background preloader

Feminissme

Facebook Twitter

De la banalité du sexisme et du racisme. Les violences et agressions sexuelles faites aux femmes lors de la nuit du nouvel an à Cologne sont une tragique illustration de la manière dont l’espace public demeure le théâtre de domination qui vulnérabilise les femmes.Dans toutes les sociétés aujourd’hui, orientales ou occidentales, du nord au sud, des hommes se permettent de violenter des femmes dans les sphères privée et publique.

De la banalité du sexisme et du racisme

A mon sens, le constat de la banalité du sexisme aurait du être la trame des débats au lendemain de ce drame. Malheureusement, nos sociétés préférent se distancier de l’insoutenable banalité de ces violences en se focalisant sur la culture des présumés agresseurs... Le corps des femmes dans l’espace public est perçu par certains hommes comme une ressource publique. C’est une réalité désespérante que nous, femmes, vivons quotidiennement. Camille Laurens la décrivait comme une hiérarchie archaique d’une misogynie ordinaire. L'idée que le féminisme est dépassé témoigne d'une vision réactionnaire. Où en est le féminisme français aujourd'hui ?

L'idée que le féminisme est dépassé témoigne d'une vision réactionnaire

Quelles sont ses perspectives politiques ? ★ Le publisexisme, vecteur de toutes les oppressions - Socialisme libertaire. La publicité est le vecteur de l'idéologie du système capitaliste, elle porte en elle l'apologie de la société de consommation et de la culture de masse.

★ Le publisexisme, vecteur de toutes les oppressions - Socialisme libertaire

Son but est de vendre et rien d'autre (1). Omniprésente, elle est tentaculaire, aucun lieu ne lui échappe, aucun regard ne peut l'éviter. Qu'on le veuille ou non, la publicité a un impact énorme sur les consciences : intégration consciente ou non d'images et/ou de slogans (2). Pour être efficace, la publicité s'appuie sur les codes sociaux normatifs existants. Elle se sert du domaine de l'émotionnel, dans lequel nous sommes tou·te·s vulnérables, afin de nous influencer et nous conditionner pour consommer. La publicité utilise les clichés de la féminité comme matière première, la représentation du corps féminin permet de jouer sur différents ressorts indispensables : la séduction , l'esthétique et le désir sexuel pour susciter de la frustration, créant ainsi une corrélation entre désir sexuel et pulsion d'achat. 1. 2. 3. 5. 6. 7. 8. 9.

Paul Lafargue : La question de la femme (1904) La question de la femme Téléchargement : cliquer sur le format de contenu désiré Le bourgeois a pensé et pense encore que la femme doit rester à la maison et consacrer son activité à surveiller et diriger le ménage, à soigner le mari, à fabriquer et nourrir les enfants.

Paul Lafargue : La question de la femme (1904)

Déjà, Xénophon, alors que la bourgeoisie naissait et prenait corps dans la société antique, a tracé les grandes lignes de son idéal de la femme. Mais si pendant des siècles, cet idéal a pu paraître raisonnable, parce qu'il correspondait à des conditions économiques florissantes, il n'est plus qu'une survivance idéologique, depuis que celles-ci ont cessé d'exister.

Les filles et les femmes de la petite bourgeoisie, ainsi que celles de la classe ouvrière, entrent donc en concurrence avec leurs père, frères et mari. Harun Yahya. Le soutien soi-disant scientifique que le darwinisme social fournit au racisme, au fascisme et à l’impérialisme, ainsi qu’au communisme est un sujet familier qui a fait couler beaucoup d’encre.

Harun Yahya

Il est tout de même moins connu du grand public que de nombreux darwinistes, Darwin y compris, étaient persuadés que les femmes étaient biologiquement et mentalement inférieures aux hommes. La différence mentale entre les genres était d’une telle dimension selon les évolutionnistes qu’ils les divisèrent en espèces physiques distinctes : les hommes étaient des Homo frontalis et les femmes des Homo parietalis.137 Darwin décrivait les femmes comme une espèce inférieure parce que sa vision du monde était basée sur la sélection naturelle. De ce point de vue irrationnel, les hommes sont proportionnellement plus aptes que les femmes à lutter en guerre, à trouver une compagne, à obtenir de la nourriture et des vêtements, alors que les femmes restaient à distance de telles activités. ...

