background preloader

Art égyptien

Facebook Twitter

Architecture de l'Egypte antique

Chronologie de l'art égyptien. Sculpture égyptienne. Egyptian Art. What's On View Virtually the entire collection is on display in the Lila Acheson Wallace Galleries of Egyptian Art, with objects arranged chronologically over 39 rooms.

Egyptian Art

Overall, the holdings reflect the aesthetic values, history, religious beliefs, and daily life of the ancient Egyptians over the entire course of their great civilization. The collection is particularly well known for the Old Kingdom mastaba (offering chapel) of Perneb (ca. 2450 B.C.); a set of Middle Kingdom wooden models from the tomb of Meketre at Thebes (ca. 1990 B.C.); jewelry of Princess Sit-hathor-yunet of Dynasty 12 (ca. 1897–1797 B.C.); royal portrait sculpture of Dynasty 12 (ca. 1991–1783 B.C.); and statuary of the female pharaoh Hatshepsut of Dynasty 18 (ca. 1473–1458 B.C.).

The department also exhibits its invaluable collection of watercolor facsimiles of Theban tomb paintings, most of which are copies produced between 1907 and 1937 by members of the Graphic Section of the Museum's Egyptian Expedition. Masque funéraire de Toutânkhamon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Masque funéraire de Toutânkhamon

Le masque funéraire de Toutânkhamon, appelé aussi masque d'or de Toutânkhamon, est le masque funéraire découvert le [1] dans le tombeau de Toutânkhamon lorsque l'archéologue britannique Howard Carter ouvre le sarcophage contenant la momie de ce pharaon. Cette sculpture est un véritable chef-d'œuvre de l'orfèvrerie égyptienne[2]. Description[modifier | modifier le code] Face dorsale du masque funéraire. Ce masque funéraire est fait de deux plaques d’or assemblées par martelage, soudées, rivetées, ciselées et brunies. Avec ses yeux rapprochés en amande, les lèvres charnues, la forme du nez et la courbe du menton, cette sculpture présenterait les caractéristiques physiques de Toutânkhamon mais il faut rappeler que souvent les représentations de ce pharaon témoignent d'un style visant à reproduire un même idéal physique, celui d'Akhenaton[6]. Colosses de Memnon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Colosses de Memnon

Pour les articles homonymes, voir Memnon. Temple d'Amenhotep III[modifier | modifier le code] Les deux statues colossales se dressaient sur le parvis du temple des millions d'années d'Amenhotep III qui était alors le plus grand ensemble cultuel de la rive ouest de Thèbes. La taille de ces deux colosses laisse imaginer à quelle dimension fut pensée et réalisée cette entreprise par Amenhotep fils de Hapou, architecte du roi. Des fouilles ont lieu actuellement afin de mieux comprendre l'architecture et le plan de ce sanctuaire dédié à Amon et à la gloire d'Amenhotep III lui-même. On a également retrouvé une grande stèle commémorative du règne qui a été dressée au niveau du deuxième pylône.

Symbolique des couleurs dans l'Égypte antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Symbolique des couleurs dans l'Égypte antique

Les Égyptiens de l'Antiquité donnaient aux couleurs principales une valeur symbolique issue de la perception qu'ils avaient des phénomènes naturels en corrélation avec ces couleurs : le jaune du soleil, le vert de la végétation, le noir de la terre fertile, le bleu du ciel ou encore le rouge du désert. Pour la peinture religieuse, les prêtres n'autorisaient généralement qu'un nombre limité de couleurs : blanc, noir, les trois couleurs de base (rouge, jaune et bleu) ainsi que leurs combinaisons (vert, brun, rose et gris).

La peinture se fait par aplat de couleur ; seule la période amarnienne dérogera à cette règle en proposant de subtils dégradés[1]. Parcours : Au temps des pharaons – Vie quotidienne des Egyptiens. L'Égypte ancienne n'a pas légué que des témoignages de la vie religieuse et artistique.

Parcours : Au temps des pharaons – Vie quotidienne des Egyptiens

Cet itinéraire de visite est une invitation à partager quelques instants de la vie quotidienne des Égyptiens au temps des pharaons. Trouvés la plupart du temps dans des tombeaux et souvent très bien conservés grâce au climat aride du pays, des écrits sur papyrus, des outils agricoles, des instruments de musique, des objets de toilette permettent de prendre contact avec des aspects très divers de la vie des anciens Égyptiens. La culture du quotidien, et pas seulement celle des temples, nous est ainsi perceptible. Les salles 3 à 10 du rez-de-chaussée de l'aile Richelieu présentent le cadre naturel et la façon dont les Égyptiens l'ont exploité : économie rurale, comptabilité, écriture et techniques artisanales et artistiques.

