background preloader

Bach

Facebook Twitter

The J.S. Bach Home Page. Concertos pour clavecin de Bach. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Concertos pour clavecin de Bach

Bach est l'un des précurseurs dans le genre du concerto pour clavier. Dès 1721, le concerto brandebourgeois no 5 comporte une partie soliste importante pour le clavecin. Durant les années 1730, il utilise l'orgue comme instrument soliste dans des sinfonias. La main gauche doublait alors la basse continue avant de devenir progressivement plus autonome. Ces concertos sont joués de nos jours au clavecin, au piano-forte ou au piano. La plupart de ces concertos sont des adaptations de pièces plus anciennes, parfois égarées. Concertos pour un clavecin[modifier | modifier le code] Concerto en sol majeur BWV 592a[modifier | modifier le code] The J.S. Bach Home Page. J.S. Bach – Goldberg Variations for String Trio, BWV 988 (Transcription by Dmitry Sitkovetsky)

Bach Cantatas Website - Home Page. J.S. Bach: Complete Works\by BWV Number. JS Bach - Original Handwritten Scores - Goldberg Variations (by Glenn Gould 1955) Johann Sebastian Bach. L'Art de la fugue. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Art de la fugue

L'Art de la fugue (en allemand : die Kunst der Fuge) est une œuvre inachevée de Johann Sebastian Bach (BWV 1080). Bach aurait commencé son écriture aux alentours de 1740 ou 1742 (la première version de l'œuvre a été recopiée vers 1745), et l'a poursuivie jusqu'à sa mort, en 1750. Cette première version contenait alors 12 fugues et 2 canons. La seconde version publiée après la mort de Bach, en 1751, contenait 14 fugues et 4 canons, mais cette version comporte des erreurs et des incertitudes dans l'ordre des contrepoints : lorsque Bach mourut en 1750, la gravure n'était pas terminée et l'édition a été supervisée et achevée par son deuxième fils, Carl Philipp Emanuel Bach. Les éditeurs y ont ajouté le choral Vor deinen Thron tret ich hiermit (BWV 668), bien que ce choral n'ait pas de lien avec L'Art de la fugue.

Le Clavier bien tempéré. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Clavier bien tempéré

Le premier livre - BWV 846 à BWV 869 - dont le manuscrit est achevé en 1722, mais sera revu encore jusqu'à la mort de Bach en 1750, porte le titre suivant (en allemand) : « Clavier bien tempéré, ou préludes et fugues dans tous les tons et demi-tons, tous deux avec la tierce majeure ou ut, ré, mi et avec la tierce mineure ou ré, mi, fa. Pour la pratique et le profit des jeunes musiciens désireux de s'instruire et pour la jouissance de ceux qui sont déjà rompus à cet art. » Le second livre - BWV 870 à BWV 893 - dont le manuscrit est de 1744, suit le même schéma : chaque livre comprend 24 groupes constitués d'un prélude et d'une fugue dans la même tonalité majeure et mineure.

Variations Goldberg. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Variations Goldberg

Les Variations Goldberg constituent une œuvre pour clavecin composée par Johann Sebastian Bach portant le numéro 988 dans le catalogue BWV. Cette œuvre, composée au plus tard en 1740, constitue la partie finale — et la clef de voûte — de la Clavier-Übung publiée à Nuremberg par Balthasar Schmidt. Elles représentent aussi un des sommets de la forme « thème avec variations », et une des pièces les plus importantes écrites pour clavier. L'œuvre est d'une richesse extraordinaire de formes, d'harmonies, de rythmes, d'expression et de raffinement technique, le tout basé sur une technique contrapuntique inégalable.

Écrites vers le début des dix dernières années de la vie de Bach, elles inaugurent la série des œuvres mono-thématiques et contrapuntiques de sa musique instrumentale. Passion selon saint Jean. Passion selon saint Matthieu. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Passion selon saint Matthieu

La Passion selon saint Matthieu (BWV 244) (en latin Passio Domini nostri Jesu Christi secundum Evangelistam Matthaeum, c'est-à-dire en français Passion de notre Seigneur Jésus-Christ selon l'Évangéliste Matthieu, connue en allemand sous le nom de Matthäus-Passion), est un oratorio de Johann Sebastian Bach (en français Jean-Sébastien Bach) exécutée probablement pour la première fois le Vendredi saint 1727, c'est-à-dire le 7 avril 1727[1]. Elle a été remaniée deux fois. La troisième version, définitive, a été créée en 1736. La Passion, partition monumentale en deux parties, dont l'exécution dure environ 2 heures 45, compte parmi les grandes œuvres de la musique baroque. La Passion, d'inspiration protestante luthérienne, est écrite pour des voix solistes, un double chœur (chœur divisé en deux groupes indépendants) et deux orchestres.

Création et histoire des différentes représentations de l'œuvre[modifier | modifier le code] Catégorie:Cantate de Johann Sebastian Bach. L'Offrande musicale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Offrande musicale

Musikalisches Opfer (en français : L'Offrande musicale) est une œuvre instrumentale de Johann Sebastian Bach (BWV 1079) composée en 1747 durant la période où le musicien travaillait à Leipzig. L'Offrande musicale est aujourd'hui considérée comme une des plus grandes œuvres de Johann Sebastian Bach, au même titre que L'Art de la fugue et que les Variations Goldberg (œuvres composées dans la même période, sur un même principe esthétique). Histoire[modifier | modifier le code] Les nombreux écrits qui relatent la naissance de cette œuvre diffèrent en quelques points sur les circonstances de création, mais des idées communes ressurgissent fréquemment. Le roi Frédéric II de Prusse était un passionné de musique, bon flûtiste et compositeur amateur bien doué. . « Entre autres choses, [Frédéric II] me parle de la musique et d'un grand organiste nommé [Carl Phillip Emanuel] Bach, resté pendant un certain temps à Berlin.

. — Gottfried van Swieten.