background preloader

Gravure, lithographie et estampe

Facebook Twitter

Où en sommes-nous ? L’évolution des questions d’étude sur l’estampe néerlandaise. Edme-François Gersaint, Catalogue raisonné de toutes les estampes qui forment l’œuvre de Rembrandt, complété par P.

Où en sommes-nous ? L’évolution des questions d’étude sur l’estampe néerlandaise

C. A.

Histoire de la gravure

Outils d'impression et de gravure. Techniques d'impression et de gravure. Les arts de l’estampe en France au xviie siècle : panorama sur trente ans de recherches. (abréviation CR pour compte rendu) – Abraham Bosse…, 1982 : Abraham Bosse.

Les arts de l’estampe en France au xviie siècle : panorama sur trente ans de recherches

Les gravures du Musée des beaux-arts de Tours, Sophie Join-Lambert éd., (cat. expo., Tours, Musée des beaux-arts, 1982), Tours, 1982. – Abraham Bosse…, 2004 : Abraham Bosse savant graveur, Tours, vers 1604-1676, Paris, Sophie Join-Lambert, Maxime Préaud éd., (cat. expo., Paris, Bibliothèque nationale de France/Tours, Musée des beaux-arts, 2004), Paris/Tours, 2004 [CR par Sue Welsh Reed, dans Print Quarterly, 22/2, juin 2005, p. 215-218]. – Adamczak, 2007 : Audrey Adamczak, Robert Nanteuil (Reims, ca. 1623-Paris, 1678), portraitiste du temps de Louis XIV. Numelyo - bibliothèque numérique de Lyon. Les estampes Dans cette collection exceptionnellement riche et variée sont représentés les plus grands noms des diverses écoles de gravure nationales et régionales, du XVIe au début du XXe siècles : gravures sur bois de Hans Holbein, eaux-fortes de Jacques Callot et Rembrandt, gravures au burin de Claude Mellan et Robert Nanteuil... sans oublier l’école italienne qui inclut, entre autres, des œuvres de Raimondi, Della Bella, Canaletto et Piranesi.

numelyo - bibliothèque numérique de Lyon

Le fonds d’estampes s’est constitué parallèlement aux évolutions des bibliothèques lyonnaises, grâce aux collections de différents établissements religieux et de particuliers comme l’archevêque Camille de Neufville de Villeroy (1606-1693) et le bibliophile Pierre Adamoli (1707-1769). Fermer. Gravure. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gravure

Graveurs en taille-douce au burin et à l'eau-forte par Abraham Bosse, 1643. Par abus de langage, les termes « gravure », « estampe » et « tirage » sont souvent confondus. La première technique identifiée est la xylographie, apparue en Chine au VIIe siècle. Parallèlement à l'invention de l'imprimerie en Europe, ces techniques connaîtront un développement considérable à partir de la Renaissance. Les procédés de gravure[modifier | modifier le code] Durant la préhistoire (pétroglyphes), l'antiquité (gravure lapidaires), l'œuvre finale est l'objet gravé. La gravure en taille d'épargne[modifier | modifier le code] On parle de taille d'épargne, ou de gravure en relief lorsque « la planche est creusée partout où l'impression ne doit pas avoir d'effet ; le dessin seul est conservé au niveau initial de la surface de la planche, il est épargné »[1]. La gravure en taille-douce[modifier | modifier le code] La gravure à plat[modifier | modifier le code]

Estampe. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Estampe

L'estampe désigne le résultat de l'impression d'une gravure[1]. Le mot « estampe » déjà utilisé en ancien français sous les formes « estampe, estanpe, stampe »[2] vient de l'italien stampa (impression, tirage, presse, estampe) dont l'étymologie d'origine germanique dérive de stampjan ou du francique stampôn (« écraser, frapper ») qui a donné stampfen en allemand (« frapper du pied »)[3]. Nicolas Poussin, en 1647, utilise déjà le mot au sens actuel d'image imprimée au moyen d'une planche gravée[4]. Définitions[modifier | modifier le code] Aujourd'hui, par commodité, certaines institutions ou organisations[6] appellent aussi estampe, le tirage obtenu par des techniques de reproduction artistique plus récentes, comme la lithographie ou la sérigraphie, qui utilisent des principes différents[7].

Elle se distingue de : 2. Les principaux procédés[modifier | modifier le code] Portail:Gravure. Chalcographie du Louvre - Catalogue des estampes - Réunion des musées nationaux - Accueil. Estampe de vieux maître. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Estampe de vieux maître

On désigne par estampe de vieux maître une œuvre d’art produite par un procédé d'impression dans la tradition occidentale. Le terme est toujours d'actualité dans le marché de l'art, et il est difficile de distinguer les estampes d'art de celles à destination décorative, utilitaire ou encore de l'imagerie populaire qui se sont rapidement développées en parallèle à partir du XVe siècle. Les estampes de cette époque sont suffisamment rares pour être classées « estampes de vieux maître », même si leur qualité artistique n'est pas très élevée. La date d'environ 1830 est le plus souvent prise comme butoir pour marquer la fin de la période dont les estampes peuvent porter cette appellation. Les principales techniques concernées sont la xylographie, la chalcographie et la gravure (en particulier à l'eau-forte).

Beaucoup de grands artistes européens, tels qu'Albrecht Dürer, Rembrandt et Francisco de Goya s'y sont consacrés. Notes Références. Catégorie:Gravure.