background preloader

Arts de l'Islam

Facebook Twitter

Art et architecture islamiques : des catégories fluctuantes. 1 Robert S.

Art et architecture islamiques : des catégories fluctuantes

Nelson, « The Map of Art History », dans Art Bulletin, 79/1, 1997, p. 29. Voir également (...) 2 Oleg Grabar, « Reflections on the Study of Islamic Art », dans Muqarnas, 1, 1983, p. 1-14 ; Oleg G (...) 1Dans « The Map of Art History »1, Robert Nelson a montré combien les classifications utilisées en histoire de l’art sont intimement liées à la propre et complexe historiographie de la discipline, et à ses modes de production de connaissances. La nature intrinsèquement contingente et quelque peu arbitraire de la majorité des catégories utilisées – certaines divisions reposent sur le style, comme dans le « gothique », d’autres sur la technique, comme dans « l’histoire de la photographie », ou sur des considérations religieuses, comme dans « le premier âge de la chrétienté », « Byzance », ou « l’islam »… – résulte en grande partie des concepts et des hiérarchies générées par le milieu universitaire occidental. 8 Irene A. 14Qu’en conclure à ce stade ?

Au-delà de la grammaire et de la taxinomie : l’expérience cognitive et la responsivité de l’ornement dans les arts de l’Islam. – Allen, 1999 : H.

Au-delà de la grammaire et de la taxinomie : l’expérience cognitive et la responsivité de l’ornement dans les arts de l’Islam

R. La Grande Mosquée de Cordoue. Une architecture complexe Trois grands types de mosquées La New York du XIIIe siècle.

La Grande Mosquée de Cordoue

Le Louvre - Trois Empires. Prisse d'Avennes. Splendeurs Persanes. The Khalili Collections. In striving to provide a synoptic vision of the arts of the entire Islamic world, Professor Khalili has revived the heroic age of collecting.

The Khalili Collections

Since the 1970s he has assembled his collection of Islamic art under the auspices of The Khalili Family Trust. With holdings of more than 20,000 objects documenting the range of artistic production of the Islamic lands over a period of some 1,400 years, the Collection now ranks among the best in the world and represents a new generation of Islamic art collections. The Collection includes an outstanding array of manuscripts of the Holy Qur’an and of illustrated manuscripts, and the coverage of the decorative arts – ceramics, textiles, glass, metalwork, as well as seals and coins – is comprehensive.

A central place has been given to the art of calligraphy, which plays an essential role in the art of the Islamic world. Similar sequences have been assembled for painting and the decorative arts. The Nasser D. Curational and Administrative Staff. Les Arts de l'islam. Yannick Lintz viendra évoquer la beauté de la collection des pièces extraordinaires exposées.

Les Arts de l'islam

Beaucoup d'idées reçues seront dirimées avec cet art princier irréductible au religieux. Depuis l'Atlantique à l'Ouest jusqu'aux confins de la mer de Chine à l'Est, la collection, présentée chronologiquement, couvre une gamme d'objets artistiques exceptionnels, produits d'une civilisation impériale à l’architecture palatiale. Note invitée, Yannick Lintz, Docteur en Histoire, spécialisée en Histoire de l’Empire perse achéménide, agrégée de Lettres Classiques, diplômée de l’Institut National du Patrimoine.

Elle a commencé sa carrière comme conservateur au Musée d’Art et d’Histoire de Genève, avant de devenir directrice du Musée des Beaux-arts d’Agen, conseillère pour les musées et le patrimoine auprès de Jack Lang, alors Ministre de l’Education nationale. Intervenants. Les politiques patrimoniales (4/4) : Le patrimoine d'Islam en France. Une émission avec Yannick Lintz, Directrice des Arts de l'Islam au Louvre, Roland-Pierre Gayraud, Chargé de recherche au CNRS (laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditérranée), Catherine Richarté, Ingénieure chargée de recherche.

