background preloader

Francs rhénans

Facebook Twitter

Clovis Ier. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Clovis Ier

Issu de la dynastie des Mérovingiens, il est le fils de Childéric Ier, roi des Francs saliens de Tournai (Belgique), et de la reine Basine de Thuringe. Brillant chef militaire, il accroît considérablement le territoire du petit royaume des Francs saliens dont il hérite à la mort de son père pour unifier une grande partie des royaumes francs, repousser Alamans et Burgondes et annexer les territoires des Wisigoths dans le Sud de la Gaule. Clovis est considéré dans l'historiographie comme un des personnages historiques les plus importants de l'histoire de France ; la tradition républicaine reconnaît en lui le premier roi de ce qui devint la France, et la tradition royale voit en lui le premier roi chrétien du royaume des Francs[Note 2].

Les sources primaires[modifier | modifier le code] Clodéric. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Clodéric

Clodéric[Note 1], né vers 485[Note 2] et mort en 508, est un roi des Francs (rhénans) à Cologne de 507 à 508. Il est fils de Sigebert le Boiteux, roi des Francs de Cologne. Biographie[modifier | modifier le code] Grégoire de Tours raconte que Clodéric a combattu aux côtés de Clovis Ier à la bataille de Vouillé contre le roi wisigoth Alaric II. Quelque temps après la campagne, Clovis envoie un message à Clodéric lui disant que si Sigebert venait à mourir, Clodéric hériterait à la fois du royaume et de son amitié. L'écrivain Georges Bordonove s'étonne de ce récit. Famille[modifier | modifier le code] Aucun document ne mentionne d'enfants, mais on peut lui attribuer : Sigebert le Boiteux. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sigebert le Boiteux

Pour les articles homonymes, voir Sigebert. Sigebert le Boiteux († 509) est un roi des Francs (rhénans) à Cologne. Il était déjà roi en 496 et était apparenté à Clovis. Biographie[modifier | modifier le code] Aucun document ne permet de savoir la date de son avènement, qui est probablement postérieure à 469[N 1] et antérieure à 496[N 2]. Afin de lutter efficacement contre la pression alamane, ses prédécesseurs s'étaient alliés aux Burgondes et le prince franc Sigemer avait épousé une princesse burgonde en 469 à Lyon[1],[2]. Les royaumes Francs vers 480[6],[7]. En échange de son aide, il envoie une partie de son armée, menée par son fils Clodéric, aider Clovis à combattre Alaric II, roi des Wisigoths à Vouillé, puis à conquérir l'Aquitaine.

Liste des rois des Francs rhénans. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste des rois des Francs rhénans

Les royaumes francs et alamans vers 480. Les territoires gris signalent les anciennes provinces romaines[1],[2]. Cet article dresse la liste des rois des Francs rhénans. Histoire[modifier | modifier le code] Après la migration des Francs saliens, puis la constitution par Aetius d'un foedus en faveur de Clodion le Chevelu, les différents peuples francs situé sur la rive droite du cours du Rhin se sont trouvés isolés des saliens et face aux Burgondes, aux Alamans et à la pression des autres peuples germains. la seule solution pour assurer leur survie a été de s'unir en un seul royaume vers le milieu du Ve siècle.

Ce nouveau royaume est alors isolé des territoires romains, et la documentation, particulièrement fragmentaire, ne permet qu'une reconstitution fragmentaire de son histoire. Francs rhénans. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Francs rhénans

Les Francs rhénans désigne une partie du peuple franc au Ve siècle et installée sur le cours moyen du Rhin, autour de Cologne, dans l'actuelle Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne). Auparavant, ils étaient parfois désignés sous le nom de Francs transrhénans. Ces Francs se sont regroupés au cours de la seconde moitié du Ve siècle pour fonder un royaume à Cologne, qui est intégré dans le royaume franc de Clovis. À partir du VIIe siècle, ils sont désignés sous le nom de Francs ripuaires (latin Ripuarii, v.h.all.

Rīfera)[1]. Histoire[modifier | modifier le code] Les francs transrhénans[modifier | modifier le code] Durant les IVe et Ve siècles, les auteurs latins ne se préoccupent pas de répartir les Francs en deux groupes, et si quelqu'un indique parfois que tel Franc est un transrhénan, il s'agit plus pour lui d'indiquer une origine géographique qu'une appartenance à une hypothétique ligue partielle de celle des Francs.