background preloader

Géographie médiévale

Facebook Twitter

La valeur du témoignage dans la géographie arabe au Moyen Âge. Si l’action de témoigner consiste en la relation de ce que l’on a vu ou entendu, le géographe, parce qu’il décrit le monde qui l’entoure, est un témoin privilégié de son temps et de l’espace dans lequel il évolue.

La valeur du témoignage dans la géographie arabe au Moyen Âge

Or, si dans l’Antiquité la géographie est grecque, au Moyen Âge, elle est arabe. L’empire arabe, en raison de son extension sur plusieurs continents, était peut-être le seul à même de concevoir une pensée géographique, une représentation du monde habité. La géographie cependant n’est pas comme l’histoire ou la poésie une discipline traditionnelle de la culture arabe. Elle naît aux alentours du IXe siècle de la réception par cette culture du double héritage grec et persan.

À titre de comparaison, il faut attendre le XIIe siècle en Occident pour qu’il y ait une pensée géographique, et encore, il ne s’agit le plus souvent que d’introductions géographiques à des ouvrages d’histoire. La déontologie du géographe. L’Europe dans la cartographie arabe médiévale. 1Entre l’oeuvre géographique de Ptolémée – véritable pierre angulaire de la cartographie occidentale et orientale – et la redécouverte de ce savoir et savoir-faire en Europe à la Renaissance plus d’un millénaire s’est écoulé durant lequel ce désir de représenter le monde ou ses parties a été réalisé par des savants arabo-musulmans.

L’Europe dans la cartographie arabe médiévale

Il est tentant de voir comment le continent européen a pu être conçu et imaginé depuis l’autre côté de la Méditerranée quand on sait qu’à cette altérité culturelle se superposait un antagonisme religieux. La littérature géographique et cartographique arabe se développe surtout à partir du IXe siècle, c’est aussi à partir de ce moment que nous allons observer l’évolution des images élaborées. 2D’abord, dans la conscience arabo-musulmane médiévale l’Europe ne constitue pas une entité bien définie ou délimitée. Géographie et cartographie dans le monde arabo-musulman médiéval. Géographes et voyageurs au Moyen Âge. Nées de la Grèce puis ressuscitées à la Renaissance, les sciences sont censées en Occident ne devoir pas grand-chose au Moyen Âge, période longtemps assimilée à un temps de recul pour la pensée.

Géographes et voyageurs au Moyen Âge

Les études de ces dernières années ont montré qu’entre le Ve et le XVe siècle, savoirs et cultures se sont au contraire développés, se sont entrecroisés et ont donné naissance à une science médiévale qui n’est ni plus aberrante ni moins cohérente que celles de l’Antiquité ou de la première Modernité. Le présent ouvrage tente de montrer que la géographie obéit au même schéma : loin de n’être qu’une période qui ne pourrait remplir les blancs de la carte, le Moyen Âge a lui aussi élaboré son imago mundi, sa représentation du monde.

Institut du monde arabe. Guidés par Sindbad le marin de légende, al-Idrîsî le géographe, Ibn Battûta l’explorateur et bien d’autres encore, embarquez au côté des Arabes, maîtres des mers, et des grands navigateurs européens qui empruntèrent leurs routes, pour un fabuleux périple en Méditerranée et jusqu’aux confins de l’océan Indien.

Institut du monde arabe

Des débuts de l’islam à l’aube du XVIIe siècle, une aventure en mer à voir et à vivre, au fil d’un parcours immersif exceptionnel mêlant son, images et procédés optiques. D’extraordinaires récits de voyages ont conté la richesse des échanges maritimes entre les mers de l’Ancien Monde. Les plus fameux des témoins-voyageurs partagent avec vous ces fabuleux récits, fils d’Ariane de l’exposition. Al Idrissi. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Al Idrissi

Le monde d'al-Idrīsī orienté sud/nord Al Idrissi ou Al-Idrīsī ou encore Charif Al Idrissi, de son nom complet Abu Abdallah Muhammad Ibn Muhammad Ibn Abdallah Ibn Idriss al-Qurtubi al-Hassani (arabe : أبو عبد الله محمد ابن محمد ابن عبد الله ابن ادريس القرطبي الحسني), connu aussi sous le nom latin de Dreses, est un géographe et botaniste, né à Sebta, l'actuel Ceuta, vers 1100. Il a grandi à Cordoue sous l'empire Almoravide [1], et serait mort vers 1165 en Sicile. Il doit sa renommée à la rédaction d'un ouvrage de géographie descriptive intitulé Kitâb Nuzhat al Mushtâq - « Livre de divertissement pour celui qui désire parcourir le monde »[2] ou Kitâb Rudjâr - Le « Livre de Roger ». Mappa mundi d'Albi. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mappa mundi d'Albi

