background preloader

Mémoire

Facebook Twitter

Richard Pottier, Essai d'anthropologie du mythe, 1994. Richard Pottier, Essai d'anthropologie du mythe, Paris, Kimé, 1994, 238 p., 140 F. Cet ouvrage pose une question essentielle : existe-t-il des structures universelles de l'imaginaire ? A cet égard, on ne peut manquer d'être impressionné par la récurrence, dans les traditions les plus diverses, de certaines associations théma¬ tiques comme celles relatives à l'existence d'une faute originelle ou à la séparation du ciel et de la Terre. La réflexion s'organise autour de trois grands axes. Dans un pre¬ mier temps, l'auteur procède à un examen critique des principales méthodes utilisées pour tenter de comprendre les récits symboliques et leur donner sens, qu'il s'agisse des théories sémiologiques les plus classiques — notamment dans leurs variantes «cryptique •> ou «incons¬ ciente », de l'anthropologie structu¬ rale de Claude Lévi-Strauss ou bien encore du modèle actantiel d'Algir-das Julien Greimas.

Linguistic turn – Christian Delacroix | Cinémadoc. Le linguistic turn (LT) est d’abord une expression qui s’est popularisée dans le domaine de la philosophie avant d’être appliquée à partir du début des années quatre-vingt à l’histoire. Il s’agissait alors de réhabiliter le rôle du langage en sciences sociales et d’opter pour une écriture postmoderne de l’histoire. Ce mouvement dont Dominick LaCapra et Steven Kaplan sont considérés comme les fondateurs a conduit dans ses formes extrêmes à une contestation de l’histoire par déconstruction de ses bases méthodologiques. L’intégration à l’histoire de la dimension langagière, le l’histoire est aussi un récit, est alors devenu pour certains auteurs, l’histoire est avant tout un récit. En septembre 2008, lors de la création de l’atelier que je coordonne, portant sur les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire, j’avais écrit un petit texte afin d’en présenter le sujet et les objets. Un peu maladroitement, la formule suivante se trouvait inscrite.

Un « tombeau de Romulus » découvert à Rome. Des archéologues romains ont fait une découverte sensationnelle : dans le Forum romanum (le forum romain), ils sont tombés sur une salle souterraine contenant un sarcophage, qu’ils associent au légendaire fondateur de la ville : Romulus. Selon Alfonsina Russo, la directrice du parc archéologique du Colisée, il pourrait s’agir d’un lieu de culte datant du VIe siècle avant notre ère. Or le site était connu sous le nom de « Tombeau de Romulus » dans l’Antiquité.

D’après l’équipe d’archéologues, il y a 120 ans, un autre chercheur avait déjà fait la découverte, mais sans y prêter une grande attention. Les archéologues ont donc redécouvert cette cavité dans le coin nord du Forum romanum – à peu près à l’endroit où se trouve aujourd’hui le célèbre arc de triomphe de Septime Sévère (146-211). La cavité elle-même est située directement sous l’entrée de la Curia Iulia (la Curie Julia), un ancien bâtiment destiné à abriter les réunions des sénateurs. Résumé de l’Eneide.

1) Origines d’Énée L’Iliade nous donne des détails sur les origines d’Énée. Il était le fils de la déesse Aphrodite (Vénus) et du héros troyen Anchise qui par Dardanos descendait de Zeus lui-même. Destiné à préserver à jamais la lignée troyenne, il bénéficia de la protection des dieux pendant la guerre de Troie. Élevé dans les bois par le centaure Chiron (comme Achille), il ne prit pas part aux premiers combats. Il fut cependant attaqué par Achille alors qu’il gardait ses troupeaux et dut se réfugier à Lyrnessos. Toujours poursuivi par Achille, il dut à nouveau s’enfuir pour Troie sous la protection de Zeus.

Il s’engagea ainsi dans l’armée troyenne et épousa Créüse, fille de Priam, qui lui donna un fils, Ascagne (Iule en latin). Merci d’avoir eu la patience de tout lire ! Faire de l'histoire, sous la direction de Jacques Le Goff et Pierre Nora. Faire de l'histoire, sous la direction de Jacques Le Goff et Pierre Nora. Paris, NRF, Gallimard, 1974. 3 vol. 14x22,5 cm. I : Nouveaux problèmes, xin-231 pp. II : Nouvelles approches, 253 pp. III : Nouveaux objets, 283 pp. (Bibliothèque des Histoires). Prix : I et II, 39 fr. français le vol. ; III : 42 fr. français. Ces trois volumes, qui rassemblent trente et une études, visent à illustrer et promouvoir le renouvellement qui s'est opéré en histoire comme en linguistique et en mathématiques.