Les politiques patrimoniales (4/4) : Le patrimoine d'Islam en France

Depuis sa création en 2003, le département des arts de l’islam du Louvre, composé de la collection du Louvre et de celle des Arts décoratifs, couvre l’ensemble du champ culturel de la civilisation islamique, de l’Espagne à l’Inde du VIIe au XIXe siècle. Au fil des années, plusieurs dynasties ont apporté leur influence sur cet art de l’islam comme l’on peut le voir sur la carte ci-dessous : Le colloque organisé au Louvre le lundi 12 septembre "Les arts de l'Islam en France: collections, trésors et découvertes archéologiques" est au coeur de notre émission de ce jour.

Nous évoquons la place de cet art dans nos musées et tentons de comprendre comment ces collections d'art islamique se sont constituées. Ashmolean − Eastern Art Online, Yousef Jameel Centre for Islamic and Asian Art. Islamic Art. Verre islamique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Verre islamique

L'art du verre a été pratiqué et développé de manière significative dans certains pays musulmans autrefois, surtout chez les Abbassides, les Ayyubides et les Mamelouks. Types de verres[modifier | modifier le code] Il existe différents types de verres islamiques. Les verres abbassides[modifier | modifier le code] Les objets en verre byzantins et sassanides de la meilleure qualité s'inscrivent dans la tradition romaine qui a dominé le Proche-Orient, de même que le Moyen-Orient.

Les verres mamelouks[modifier | modifier le code] Les verres produits à l'époque des Mamelouks illustrent bien le luxe de leur cour. Art du métal islamique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Art du métal islamique

L' art du métal en terre d'Islam est un art majeur, considéré souvent comme la production la plus luxueuse possible. Ainsi, si le métal peut être produit pour de grands commanditaires (émirs, grands marchands) comme pour le souk, il coûte toujours cher à celui qui l'achète, en raison des matériaux utilisés. Les œuvres en métal sont en général des objets mobiliers, plus rarement religieux, sauf en ce qui concerne les clés de la kaaba. Il existe aussi des métaux architecturaux, mais les armes et les objets scientifiques ne relèvent pas de ce domaine, car les techniques employées sont souvent très différentes.

Connaissance du métal islamique[modifier | modifier le code] Chandelier inscrit (nom et ville d'origine du dinandier, date) Iraq ou Syrie du nord, 1248-1249 Le métal est un matériau recyclable, et les récupérations de métaux précieux ne furent pas rares au cours de l'histoire du monde islamique. Métaux purs[modifier | modifier le code] Céramique islamique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Céramique islamique

Carreau de céramique lustrée, daté de 862, qui fut fabriqué en Mésopotamie à l'époque abbasside. Décoré de feuillages et de hachures, il fait partie d'un ensemble de carreaux de céramique à reflets métalliques ornant la partie supérieure du mihrab de la Grande Mosquée de Kairouan, en Tunisie. La céramique, considérée comme un « art mineur » en Europe, est l'un des médias artistiques les plus utilisés dans les arts de l'Islam à toutes les époques et dans toutes les régions.

Motifs décoratifs de l'art islamique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Motifs décoratifs de l'art islamique

Motifs géométriques[modifier | modifier le code] Catégorie:Arts de l'Islam. Le Louvre - Trois Empires. Art of the Islamic world. MQB DP Ideqqi arts femmes berberes FR. Art omeyyade. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'art omeyyade regroupe la production artistique de la dynastie omeyyade, qui règne sur le monde musulman entre 661 et 750. Architecture et urbanisme[modifier | modifier le code] Urbanisme[modifier | modifier le code] Il existe grossièrement trois types de villes chez les Omeyyades : les ʾamṣār ;les villes hellénistiques et romaines transformées ;les villes nouvelles.

ʾAmṣār est le pluriel de miṣr, qui signifie « ville de conquête ». D'autres villes sont créées plus ou moins ex nihilo, sans être pour autant des ʾamṣār, mais simplement de nouveaux centres urbains civils. Art abbasside. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'art abbasside est une définition en histoire de l'art qualifiant la production artistique ayant eu lieu dans les actuels Iran et Irak avec une extension jusqu'au bord de la Méditerranée de la Syrie à la Tunisie en passant par l'Égypte et la péninsule Arabique, sous la dynastie abbasside des califes. Cette période artistique se termine à l'arrivée des Seldjoukides à Bagdad, en 1055. Après cette date, bien que la dynastie abbasside continue et passe des commandes artistiques, les historiens d'art estiment que le style est différent, et cet art est étiqueté comme art seldjoukide.

