background preloader

Anaboss30

Facebook Twitter

8 différents types d'accouchement - Ooreka. Accoucher en maison de naissance : « On apprend à se faire confiance » Ouvert en 2008 à Paris, Comme à la maison permet aux mamans de donner la vie accompagnées par des sages-femmes, sans passer par la maternité. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne-Aël Durand « J’ai passé l’essentiel de mon accouchement ici, dans l’eau, pour avoir moins mal. J’avais les yeux fermés, mais je sentais mon compagnon et la sage-femme près de moi. » Assise sur le rebord de la baignoire, Margaux Dassieu se remémore, sourire aux lèvres, la venue au monde de son fils Milo, en 2014. Dans la chambre à la décoration soignée, pas de table d’accouchement avec étriers, pas d’appareil de monitoring ou de pieds à perfusion, mais un matériel médical réduit au minimum.

Durant les quelques heures du travail, la sage-femme assiste la mère, l’aide à supporter les contractions, vérifie le rythme cardiaque du bébé au stéthoscope et intervient le moins possible. Lire : Les maisons de naissance, un accouchement hors de l’hôpital Une alternative à l’hôpital Désamorcer les peurs. Les rites d'accouchement. L'accouchement dans le monde – Modes de vie. Au Brésil, 85% des femmes qui mettent leur enfant au monde dans une clinique privée accouchent par césarienne. Aux Pays-Bas, moins de 5% des femmes ont recours à la péridurale et près d’une sur trois accouche à domicile. En Chine, les femmes passent traditionnellement un mois en convalescence après la naissance de leur bébé.

Tour du monde des pratiques et coutumes qui entourent l’accouchement. Brésil : césarienne = modernité Au Brésil, l’accouchement est fortement médicalisé et les césariennes pour « convenance personnelle » sont la norme. La raison avancée à ce fort taux de césariennes est en premier lieu pragmatique : un accouchement par césarienne programmée est plus rapide et plus rentable car plus couteux. . « Ici, quand une femme est sur le point d’accoucher, même de façon naturelle, la première chose que la plupart des hôpitaux font est de la clouer au lit en lui mettant une perfusion dans le bras, ce qui fait qu’elle ne peut ni marcher, ni prendre une douche, ni enlacer son mari.