background preloader

Babylone

Facebook Twitter

Souverains de Babylone. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Souverains de Babylone

Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Ceci est la liste des souverains de Babylone. Première dynastie de Babylone : la dynastie amorrite[modifier | modifier le code] 1894-1881 : Sumu-abum1881-1845 : Sumu-la-El1845-1831 : Sabium1831-1813 : Apil-Sîn1813-1793 : Sîn-Muballit1793-1750 : Hammurabi1750-1712 : Samsu-iluna1712-1684 : Abi-eshuh1684-1647 : Ammi-ditana1647-1626 : Ammi-saduqa1626-1595 : Samsu-ditana Troisième dynastie de Babylone : la dynastie kassite[modifier | modifier le code] IVe dynastie : Seconde dynastie d'Isin (1157/1025 av. Babylone (civilisation) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Babylone (civilisation)

La civilisation babylonienne s'est épanouie en Mésopotamie du sud du début du IIe millénaire av. B A B Y L O N. Sippar. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sippar

Sippar (sans doute plutôt prononcé Sippir dans l'Antiquité, écrit Zimbir en idéogramme sumérien) est le nom porté par deux villes voisines de Basse-Mésopotamie, actuellement le sud de l'Irak, situées au nord-ouest de Babylone, et séparées d'à peine sept kilomètres. Les deux villes portaient plusieurs noms, mais on garde généralement la référence à leur divinité principale pour les différencier. On a ainsi « Sippar de Shamash », l'actuel Abu Habbah, et « Sippar d'Annunitu », l'actuel Tell ed-Dêr. La ville de Sippar est citée comme l'une des plus anciennes de la Mésopotamie dans la Liste royale sumérienne. Elle aurait été la quatrième ville a exercer la royauté, l'avant-dernière avant le Déluge. Sippar de Shamash (Abu Habbah)[modifier | modifier le code] Autres noms : Sippar-Yahruru(m), Sippar-sati(m), Sippar-seri(m). Le cœur de cette ville était le temple du dieu-Soleil Shamash, l'Ebabbar, protégé par une enceinte intérieure.

Empire néo-babylonien. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Empire néo-babylonien

Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». L'empire néo-babylonien correspond à une période l'histoire du royaume de Babylone comprise entre 626 à 539 av. J. -C. Cette époque marque le sommet de la puissance babylonienne, constituant un véritable empire reprenant l'héritage de l'empire assyrien qu'il a abattu et dominant tout le Moyen-Orient. En dépit de sa brièveté (87 ans), cette période marque le retour de la prospérité économique en Babylonie, portée notamment par le développement de l'économie agricole, et un dynamisme culturel important, sous les auspices des souverains. Conditions d'étude[modifier | modifier le code] Babylonie tardive.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Babylonie tardive

Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Babylonie post-kassite. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Babylonie post-kassite

Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». La période post-kassite est une phase de l'histoire de Babylone, qui va en gros de 1155 à 728 av. J. -C. Mal connue et de ce fait mal définie, elle correspond à une période d'instabilité et d'affaiblissement du royaume babylonien après la chute de la longue dynastie kassite de Babylone (1595-1155 av. La documentation sur cette période est très pauvre : quelques chroniques historiques fournissent la trame de l'histoire événementielle, accompagnée de quelques inscriptions royales, mais il est courant que les connaissances sur des souverains de cette époque n'aillent guère plus loin que leur nom et un ou deux faits notables ayant eu lieu sous leur règne.

Évolutions politiques et économiques[modifier | modifier le code] Catégorie:Histoire juive en Babylonie. Jardins suspendus de Babylone. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jardins suspendus de Babylone

Les jardins suspendus de Babylone sont un édifice antique, considéré comme une des sept merveilles du monde antique. Ils apparaissent dans les écrits de plusieurs auteurs grecs et romains antiques (Diodore de Sicile, Strabon, Philon d'Alexandrie, etc.), qui s'inspirent tous de sources plus anciennes disparues, dont le prêtre babylonien Bérose. Porte d'Ishtar. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Porte d'Ishtar

Porte d'IshtarIshtar Sakipat Tebisha La porte d'Ishtar est une des huit portes de la cité intérieure de Babylone, elle fut construite au nord de la cité en -580 (empire néo-babylonien) sur ordre du roi Nabuchodonosor II. Cette porte est dédiée à la déesse éponyme Ishtar. Présentation[modifier | modifier le code] Babylone. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Babylone

Babylone occupe une place à part en raison du mythe qu'elle est progressivement devenue après son déclin et son abandon qui a lieu dans les premiers siècles de notre ère. Ce mythe est porté par plusieurs récits bibliques et également par ceux des auteurs gréco-romains qui l'ont décrite et ont ainsi assuré une longue postérité à cette ville, mais souvent sous un jour négatif. Son site, dont l'emplacement n'a jamais été oublié, n'a fait l'objet de fouilles importantes qu'au début du XXe siècle sous la direction de l'archéologue allemand Robert Koldewey, qui a exhumé ses monuments principaux. Depuis, l'importante documentation archéologique et épigraphique mise au jour dans la ville, complétée par des informations provenant d'autres sites antiques ayant eu un rapport avec Babylone, a permis de donner une représentation plus précise de l'ancienne ville, au-delà des mythes. Première dynastie de Babylone. Période paléo-babylonienne.

Dynastie kassite de Babylone. Babylone (royaume) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. 1894 – 539 av.

Babylone (royaume)

J. -C. Le royaume de Babylone à la mort de Nabuchodonosor II Le royaume de Babylone s'est épanoui en Mésopotamie du sud du début du IIe millénaire av. À partir du moment où il met la main sur les vieilles cités du sud mésopotamien héritières des civilisations de Sumer et d'Akkad, le royaume de Babylone devient l'héritier de leurs anciennes traditions, et un centre culturel et religieux rayonnant dans tout le Proche-Orient ancien et même le monde antique. Le nom de Babylone est resté bien vivant durant les siècles qui ont suivi sa chute grâce à la trace que la ville et son royaume ont laissé dans plusieurs écrits qui en parlaient, rédigés du temps où ils étaient encore prestigieux. La période du royaume babylonien est documentée par une vaste quantité de sources écrites.