La chasse aux sorcières par Georges Timmermans : hérésie, magie, inquisition et bûcher. Texte dédié "aux chairs à bûcher" (Page 1 / 4) Par Georges Timmermans - 26 novembre 2003.

La chasse aux sorcières par Georges Timmermans : hérésie, magie, inquisition et bûcher

La femme est un joli animal (Proudhon 1858) La femme est un joli animal La femme est un diminutif d’homme L’être humain, complet, adéquat, à sa destinée, je parle du physique, c’est le mâle qui, par sa virilité, atteint le plus haut degré de tension musculaire et nerveuse que comportent sa nature et sa fin, et par là, le maximum d’action dans le travail et le combat.

La femme est un joli animal (Proudhon 1858)

La femme est un diminutif d’homme à qui il manque un organe pour devenir autre chose qu’un éphèbe. ★ Un composant du capitalisme : comment la philanthropie perpétue les inégalités - Socialisme libertaire. L’historien danois Mikkel Thorup épingle le capitalisme philanthropique dans son dernier livre.

★ Un composant du capitalisme : comment la philanthropie perpétue les inégalités - Socialisme libertaire

Que ce soit en critiquant les hommes d’affaires, les célébrités, les programmes de mécénat des entreprises ou les ventes qui bénéficient à une clientèle particulière ou le soi-disant « bien commun », Thorup affirme que la philanthropie perpétue les inégalités en détournant les efforts visant à redistribuer la richesse et le pouvoir plus équitablement. Il a, bien entendu, entièrement raison. Cela dit, le livre est écrit dans un jargon assez lourd et aurait pu bénéficier d’exemples concrets afin d’illustrer exactement comment la philanthropie alimente l’injustice et sert les 1%.

Lutter pour l’égalité hommes-femmes, c’est faire reculer la mondialisation libérale. Lutter pour l'égalité hommes-femmes ?

Lutter pour l’égalité hommes-femmes, c’est faire reculer la mondialisation libérale

Url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=20&ved=0ahUKEwi9g7qyxf_KAhWHWhoKHXNBAwE4ChAWCEMwCQ&url= Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ? Denise Comanne (1949-2010) a mis la dernière main à ce texte le 27 mai 2010, soit la veille de son décès survenu suite à un accident cardio-vasculaire alors qu’elle venait de quitter une conférence commémorant le cinquantenaire de l’indépendance du Congo.

Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?

Voir : Denise Comanne comptait encore améliorer ce texte |1| dans le cadre du travail collectif entrepris par le CADTM afin de renforcer son engagement féministe. Le patriarcat L’oppression des femmes est très ancienne : elle préexiste au capitalisme qui est aussi un système d’oppression mais plus global.

On appelle « patriarcat » l’oppression que les femmes subissent en tant que femmes de la part des hommes. La révolte contre l’oppression ou l’exploitation ressentie ne débouche pas ipso facto sur la mise en cause du patriarcat (la classe ouvrière opprimée ne décide pas non plus ipso facto de mettre fin au capitalisme et, pourtant, il est plus « facile » de réagir à l’oppression du patron qu’à celle du compagnon).

Historique 1. 2. 3. Les limites infranchissables a l'egalite entre les sexes sous le capitalisme. [last] [home] [content] [end] [search] LES LIMITES INFRANCHISSABLES A L'EGALITE ENTRE LES SEXES SOUS LE CAPITALISME If linked: [English] [German] [Italian] [Spanish] Content: A propos de la «Parité»: Les limites infranchissables à l'égalité entre les sexes sous le capitalisme [top] [content] [next] Le projet de modification de la Constitution pour favoriser la parité entre hommes et femmes aux postes représentatifs (députés, etc.) est le fruit d'un accord entre le gouvernement et la présidence de la République: suffisamment vague et flou pour ne pas rencontrer le soutien consensuel de la droite et de la gauche, il évitait soigneusement de fixer des objectifs concrets, de s'attaquer aux discriminations qui frappent les femmes prolétaires.

