background preloader

Féodalité

Facebook Twitter

Honneur (fief) Féodalité en France. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Féodalité en France

La féodalité en France est un système politique qui a existé dans le royaume de France principalement entre le IXe au XIIIe siècles, même si on trouve des traces du droit féodal jusqu'au XVIe siècle et que sa disparition est officielle avec la révolution française en 1789. Vavasseur. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vavasseur

Sur les autres projets Wikimedia : vavasseur, sur le Wiktionnaire. Droit seigneurial. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Droit seigneurial

On désigne par droit seigneurial les avantages et responsabilités attribués au seigneur français par la détention d'une seigneurie banale. La seigneurie confère au seigneur un droit symbolique, fiscal et judiciaire sur les terres et sujets de son domaine. La seigneurie a donc un rôle hiérarchique, de représentation du roi et de l'ordre, mais aussi celui de faire vivre voire d'enrichir le seigneur.

Droit et fonction symbolique[modifier | modifier le code] Le paysan doit être déférent envers son seigneur et montrer toutes les marques de respect : enlever le chapeau, politesse… Tous les seigneurs ne sont pas nécessairement nobles, les roturiers bourgeois peuvent être seigneurs de terre. Droit d'impôts[modifier | modifier le code] Les seigneuries rapportent de l'argent au seigneur par les impôts qu'il peut y lever : Ces diverses charges, indépendamment faibles, se révèlent très lourdes lorsqu'elles sont additionnées.

Seigneurie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Seigneurie

Une seigneurie est une institution médiévale et moderne occidentale assurant l'encadrement économique et judiciaire des populations par un individu ou une personne morale n’exerçant pas nécessairement la souveraineté. La seigneurie est une réalité distincte du fief, qui est l'un des modes d'exercice de la seigneurie, avec l’alleu. La seigneurie est un ensemble de terres, c’est-à-dire de propriétés foncières, de droits et de redevances. Elle est dans une certaine mesure, l'héritière de la villa de l’Antiquité tardive en même temps que la résultante de l'éparpillement du pouvoir public avant l'an 1000[1].

La seigneurie est le cadre privilégié par lequel l’aristocratie médiévale assure sa prééminence sociale, économique et politique. On estime entre 40 000 et 50 000 le nombre de seigneuries en France au XVIIIe siècle. Fief. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fief

Le fief consistait en général durant l'époque féodale en une tenure, une terre concédée à un vassal (le feudataire), à la charge de la foi et hommage et, éventuellement, de quelques autres devoirs envers son seigneur. Cette pratique s'est développée au Moyen Âge à la suite de l'éclatement de l'Empire carolingien, et a ensuite présidé à l'établissement d'une aristocratie foncière. Le mot, sans doute d'origine germanique (néerl. vee « bétail », meuble source de richesses), est apparu dans le Midi à la fin du IXe siècle (fevum), avec peut-être une confusion avec le mot fiscum (qui désigne à l'époque carolingienne les grands domaines royaux), et une filiation avec beneficium, ce qui évoquerait l'origine « publique » du fief méridional (le beneficium désigne la concession d'une terre fiscale par un agent public en échange de services publics).

Il s'étend ensuite aux autres formes de concessions vassaliques et se substitue au mot bénéfice. ↑ K.F. Vassalité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vassalité

Héritière du compagnonnage d'arme du haut Moyen Âge, la vassalité est la situation de dépendance d’un homme libre (vassal, du celtique *uasso-[1],[2], jeune homme, écuyer, par le latin médiéval[3] vassus puis vassalus) envers son seigneur par la cérémonie de l’hommage. Le système féodo-vassalique s’est développé à cause de l’affaiblissement de l’autorité publique après l’effondrement de l’empire carolingien (Xe - XIe siècle) : l’empereur, les rois et bientôt les princes territoriaux étaient incapables de faire régner l’ordre et d’imposer leur pouvoir aux seigneurs locaux. Un réseau de relations d’homme à homme s’impose donc, donnant des droits et des devoirs pour chacun d’entre eux, une pyramide sociale allant théoriquement du roi au grand seigneur (grand feudataire), seigneur, vassal et arrière-vassal (Vavasseur) mais dont l'effectivité dépend de l'autorité du supérieur. Hommage à Arthur, enluminure du XIVe siècle. Droit féodal.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Droit féodal

Les droits féodaux sont un ensemble de droits réels perçus et reçus par un seigneur à cause de son fief par les vassaux qui en dépendent. Il ne faut pas les confondre avec les droits seigneuriaux. Parmi les droits féodaux principaux, on compte : Féodalité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Féodalité

Sur les autres projets Wikimedia : fief, sur le Wiktionnaire Définition : une ou plusieurs féodalités ? [modifier | modifier le code] Plusieurs définitions peuvent être proposées au terme de féodalité[4]. Le sens de féodalité utilisé au XVIIIe siècle dépend du contexte chronologique et spatial : il renvoie en réalité au système de gestion diluée de la puissance publique, la potestas en latin, en Occident entre la fin du IXe et le XIIIe siècle.

Catégorie:Droit féodal. Catégorie:Féodalité.