chicleros qui parcouraient la région à la recherche de chiclé. Depuis 2003, les archéologues Richard Hansen de Université d'Utah et Carlos Morales-Aguilar de l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne y travaillent.

Description[modifier | modifier le code] Masque en stuc partiellement détruit de la Structure 34 Références[modifier | modifier le code] Effondrement de la civilisation maya classique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Nature de l'effondrement[modifier | modifier le code] Idées reçues[modifier | modifier le code] Dans les profondeurs des mondes mayas. XL Airways est la compagnie aérienne française la moins chère depuis Paris. Elle assure deux rotations par semaine vers Cancún à partir de 609 € A/R. Le XL Cloud propose une offre gratuite de films, séries TV, jeux, presse et guides de voyage aux passagers, de l’embarquement jusqu’à l’arrivée à destination. Phocea Mexico organise des séjours comprenant transferts, hôtels et plongées pour moins de 800 € la semaine. Sont également proposées de multiples escapades à la carte, pas forcément réservées aux plongeurs (Cénotes, Belize, La Paz, Cozumel, etc.)

Au Belize, on peut vivre quelques jours dans la nature, sous tente, sur l’île réserve de Half Moon Caye, sanctuaire de frégates et fous à pieds rouges. Le « Mercado 60 » à Mérida, une piste de danse à ciel ouvert, délimitée par une vingtaine de restaurants, tous différents, pour tous les goûts. El Jaguar Dorado, accessoires, bijoux et vêtements faits main très originaux. Codex Tro-Cortesianus. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] Extrait du codex Tro-Cortesianus.

Codex maya. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les codex mayas sont des assemblages de feuilles ou cahiers rédigés en écriture maya par des scribes de la civilisation maya précolombienne. Ces codex ont reçu les noms des villes dans lesquelles ils sont désormais conservés. Le codex de Dresde est généralement considéré comme le plus important des quatre codex connus[1]. Historique[modifier | modifier le code] Lors de la conquête espagnole du Yucatan au XVIe siècle, il existait de nombreux livres semblables qui furent par la suite détruits sur une large échelle par les Conquistadors et les prêtres. Quatre codex et le fragment d'un cinquième nous sont parvenus : Le Codex Trocortesianus (Codex de Madrid) ;Le Codex Dresdensis (Codex de Dresde) [1];Le Codex Peresianus (Codex de Paris) ;Le Codex Porrúa (à l'authenticité contestée)[2] ;Le Codex Grolier (à l'authenticité contestée)[3],[4].

Codex Grolier. Civilisation maya. Chichén Itzá. Cerros. Catégorie:Site archéologique maya. Calendrier Tzolk'in. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le calendrier Tzolk'in est basé sur un cycle de 13 * 20 = 260 jours à caractère divinatoire et religieux du calendrier maya. Ce calendrier rituel de 260 jours est commun à toutes les civilisations précolombiennes de la Mésoamérique (les Nahuas l'appelaient tonalpohualli). L'origine de ce calendrier est obscure. Les plus anciennes attestations remontent à 650 avant l'ère commune dans des noms calendaires[1]. Structure[modifier | modifier le code] Architecture maya. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'architecture maya, à l'époque préhispanique, et plus particulièrement à l'Époque classique (300-900), est intimement liée à l'idée qu'ils se faisaient du cosmos, dont leurs cités étaient l'image, ainsi que du rôle socio-religieux que ces bâtiments jouaient: ils étaient la scène sur laquelle se déroulaient les rituels de ce que le mayaniste américain Arthur Demarest a appelé « l'État-théâtre » et par lesquels le souverain affirmait sa légitimité.