Inégalité hommes-femmes: à la maison, le plus dur reste à faire. Ménage, courses, linge… , les femmes prennent en charge la plus grande partie des tâches domestiques. Résultat: une double journée de travail. Et les évolutions sont lentes. Les hommes au boulot, les femmes aux fourneaux. La maxime n'est plus vraie: les femmes travaillent dans la sphère professionnelle, mais, en plus, continuent à assumer l'essentiel des tâches domestiques.

Résultat: ce n'est pas une, mais deux journées de travail qui caractérisent la plupart du temps leur quotidien. D'où viennent les inégalités hommes femmes. Une question s'est aujourd'hui imposée aux femmes de tous les pays : Mais d'ou proviennent ses inégalites? On a tendance à penser que l'inegalité des femmes est présente dans les pays en voie de developpement, mais pas seulement puisque c'est également une inégalité présente dans les pays developps, certes c'est à moindre échelle mais inadmissible à notre époque ou les sociétés sont encore basées sur un modéle patriarcale. En tout subjectivité, on peut voir des opinions féminines *,qui donnent lieu à des débats de mauvaise foi de la part de certains hommes *toutefois, les médias se chargent d'en parler en toute objectivité, ce qui nous permet d'y voir plus clair avec ce qui est vrai ou faux *.

Chiffres et données sur les inégalités femmes-hommes. Démographie - Populations On compte, "en temps normal" à peu près le même nombre de femmes que d’hommes sur la planète, sachant que les naissances masculines sont un peu plus élevés, mais que les garçons et les hommes ont une espérance de vie à la naissance inférieure de celle des femmes en moyenne de 6 à 8 ans - ainsi, en France : 84,8 ans pour les femmes et 78,2 pour les hommes en 2011 (INED). En France métropolitaine, il y a 51,6% de femmes sur 62,8 millions de personnes ; elles forment 52,7% des 60-74 ans et 63,3% des 75 ans ou plus (janvier 2010). Dans le monde, comme l’avait noté dès le début des années 1990 le prix Nobel d’économie, Amartya Sen, il « manque » plus de 100 millions de femmes et filles. Url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=18&ved=0ahUKEwj0itSft__KAhWKnRoKHT6QCS84ChAWCEUwBw&url=

Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes. Le livre de Sylvia Walby, Theorizing Patriarchy, cherche à comprendre les modifications survenues au cours du XXe siècle dans les rapports sociaux de sexe en Angleterre. C’est un ouvrage avant tout théorique qui comporte six chapitres principaux, chacun faisant l’étude d’une des six composantes du patriarcat. Histoire de l'évolution de la condition de la femme. « L'Histoire des femmes ». Cette expression aujourd'hui d'usage n'a fait son apparition que dans les années 1970. Auparavant, l'image de la femme était celle de la mère foyer, de l'ouvrière mais pas d'une personne faisant partie intégrante de notre Histoire.

C'est notamment grâce au MLF que l'on s'est intéressé à l'histoire des femmes, c'était une demande sociale de la part des femmes qui souhaitaient affirmer leur identité et exprimer leur différence. De là est né ce besoin d'histoire et de recueil de mémoire, qui fût dans un premier temps étudié par des historiennes telles que Michelle Perrot, Yvonne Knibiehler. Cette histoire englobe l'histoire au féminin, l'histoire du genre et les femmes dans l'histoire. I. Histoire de l'évolution de la condition de la femme. Egalité homme/femme: 4 batailles qui restent à gagner. La place de la femme dans les religions monothéistes. Toute inégalité a une origine, une question essentielle se pose : Quelle est l’origine de cette sélection sociale?