background preloader

Anais27_

Facebook Twitter

Nottingham's QMC gets special premature baby incubator. Laboratoire bébé de l'unité 562. Dans l'unité INSERM unicog dirigé par Stanislas Dehaene, nous essayons de comprendre comment fonctionne le cerveau humain.

Laboratoire bébé de l'unité 562

Nous sommes plusieurs équipes, chacune orientée vers un thème de recherche particulier, et intéressée soit par les compétences de l'adulte dans le domaine du langage, du nombre, de la conscience, etc.. soit par le développement de ces compétences chez le nourrisson et l'enfant. Pour étudier ces compétences, nous utilisons les technologies de l'imagerie médicale les plus récentes comme l'Imagerie Fonctionnelle par Résonance Magnétique (IRMf) et les Potentiels Evoqués (PE).

Dans ce site, nous vous proposons de visiter notre laboratoire développement. Ce laboratoire est dirigé par le Dr Ghislaine Dehaene, pédiatre et chercheur CNRS. Il comprend François Leroy, ingénieur, et plusieurs étudiants en master ou thèse qui s'intéressent au développement cognitif. Grands prématurés : l'IRM permettrait d'identifier les bébés à risque de présenter des retards de développement en grandissant.

La détection de lésions dans le cerveau des grands prématurés, grâce à la technique d'imagerie médicale par résonnance magnétique (IRM), permettrait d'identifier les nouveau-nés les plus susceptibles de présenter des retards de développement à l'âge de deux ans, suggèrent les auteurs d'une étude néo-zélandaise publiée dans le "New England Journal of Medicine" (NEJM).

Grands prématurés : l'IRM permettrait d'identifier les bébés à risque de présenter des retards de développement en grandissant

Les grands prématurés, nés avant 32 semaines d'âge gestationnel, représentent plus de 2% des naissances et leur taux de survie dépasse aujourd'hui 85%. Toutefois, ces nouveau-nés sont exposés à un risque élevé de séquelles : troubles sensoriels (vue, audition), infirmité motrice cérébrale et retards de développement, mais aussi troubles cognitifs et du comportement, ainsi que difficultés sociales engendrant des retards scolaires et nécessitant un encadrement éducatif spécifique. La prévention des accouchements prématurés à l'aide de l'imagerie médicale. Porteurs du projet : • Professeur Vassili Tsatsaris, PUPH Maternité Cochin Port-Royal, Gynécologue-Obstétricien• Docteur Olivier Morel, Gynécologue-Obstétricien, Inserm unité 767.

La prévention des accouchements prématurés à l'aide de l'imagerie médicale.

Pour pouvoir prévenir les accouchements prématurés, il faut aller plus avant dans la connaissance de la physiologie et de la physiopathologie de la grossesse. Deux axes en particulier sont à disposition des chercheurs : - les marqueurs biologiques (nous connaissons bien, par exemple, les marqueurs du dépistage de la trisomie 21 dans le suivi classique de toute femme enceinte) - les techniques d'imagerie médicale, en particulier, l'échographie-doppler.

Les causes d'un accouchement prématuré sont nombreuses, mais deux causes majeures sont fréquemment retrouvées, ce sont la prééclampsie et les inflammations placentaires. À l'heure actuelle, dans les situations de prééclampsie ou d'éclampsie, la seule alternative est de provoquer l'accouchement pour éviter à l'enfant une trop grande souffrance fœtale. Imagerie médicale, outil de dépistage précoce des lésions cérébrales du prématuré. Imagerie médicale, outil de dépistage précoce des lésions cérébrales du prématuré Faire évoluer l'imagerie médicale périnatale, porteuse de nombreux espoirs, pour diagnostiquer des lésions cérébrales chez le nouveau-né prématuré, dès les premiers jours de vie.

Imagerie médicale, outil de dépistage précoce des lésions cérébrales du prématuré

Contexte Les premières échographies anténatales datent de 1957 et elles ont entraîné au cours des 30 dernières années une révolution technologique qui a permis notamment de déterminer l'âge gestationnel, de diagnostiquer à 100 % les grossesses gémellaires et de préciser les malformations foetales. Appliquée chez le nouveau né prématuré, l'échographie est un outil incontournable pour l'étude du cerveau. Elle apporte actuellement des informations parfois trop tardives. Objectifs Détecter précocement les lésions cérébrales du nouveau-né prématuré à un stade de potentielle réversibilité grâce une double approche expérimentale : Que se passe-t-il dans le cerveau des grands prématurés ? Plusieurs études ont déjà montré que l'autisme et les troubles de la concentration frappaient plus fréquemment les enfants prématurés.

Que se passe-t-il dans le cerveau des grands prématurés ?

Le Pr Yehezkel Ben-Ari, directeur de recherche émérite à l'Inserm confiait même à Sciences et Avenir il y a peu : "On sait qu'une naissance prématurée favorise l'apparition de troubles du spectre autistique". Une affirmation qui repose essentiellement sur des observations statistiques, sans qu'on comprenne précisément pourquoi ou comment cela se passe. Mais une étude publiée dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS) par des chercheurs du King's College à Londres jette un nouvel éclairage sur ce lien. Selon les scientifiques, des naissances prématurées peuvent altérer la connectivité entre certaines parties du cerveau, ce qui augmenterait le risque d’autisme et de trouble de l'attention. Des connexions cérébrales différentes Avec AFP.