A lire

Facebook Twitter
Délit de citation - La république des livres - Blog LeMonde.fr Yannick Haenel n'en a pas encore fini avec les détracteurs de son roman Jan Karski. Les plus véhéments ne sont pas nécessairement les plus cruels. Andréa Lauterwein vient de soulever un lièvre qui, pour n'en être qu'un détail, autorise à porter un jugement sur l'esprit de tout le livre. Délit de citation - La république des livres - Blog LeMonde.fr
réflexions politiques

Ali Soumaré et Francis Delattre sont-ils des délinquants ? - Jou Les campagnes électorales, c’est comme la campagne tout court. On se dit que c’est la nature, de la République dans le premier cas, que l’air y est sain et pur, mais une fois qu’on y est, on se rend compte que c’est fangeux et que ça pue. Illustration nous en est fournie dans le Val d’Oise où un candidat de l’UMP, Francis Delattre, maire de Franconville, soulève que son adversaire PS Ali Soumaré serait un « délinquant multirécidiviste », invoquant à l’appui de cette affirmation plusieurs condamnations complaisamment relayées par le Figaro : -En 1999, six mois de prison pour vol avec violences (j’ignore s’il y avait ou non du sursis, mais c’est probable). -En 2007, 80h de travail d’intérêt général pour un autre vol avec violences et usage d’une carte de paiement contrefaite. -En 2009, deux mois fermes pour rébellion semble-t-il, le Figaro n’étant pas clair sur ce point. -Enfin, le 16 février dernier, une ordonnance pénale l’a condamné pour conduite malgré annulation du permis. Ali Soumaré et Francis Delattre sont-ils des délinquants ? - Jou
web

Je lis ce qui s'écrit, tous ces jours-ci, sur Bernard-Henri Lévy. J'observe l'incroyable chasse à l'homme déclenchée contre lui pour une obscure histoire d'auteur sous pseudonyme qui l'aurait prétendument piégé. Et je trouve que le débat intellectuel tombe vraiment, en la circonstance, sous le niveau zéro (le journal Libération n'a-t-il pas été contraint de fermer tous ses forums de discussion "accrochés" aux articles de et sur Bernard-Henri Lévy, tant ils étaient envahis de commentaires antisémites ?). Je suis plongée, à l'instant où j'écris ces lignes, dans Pièces d'identité (Grasset, 1 340 p., 29 €), qui est le plus gros des deux livres publiés, il y a quelques jours, par lui. J'ai retrouvé la passion et la voix de l'un de ceux qui m'ont soutenue jusqu'au bout, et au-delà, sans jamais douter ni se lasser. J'ai retrouvé ses textes théoriques, souvent polémiques, parfois injustes, mais toujours stimulants, sur la gauche, son avenir, ses valeurs, sa nécessaire reconstruction. BHL, François Mitterrand, la meute et moi, par Ségolène Royal - BHL, François Mitterrand, la meute et moi, par Ségolène Royal -
Comme ce problème [SUITE ET FIN, PROMIS !] est devenu légèrement obsédant, depuis que d'éminents confrères Ouaibesques l'ont mieux expliqué que moi, pour, sous couvert de diverses louanges de pure forme , venir ensuite me ratatiner le cervelet en en tirant des conclusions différentes des miennes, j'exorcise, et, dans le but avoué de me libérer l'esprit pour aller conclure quelques divorces passionnés, reviens ici, je vous le jure de la façon la plus simple possible, sur la gentille énormité que constitue, en tout cas, la modification légale du code pénal relative à l'inceste. On aurait vraiment mieux fait de ne rien dire ! | Maître Mô On aurait vraiment mieux fait de ne rien dire ! | Maître Mô
Malraux, l’éternelle épouse - La république des livres - Blog Le L’histoire littéraire est riche d’écrivains qui se seront acharnés à se faire un prénom. Plus rares sont ceux qui s’évertuent à conserver leur nom, surtout quand ce n’est pas le leur. Ainsi Clara Malraux (1897-1982) née Goldschmidt, issue d’une famille juive allemande aisée et assimilée qui fit le choix de Paris en 1881. Elle fut sa première épouse et la mère de Florence Malraux. Ils s’étaient rencontrés au banquet organisé en 1921 par la revue littéraire et artistique Action à laquelle ils collaboraient tous deux. Une nuit au Lutetia avant une échappée en Italie et, dès leur retour, les voilà mariés devant le maire du XVIème arrondissement contre la volonté des Goldschmidt qui ne voient dans ce très jeune homme (il est encore mineur) qu’un coureur de dot. Malraux, l’éternelle épouse - La république des livres - Blog Le
PS