Le premier volume attire notre attention sur de nouveaux problèmes généraux, qui «remettent en cause l'histoire elle-même» selon l'expression de MM. Rome, du mythe à l'histoire, 6e. Organisation de la séquence Durée : 3 heures (4 heures avec un prolongement possible) Ressources et outils numériques Film sur l’autel de la paix d'Auguste (Ara Pacis), montage à partir d’extraits des films L’Ara Pacis d’Auguste par la Réunion des Musées nationaux - Grand Palais-Rmn, sur le site du Grand Palais et L’ara com’era, un racconto in realtà aumentata del Museo dell’Ara Pacis par le musée de l’Ara Pacis (10 octobre 2016), sur le site du musée, vidéo hébergée sur You Tube Film sur les mythes d’Énée et de Romulus dans le forum d’Auguste, montage d’extraits de la captation vidéo de la conférence « Architecture et pouvoir » donnée le 11 janvier 2017 à l’Université de Caen-Normandie par Sophie Madeleine, ingénieure de recherche en sources anciennes (ERLIS / CIREVE Caen), dans le cycle « Les Nocturnes du Plan de Rome », sur le site de l’Université de Caen-Normandie, vidéo hébergée sur You Tube Sites Internet pour le travail de recherche sur les mythes fondateurs. 1re heure I. 2e heure.

Georges Dumezil, Les dieux souverains des Indo-Européens, 1977. (Bibliothèque des Sciences Humaines) Georges DUMEZIL, Les dieux souverains des Indo-Européens.- Paris, Gallimard, 1977. — 22,5 χ 13,5, 272 p. (Bibliothèque des Sciences Humaines). A l'avant-dernière page de ce livre, l'auteur présente ses publications qui seraient «non des répertoires de données susceptibles, pour d'autres besoins, d'être remises en fiches, mais des démonstrations où chaque élément ne tire son intérêt que de sa place et de ses connexions à courte et longue portée» et, de fait, il n'y a pas de rupture avec les thèses célèbres qu'il soutient depuis longtemps mais seulement approfondissements et enrichissements.

Près des trois-quarts du livre sont occupés par les Orientalia où M. Dumézil revient, en particulier, sur le précieux document de Boghaz-Keui (vers 1380 av. J. Daniel NONY. Les mythes de la fondation de Rome. Des frères jumeaux Une naissance gémellaire La naissance de jumeaux recèle un caractère exceptionnel, quasi-divin, si bien que la gémellité est présente dans de nombreuses mythologies, notamment indo-européennes (les Ashvins dans l'hindouisme, les Dioscures en Grèce). On touche ici aux racines mêmes des religions antiques polythéistes dont la fonction première est de donner des réponses aux interrogations auxquelles les connaissances scientifiques de l'époque ne peuvent apporter de réponses. Les mythes ne sont pas seulement de belles histoires, ils permettent de comprendre le rythme des saisons, l'orage et les tempêtes, les caractères humains... une naissance gémellaire est tout aussi inexplicable.

Le problème de la gémellité Il existe de nombreuses interprétations de la gémellité de Romulus et Rémus. Pourquoi s'être embarrassé d'un jumeau encombrant ? Pendant leur enfance, rien ne différencie les deux frères, aucun ne prend la préséance sur l'autre. Krishna (en Inde). La légende Le meurtre. G. Dumézil. Les dieux souverains des Indo-Européens.

Georges Dumézil. — Les dieux souverains des Bibliothèque des Sciences humaines, nrf, Gallimard, Paris, 1977, 268 p. — Georges Dumézil nous prévient dans son avant-propos : « Ce livre n'est pas de discussion, mais d'exposition. » Mais il ajoute aussitôt qu'il fait une exception à son parti pris de réserve pour les travaux de J. Gonda — et en effet tant au cours du livre que dans l'appendice 3, il donne libre cours à son talent de dialecticien. Il y a une quinzaine d'années que M. Dumézil voyait comme tâche essentielle pour lui la mise au point de ses Jupiter, Mars, Quirinus et M ithr a-Varuna. Jean-Pierre Vernant, Mythe et société en Grèce ancienne. De la prudence. Car jamais esprit plus clair ne s'est appliqué à une réalité plus complexe. Il s'agit d'une suite de mises au point sur les dernières démarches de la science contemporaine.

Mises au point qui sont souvent critiques, ja¬ mais méchantes : pas trace ici d'un éreintement. Mais il importait de montrer qu'on peut faire du marxis¬ me un usage abusif et de rappeler «qu'on ne peut utiliser sans précau¬ tion pour l'appliquer tel quel au monde ancien l'appareil conceptuel élaboré dans l'étude de la société contemporaine ». J. tout ensemble économie, religion, politique, droit, esthétique». Mais je dois dire que plus qu'à ces remarques de méthodologie théo¬ rique, j'ai trouvé du goût aux étu¬ des concrètes qui les introduisent. . (3) Voir Raison Présente, n° 4. 3* tri¬ mestre 1967, J. (4) Et c'est bien pourquoi l'utilisa¬ tion de telles études par les hommes de la nouvelle droite est aberrante et dan¬ gereuse.