Architecture et urbanisme[modifier | modifier le code] Urbanisme[modifier | modifier le code] Sous les Abbassides, deux villes sont mises en avant : Bagdad et Samarra, en Mésopotamie (actuel Irak). Représentation figurée dans les arts de l'Islam. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Peintre peignant un portrait, Istanbul ? , fin XVe siècle. Historiographie des arts de l'Islam. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'historiographie des arts de l'Islam est l'étude de l'histoire des arts de l'Islam dans le temps. L'histoire des arts de l'Islam est un domaine complexe de par l'étendue des domaines géographique, chronologique, culturel et linguistique qu'il recoupe.

Il nécessite l'intervention de nombreuses disciplines, comme l'histoire de l'art, évidemment, mais aussi l'histoire de l'architecture, l'archéologie, la numismatique, l'épigraphie, la codicologie et l'histoire. C'est en partie pour ces raisons, mais aussi à cause du contexte historique que cette matière est née assez récemment, en comparaison de l'histoire de l'art antique ou européen.

Avant le XIXe siècle[modifier | modifier le code] Les premiers objets islamiques sont arrivés en Europe via les trésors d'église. À partir du XVIe siècle, avec le développement du collectionnisme, des objets de pierre dure fabriqués dans la civilisation islamique se retrouve chez des particuliers. Collections d'art islamique dans le monde. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Partout dans le monde, des musées et des collections privées conservent actuellement des objets d'art de l'Islam. Bref historique de la constitution des collections[modifier | modifier le code] La Seconde Guerre mondiale et la décolonisation marquent d'importants changements, à la fois dans les pays occidentaux et islamiques.

Il faut attendre les années 1970 (à la suite du premier choc pétrolier), et surtout les années 2000 (à la suite des attentats du 11 septembre 2001), pour que les grands musées occidentaux s'intéressent à nouveau aux arts de l'Islam. Des rénovations et des agrandissements des départements islamiques ont lieu dans la plupart des grand musées universalistes occidentaux. Architecture islamique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. On nomme architecture islamique l'art de construire (al-bina) développé dans une région s'étendant de l'Espagne à l'Inde entre 622 et le XIXe siècle, le dar-al-islam, correspondant au califat omeyyade. Techniques d'architecture[modifier | modifier le code] Matériaux[modifier | modifier le code] Le choix d'un matériau dépend de beaucoup de facteurs : la région où l'édifice est construit, l'accessibilité du matériau, son coût, sa destination... Il existe cinq types de matériaux utilisés dans la construction en Islam, sans compter le bois que l'on retrouve partout, et notamment dans les charpentes. le pisé (tabya) : il s'agit d'un mélange de terre, de chaux et de chamotte (argile cuite pilée) ou de petits cailloux.

Éléments architecturaux[modifier | modifier le code] Arts de l'Islam. L'histoire du département C’est en 1893 qu’une section des « arts musulmans » est créée au musée du Louvre et en 1905, une première salle dédiée à la collection islamique est ouverte au sein du département des Objets d’art. La collection s’agrandit ensuite considérablement sous l'impulsion de conservateurs et notamment de Gaston Migeon. Le legs de la baronne Delort de Gléon, en 1912, enrichit la section d'objets prestigieux issus de la collection de son mari et débouche sur l’ouverture d’une salle « Delort de Gléon » en 1922, dans le pavillon de l'Horloge.

En 1932, un département des arts asiatiques est créé et les collections islamiques lui sont rattachées. Après la seconde guerre mondiale, en 1945, alors que les œuvres d'Extrême-Orient sont transférées au musée Guimet, une section islamique est créée au sein du département des antiquités orientales. Arts de l'Islam.