S'il continue sur sa lancée, Bertrand Dermoncourt finira par nous démontrer preuves à l'appui qu'un dictionnaire est mieux à même qu'une biographie pour faire intimement découvrir l'univers d'un créateur -après son oeuvre elle-même, cela va de soi. Après son Tout Mozart paru il y a quatre ans, voici donc un Tout Bach (992 pages, 30 euros, Bouquins/ Laffont) de la même encre. Près de 800 notices rédigées par une quinzaine de spécialistes sous la houlette du patron du mensuel Classica et critique musical de L'Express ; encore que, une fois n'est pas coutume, "entrée" convienne mieux que "notice" tant elles nous permettent de pénétrer dans le monde de Jean-Sébastien Bach, un continent en soi. Sans prétention d'exhaustivité mais avec l'ambition de prendre la mesure de son génie. Bach que ma joie demeure - La république des livres - Blog LeMon Bach que ma joie demeure - La république des livres - Blog LeMon
La religion, une quête sans fin - A la hune ! Le politique, la vision de la société et des problèmes qu'elle traverse s'appuie sur un socle de valeurs, sur une idéologie, sur une vision du monde déterminée. Pourtant, la politique est une remise en cause constante, une quête permanente de la vérité, de la meilleure voie, de la façon de défendre l'intérêt général. Aucun militant digne de ce nom ne peut affirmer n'avoir jamais douté, n'avoir jamais remis en cause son idéologie ou ses convictions. La religion, et la foi, devraient, à priori, être encore plus marquées par ce doute et cette recherche permanente... Car contrairement à la politique, la religion ne peut s'appuyer sur rien de vérifiable, de chiffrable ou de démontrable scientifiquement. Lorsque le chômage baisse, on peut le mesurer, en déterminer les causes et les conséquences. La religion, une quête sans fin - A la hune !
Benoît Hamon – Porte parole du parti socialiste » Qui doit payer 23 février 2010 « Précarité énergétique »… encore une expression technocrate à souhait, qui édulcore une réalité sinistre et peu nouvelle pour celles et ceux qui la subissent. De quoi s’agit-il ? Sont considérées en situation de précarité énergétique les personnes à faibles revenus, qui occupent des logements mal isolés et ont du mal à s’acquitter de leurs factures d’énergie. Benoît Hamon – Porte parole du parti socialiste » Qui doit payer
Aujourd’hui, journée de la valeur refuge - La république des liv Aujourd’hui, journée de la valeur refuge - La république des liv Quoi de plus imprévisible que cette chose intitulée L'Imprévisible (378 pages, 20,10 euros, Le Jeu de la Règle) ? "Chose" est le mot qui convient car ce n'est pas vraiment un livre, ni tout à fait un agenda mais un objet lisible du troisième type tiré à 2010 exemplaires comme l'année qu'il concerne. Alors quoi t'est-ce au juste que cette histoire des temps qui ne dit pas son nom, conçue et écrite par Marie-Liesse Clavreul et Thierry Kerseho ?
Y a-t-il trop de fonctionnaires? Y a-t-il trop de fonctionnaires? En supprimant un poste de fonctionnaire sur deux partant à la retraite,Nicolas Sarkozy ne fait que reprendre un vieux slogan de droite. Pas sirare à gauche. Les fonctionnaires sont-ils vraiment trop nombreux?