Scarabée commémoratif. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Scarabée commémoratif

Scarabées commémoratifs d'Amenhotep III, musée du Louvre (n°8 chasse aux lions, n°9 au nom d'Amenhotep III et de Tiyi). Un scarabée commémoratif est un bijou réalisé pour un pharaon et représentant un scarabée sacré, sur lequel un texte commémoratif est gravé. Description[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Peinture dans l'Égypte antique. Objets symboliques de l'Égypte antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Objets symboliques de l'Égypte antique

Attributs du pharaon[modifier | modifier le code] Coiffes[modifier | modifier le code] Le némés : coiffe rayée verticalement avec des pans retombant devant de chaque côte de la tête ;Le pschent (Skhemty), ensemble de deux couronnes enchâssées : La couronne blanche (Hedjet) : couronne du sud sous l'égide du dieu Seth,La couronne rouge (Decheret) : couronne du nord sous l'égide du dieu Horus ;L'atef : couronne blanche avec de hautes plumes ;Le hemhem : diadème formé de trois atefs ;Le khepresh : casque bleu.

Accessoires[modifier | modifier le code] L'uræus : cobra femelle qui protège le roi contre ses ennemis ;La barbe postiche : réservée au pharaon (barbe droite) et aux dieux (barbe recourbée) ;La queue de taureau : trophée attaché à la ceinture du pharaon pour lui offrir la puissance de l'animal sacré. Littérature de l'Égypte antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Littérature de l'Égypte antique

La littérature de l'Égypte antique est l'une des plus anciennes littératures écrites attestée à ce jour. Les plus anciens témoignages de textes « littéraires », au sens restreint, remontent à la XIIe dynastie (-1991, -1783) ce qui semblent tardif par rapport à l'apparition de l'écriture (vers 3200 av. J. -C.), et les premiers textes complexes attestées au début de l'Ancien Empire (vers 2700 av. J. La littérature égyptienne est très diversifiée puisqu'à côté des textes religieux, on trouve des biographies, des romans, des contes, des textes politiques et philosophiques, de la poésie et des « sagesses ». Textes religieux[modifier | modifier le code] En égyptologie, ce que l'on nomme « livre » ou « textes », sont en fait des récits mythiques répartis en plusieurs chapitres, mais qui ne sont pas forcement utilisés comme une entité indivisible.

Principaux corpus funéraires[modifier | modifier le code] Techniques de gravure égyptienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Techniques de gravure égyptienne

Il existait de multiples techniques de gravure employées par les Égyptiens de l'Antiquité. Les bas-reliefs[modifier | modifier le code] Dans les bas-reliefs, la gravure se détache légèrement du fond. Pour cela, on enlève de la matière, sauf dans les parties constituant les motifs. Cette technique est tellement courante qu'on associe souvent (à tort) le mot bas-relief à toutes les techniques de gravures égyptiennes. Les hauts-reliefs[modifier | modifier le code] Dans les hauts-reliefs, la gravure se détache nettement du fond (les trois quarts du volume).

Bague aux chevaux. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bague aux chevaux

La bague aux chevaux est un bijou qui par son style daterait de l'époque du Nouvel Empire égyptien et plus précisément de l'époque de Ramsès II[1]. Elle est actuellement conservée au musée du Louvre. De provenance inconnue, la bague, dépourvue d'inscriptions, a été offerte en 1827 par Méhémet Ali à Charles X. Cet objet a été rapproché d'un épisode de la bataille de Qadesh au cours de laquelle Ramsès II aurait été sauvé par deux juments[1]. Art of the ancient Mediterranean. Costume dans l'Égypte antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Porteuse d’offrandes. Exemple de robe collante avec bretelles L'art égyptien nous présente les robes très ajustées, qu'elles soient suspendues à l'aide de bretelles ou enroulées c'est-à-dire drapées, alors qu'elles sont amples et laissent une belle liberté de mouvement[1]. La pardalide, en peau de léopard, est l’attribut traditionnel du costume sacerdotal des prêtres.

Éléments du costume égyptien[modifier | modifier le code] Paysans, ouvriers et gens de condition modeste ne portent jamais autre chose que le pagne, le chendjit par ailleurs porté par les hommes de toutes conditions. Les chaussures sont les mêmes pour les deux sexes, sandales de cuir tressé, ou, particulièrement pour la classe sacerdotale, de papyrus. Le couvre-chef le plus porté est le klaft, carré d'étoffe à rayures porté par les hommes. Céramique en Égypte antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Récipient avec représentation d'un cheval au galop (céramique à fond blanc) Par l'expression Céramique en Égypte antique on comprend tous les objets de terre cuite en provenance de l'Égypte antique (selon Dorothea Arnold, à l'exception des statues[1].)

Les récipients de céramique servaient principalement de vaisselle ménagère et étaient utilisés pour le stockage, la préparation, le transport et la consommation des vivres et des matières premières. On y compte les cruches à bière et à vin, les pots à eau, mais aussi les objets largement utilisés dans le ménage, moules à pain, braseros, lampes et pieds supports des récipients à fond rond. D'autres types servent à des emplois rituels. Art de l'Égypte antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'art de l'Égypte antique est caractérisé par une idée d'ordre : des lignes claires et simples, associées à des formes simples et des aplats de couleur. Les artisans utilisaient des lignes perpendiculaires, verticales et horizontales, pour former un quadrillage et donner des proportions correctes à leurs travaux.

Symbolique des représentations florales dans l'Égypte antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les représentations florales ont toujours été mises en avant dans l'art de l'Égypte antique. On retrouve ainsi plusieurs plantes —fleurs ou fruits—, ayant toujours une signification symbolique. Généralement, la connotation aphrodisiaque des plantes représentées en est la raison essentielle.