Historiens romains. Historiens de la République. Tome I : Tite-Live-Salluste. Tome II : César. Traduction nouvelle établie et annotée par Gérard Walter. Historiens romains. Historiens de la République. Tome I : Tite- Live-Salluste. Tome II : César. Traduction nouvelle établie et annotée par Gérard Walter. Paris, Bibliothèque de la Pléiade. Ces deux volumes, édités avec son soin habituel par la Pléiade, font grand honneur à leur présentateur et commentateur M. La traduction de M. ÉTHIER Marc-André, LEFRANÇOIS David & JOLY-LAVOIE Alexandre (dir.). Mondes profanes. Enseignement, fiction et histoire. Les origines de Rome : mythe et critique. Essai sur l'histoire au XVIIème et au XVIIIème siècles.

256 Chantai GRELL portance particulière. L'effervescence tant politique que religieuse et intellectuelle de la seconde moitié de ce XVIème siècle a ainsi favorisé toute forme de critique et, dès les premières années du XVIIème siècle, Philip Cluverius ( 1 580-1 623) inaugura, en Hollande, une série d'interminables discussions sur les sources des historiens romains et la valeur de leurs témoignages (4) ; elles se poursuivirent au siècle suivant, et même au-delà encore. La «crise» de l'histoire, sa «faillite» à la fin du XVIIème siècle n'ont donc pas provoqué ces réactions sceptiques évoquées par Paul Hazard puisque, depuis un siècle déjà, la communauté érudite hollandaise se trouvait divisée entre détracteurs et zélateurs des anciens. Ce n'est donc pas l'apparition de l'esprit critique en histoire que nous nous proposons d'étudier dans ces pages, mais ses transformations, en prenant pour exemple l'histoire des origines de Rome, très étudiée à cette époque.

Les sources de la connaissance. L’histoire-géographie de 1945 à nos jours. Par Nicolas Schreck Publié le à définir Une discipline contestée, qui se maintient en évoluant L’histoire passionne… Et génère une foule de discours. Avec ses disciplines sœurs, la géographie et l’instruction civique, elle définit deux professions intimement liées, celle de l’historien, généralement universitaire, celle de l’enseignant, qui professe ces disciplines comme un spécialiste devant des classes de collèges ou de lycées ou qui la fréquente, au sein des classes de cycle 2 ou de cycle 3, dans une polyvalence professionnelle qui refuse toute spécialisation. Les relations à l’histoire et à la géographie sont conditionnées par une série de questions : un rapport ambivalent au savoir, souvent encyclopédique, qui fait que les Français se passionnent mais que les connaissances demeurent plus légères en histoire qu’en géographie.

Compilation de diverses sources. Doc. 2. Les objectifs généraux des activités d'éveil en histoire-géographie visent à permettre à l'élève : Doc. 3. Doc. 4. Doc. 5. Histoire d'un livre : Mythe et épopée de Georges Dumézil - Entretiens et documents. Mythe et épopée, étude comparée des religions et des récits profanes des peuples indo-européens, est l’aboutissement d’une nouvelle façon d’aborder la mythologie comparée pratiquée au XIXe siècle.

Dumézil en a posé les bases en 1938 dans l’article « La préhistoire des flamines majeurs » publié par la Revue d'histoire des religions : en quête d’une idéologie commune, il met au jour un système trifonctionnel s’appuyant sur la souveraineté magique et juridique (le prête), la force physique (le guerrier) et la fécondité (l’agriculteur-éleveur) — ce système structurant de façon similaire la société de l’Inde historique et la théologie romaine archaïque. Agrégé de lettres, docteur en histoire des religions, Dumézil dirige à cette époque les recherches autour de l’étude comparative des religions des peuples indo-européens à l’École pratique des Hautes Études. Indications bibliographiques. J.-C. Rivière. Georges Dumézil à la découverte des Indo-Européens. Jean-Claude Rivière, Georges Dumézil à la découverte des Indo- Européens, Paris, Copernic, 1979, 271 p. — J.

-C. Rivière a réuni sept universitaires, non seulement pour rendre hommage à un savant exceptionnel, mais surtout pour mieux faire connaître sa vie exemplaire et pour aider à la compréhension d'une œuvre singulièrement vaste et complexe malgré son évidente unité. A vrai dire, la moitié du livre est due au signataire (p. 9-135), ce qui n'empêche pas qu'on soit un peu surpris de ne pas trouver en couverture l'indication qu'il s'agit d'une œuvre collective. Il présente, en onze chapitres, le maître et son rôle dans les études indo-européennes. 3. Perret (Jacques). Les origines de la légende troyenne de Rome (281-31). Paris, Les Belles-Lettres, 1942. Mythe et réalité de l'autarcie à Rome. Citer proprement (et efficacement) une source ou une publication en Sciences de l’Antiquité (1) – L'information philologique.