background preloader

Lee Miller

Facebook Twitter

Les trouvailles de Man Ray et Lee Miller. Les guerres intimes de Lee Miller. Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.

Les guerres intimes de Lee Miller

Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org. Agamben Giorgio, 1999, Ce qui reste d’Auschwitz, Paris, Payot-Rivages. Barnouw Dagmar, 1996, Germany 1945 : views of violence, Bloomington and Indianapolis, Indiana University Press. Bourke-White Margaret, 1963, Portrait of myself, New York, Simon & Schuster. —, 1979, Deutschland April 1945 : « Dear Fatherland rest quietly », München, Schirmer/Mosel. Buchenwald Block 34. LeeMiller. Lee Miller's stunning images of women in wartime – in pictures. Lee Miller, une femme extraordinaire.

L’exposition au Jeu de Paume (jusqu’au 4 janvier) étant quasi identique à celle du V&A Museum de Londres il y a un an, je reprends ici à peu de choses près le billet alors mis en ligne Lee Miller fut sans le moindre doute une femme extraordinaire.

Lee Miller, une femme extraordinaire

Sa beauté, d’abord était étonnante, depuis son plus jeune âge jusqu’à ses 70 ans : une beauté pure, altière, sculpturale. Les hommes tombaient sous son charme, Man Ray, Picasso, Robert Roland Penrose et tant d’autres. Elle eut cent vies, fut modèle, photographe, journaliste. Elle connut le tragique (un viol à 7 ans, la mort soudaine de son petit ami sous ses yeux à 18 ans) et le joyeux. Il y a ici des photos d’elles qui sont drôles, qui mettent en scène, qui sont des clins d’œil amusants. Mais Lee Miller est-elle une grande photographe ? Mais c’est surtout en Egypte que, paradoxalement, son art s’épanouit, alors qu’elle a quitté New York en « ayant marre de la photo ». Lee Miller. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lee Miller

Pour les articles homonymes, voir Miller. Elizabeth « Lee » Miller, née le à Poughkeepsie dans l'État de New York aux États-Unis et morte le à Chiddingly (en) dans le Sussex de l'Est en Angleterre, est une photographe américaine et un modèle. Biographie[modifier | modifier le code] En 1925, Lee Miller entreprend des études de théâtre et d'arts plastiques à l'École des beaux-arts de Paris puis à New York à partir de 1927, où elle pose pour des photographes, dont son père et aussi, Edward Steichen ou George Hoyningen-Huene.

Elle travaille comme mannequin pour le magazine Vogue. Lors d'un voyage à Paris en 1937, elle fait la connaissance de l'écrivain surréaliste anglais Roland Penrose. « Penrose avait séduit Lee en Cornouailles et à Mougins en 1937, l'avait poursuivie à travers les Balkans en 1938, conquise en 1939 avec « The Road is Wider Than Long » en Égypte, enlevée et ramenée à Londres via Antibes au début de la guerre »[2]. "L'Art de Lee Miller" Cette rétrospective organisée par le Victoria and Albert Museum présente l’ensemble des facettes de la carrière de cette extraordinaire créatrice du XXe siècle qui fut tour à tour mannequin, modèle, égérie des surréalistes, compagne et assistante de Man Ray et enfin photographe.

"L'Art de Lee Miller"

Avec environ 150 œuvres, elle regroupe pour la première fois les plus beaux tirages originaux de l’artiste, conservés aux Lee Miller Archives, au Victoria and Albert Museum de Londres et dans de nombreuses collections de renommée internationale. Cette sélection est complétée par la présentation de revues, de dessins, d’un collage ainsi que d'un court extrait du film de Jean Cocteau, Le Sang d'un poète (1931), dans lequel Lee Miller joue l’un des rôles principaux.

Un livre dont l'édition française est publiée chez Hazan, accompagne l’exposition. Cette exposition reçoit le soutien de Terra Foundation for American Art, Chicago.