background preloader

LEVI-STRAUSS

Facebook Twitter

Ethno Web - Colloque Sources et Ressources pour les Sciences Sociales. Institut National des Télécommunications Groupe des Ecoles des Télécommunications 9 rue Charles Fourier, 91011 Evry Cedex, France Résumé : Au-delà de la recherche d’outils techniques pour les sciences sociales, celles-ci et l’informatique partagent deux problèmes épistémologiques majeurs : celui des ontologies (et de leurs discordances) et celui de l’intégration d’informations exprimées dans des ontologies différentes.

Ethno Web - Colloque Sources et Ressources pour les Sciences Sociales

Après avoir introduit les notions techniques d’ontologie et d’interopérabilité, nous montrons comment elles sont liées, comment elles peuvent être généralisées en préservant la nature de leurs liens, et en quoi elles sont pertinentes pour les sciences sociales. 1. Introduction L’informatique, on le sait depuis longtemps, en particulier depuis certains développements de l’intelligence artificielle (IA), n’est pas seulement un pourvoyeur d’outils techniques pour les sciences en général, et les sciences sociales en particulier. 2. 2.1 Les ontologies et la modélisation 3. 4. Le rapport entre les formations psychiques de l'individu et la formule canonique des mythes par JB Beaufils - jbbeaufilstransespace. Ma lecture de la conférence « Culture et rêve » de l’ethnologue néerlandais méconnu, JPB de Josselin de Jong, m’a suggéré cette idée de chercher s’il pouvait y avoir un lien entre les dynamiques de la formule canonique et celles du schéma du double miroir.

Le rapport entre les formations psychiques de l'individu et la formule canonique des mythes par JB Beaufils - jbbeaufilstransespace

Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’en conjuguant l’intuition d’un seul homme et deux théories portées par deux hommes, il fut possible d’aboutir à une nouvelle jonction de ces deux théories en une seule. Ce processus en boucle a produit lui-même une hypostase à l’intuition de De Josselin de Jong par l’obtention d’un destin théorique et pratique comme si ce raisonnement qui met en lien deux modèles était lui-même pris dans l’effet de la formule canonique. Par conséquent, il est logique que ce ne fut rendu possible que grâce à l’intermédiaire d’un troisième type de modèle : le modèle morpho-dynamique : le double cusp que décrit Scubla pour illustrer la formule canonique. Liste (informatique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste (informatique)

Pour les articles homonymes, voir Liste. Pour une définition plus générale du mot liste, voir le Wiktionnaire. Voici les primitives communément utilisées pour manipuler des listes. Lexique de la théorie des graphes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lexique de la théorie des graphes

A[modifier | modifier le code] Acyclique. Graphe orienté. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Graphe orienté

Exemple de graphe orienté. Une suite (x, y, z... ) est dite chemin si chaque paire (x y), (y z), (z...) est un arc, et un circuit si le premier et le dernier sommet sont identiques. Une boucle est un circuit d'un seul arc. Ces notions débouchent sur la connexité forte. Arbre (graphe) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arbre (graphe)

En théorie des graphes, un arbre est un graphe non orienté, acyclique et connexe[1]. Sa forme évoque en effet la ramification des branches d'un arbre. Un ensemble d'arbres est appelé une forêt. Un arbre avec 4 feuilles (les sommets n°1,3,5,7) et 3 nœuds internes (les sommets n°2,4 et 6) On distingue deux types de sommets dans un arbre : Dans le cas des arbres finis on peut remarquer que. Arbre enraciné. Structure de données. Anthropologie structurale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Anthropologie structurale

Claude Lévi-Strauss en 1973 L’anthropologie structurale, issue à l'origine de filiations intellectuelles diverses d'orientation holiste (sociologie durkheimienne, ethnologie maussienne, linguistique saussurienne, phonologie, sciences naturelles, mathématiques), va progressivement développer un paradigme scientifique émergentiste très proche du courant systémique et du cognitivisme qui se constituent à la même époque, par sa prise en compte de la dialectique structure (synchronie) / histoire (diachronie), des relations au sein du système et entre systèmes, et son ambition de décrire les « enceintes mentales » humaines au sein d'une vaste science de l'homme.

Place dans l’œuvre de Lévi-Strauss[modifier | modifier le code] Diacronía. Diacronía (del francés diachronie, del gr. δια- dia- 'a través de' y Χρόνος khrónos 'tiempo') es el estudio de un fenómeno social a lo largo de diversas fases históricas atendiendo a su desarrollo histórico y la sucesión cronológica de los hechos relevantes a lo largo del tiempo.[1] El término "diacronía" se opone a sincronía, dimensión que permite observar cualquier fenómeno - por ejemplo cultural como es lo lingüístico- tal como es en un momento dado de su evolución.

Diacronía

Así se entendería dicha oposición entre sincronía, que estudia - múltiples hechos ocurriendo a un mismo tiempo; mientras que diacronía se refiere a un mismo hecho a través de distintos espacios temporales. Aunque válida en todas las escuelas teóricas y en todas las disciplinas científicas la distinción diacronía y sincronía se hace a partir del Curso de lingüística general de Ferdinand de Saussure, tal dialéctica binomial ha sido tomada especialmente por la escuela estructuralista. Sincronía y diacronía. Sincronía. La voz sincronía proviene de la etimología griega syn, "con, juntamente, a la vez", y de la mitología griega, Chronos o Khronos (en griego Χρόνος), "tiempo".

Sincronía

En latín Chronus.