Carte de Fra Mauro. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Carte de Fra Mauro

Angelino Dulcert. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Angelino Dulcert

Le portulan d'Angelino Dulcert Angelino Dulcert ou Angelino Dalorto est un cartographe de l'école de cartographie majorquine, implantée à Palma de Majorque, dans l'île de Majorque. Il est l'auteur du plus ancien portulan conservé daté de 1339. Il y mentionne le roi du Mali[1], les îles Canaries découvertes en 1312, une île Antilia ainsi qu'une autre île nommé Brasil. Notes et références[modifier | modifier le code] Annexes[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code]

Atlas catalan. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Atlas catalan

Reconstitution de la partie occidentale de l'Atlas, représentant l'Europe, le bassin méditerranéen et l'Afrique du Nord. L'Atlas se compose de six feuilles de vélin pliées en deux, collées sur des supports de bois qui étaient à l'origine reliés mais que l'usure a fini par séparer. Deux des feuilles contiennent des informations d'ordre cosmographique et astrologique, tandis que les quatre autres constituent la mappemonde à proprement parler.

Abraham Cresques. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abraham Cresques

Reconstitution de la partie occidentale de l'Atlas catalan Reconstitution de la partie occidentale de l'Atlas catalan attribué à Cresque Abraham. Abraham Cresques ou, plus exactement Cresques Abraham (Cresques, fils d'Abraham) (*v.1325–†v.1387) est un cartographe juif majorquin. On lui attribue l’Atlas catalan, qu'il aurait réalisé en collaboration avec son fils Jehuda Cresques. Biographie[modifier | modifier le code] Sa vie est peu connue. Son fils Jehuda Cresques, devenu Jaume Riba (Jacobus Ribes) après sa conversion au catholicisme en 1391, fut maître des cartes nautiques de la Couronne d'Aragon. Le Ciel et la Terre : l'Atlas catalan. Figure de la Terre à la Renaissance. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Copernic et le système héliocentrique[modifier | modifier le code] L'hypothèse héliocentrique de Copernic n'est en fait pas entièrement révolutionnaire.

En effet, elle ne rompt pas avec la tradition philosophique remontant à Platon, qui veut que les astres, êtres d'essence divine, circulent sur des orbes circulaires, le cercle et la sphère étant les figures géométriques «parfaites». En faisant tourner la Terre autour du Soleil, la Terre devient semblable aux autres planètes.

C'est à Kepler qu'on doit l'idée que les trajectoires des planètes ne sont pas des cercles, mais des ellipses, et c'est donc lui le grand astronome. Figure de la Terre au Moyen Âge. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Après la chute de l'Empire romain d'Occident sous le coup des invasions barbares, qui marque le début du Haut Moyen Âge, et le cataclysme de 535 une grande partie de ce savoir se perdit dans cette partie du monde.

Elle se conserva dans l'Empire romain d'Orient christianisé (voir Sciences et techniques dans l'Empire byzantin) qui le transmit au monde musulman, grâce à l'intérêt pour les sciences initié par les Abbassides et la médiation des érudits et traducteurs syriaques, mais avec des phases successives d'oublis et de redécouvertes. L’Antiquité tardive en Orient[modifier | modifier le code] Travaux arabes et chinois[modifier | modifier le code]

Tabula Rogeriana. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La même copie moderne de la Tabula Rogeriana, avec le nord en haut Le Nuzhat al-mushtāq fi'khtirāq al-āfāq (arabe : نزهة المشتاق في اختراق الآفاق , lit. Mapa Mundi de Beatus de Liébana. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Mundi. La Mapa Mundi (Mappemonde) de Beatus de Liébana est l'une des principales œuvres cartographiques du Haut Moyen Âge. Elle fut élaborée vers 780 par le moine du même nom, se basant sur les descriptions d'Isidore de Séville, de Ptolémée et des Saintes Écritures. Le manuscrit original a été perdu, cependant il existe des copies relativement fidèles qui nous sont parvenues. Carte en T. Al-Idrîsî : la Méditerranée au XIIe siècle.