background preloader

La culture du viol

Facebook Twitter

La notion de culture du viol est un concept sociologique forgé aux États-Unis, et utilisé pour qualifier le lien entre les rapports sexuels non consentis et le tissu culturel d'une société (Source: Wikipedia).

La culture du viol expliquée aux garçons. S’il y a une chose qui me rend malade, qui me donne la nausée, qui me donnerait des envies de violence comme j’en ressens très rarement, c’est le viol. Et pourtant, j’ai la chance (et ça ne devrait pas être une chance, ça devrait être la normalité) de ne pas en avoir été victime. Mais quand j’essaye d’alerter les gens sur la culture du viol, tout le monde a tendance à relativiser. A chercher des circonstances atténuantes au violeur, qui a mal interprété des signaux par exemple Mais je pense que c’est aussi parce que les hommes ne se rendent pas compte de la réalité des choses. Et pourtant, je crois avoir trouvé comment leur faire comprendre. Nous commettons l’erreur, quand nous essayons d’expliquer la « culture du viol » à notre entourage masculin de parfois chercher à inverser les rôles.

On dit à un pote: « imagine une femme te viole ». Bon : « Imagine une vieille femme grosse avec de l’herpès te viole »… Sauf qu’à ce point là, on a déjà raté notre argumentaire. Contre votre gré. J'aime : Tous un peu coupables : y-a-t-il vraiment en France une culture du viol comme le dénonce Marlène Schiappa ? Atlantico : Comment peut on interpréter cette notion de "culture du viol" ? N'y a t il pas une forme de glissement entre cette notion de "culture du viol" et une autre situation qui serait celle d'une culture du "silence"qui pourrait également être le fait des familles ?

Peggy Sastre : Je suis assez affligée que Marlène Schiappa ait fait usage de cette formule qui n'a à ce jour aucune caractérisation claire et non contradictoire. Ce faisant, elle envoie peut-être un signe à sa communauté féministe de troisième ou quatrième vague – « youhou, j'ai les mêmes grigris que vous ! » –, mais elle ne fait rien ni pour circonscrire un problème, ni par définition pour le régler. Après, bon, c'est la même Secrétaire d’État qui, il y a quelques mois et concernant l'épisiotomie, nous expliquait que ce n'était pas au gouvernement de dire « la réalité des chiffres », donc je suppose que cela procède de la même « logique ». atlantico sur facebook notre compte twitter Intéressé par cet auteur ?

Je m'abonne. "Ici, une femme a été violée" - Mediafactory. Un collectif nantais contre les violences faites aux femmes s’est récemment fait remarquer pour ses « pochoirs » anti agressions relayés sur les réseaux sociaux. Le numérique offre une caisse de résonance nouvelle à ces campagnes, sans pour autant remplacer les actions de fond Ces quelques mots en peinture blanche, apposés sur le sol, renvoient à une réalité glaçante.

Tout au bout de la passerelle Victor Schoelcher de Nantes, on peut lire qu’à cet endroit, une femme a été agressée. Pile en face du palais de Justice ! Une vingtaine d’autres pochoirs de ce type ont été disséminés dans la ville, sur les lieux mêmes où des femmes ont, ces deux dernières années, été agressées, violées ou tuées (voir carte ci-dessous). Action « pochoir » Le collectif RAFU fait partie des nouveaux acteurs de cette mobilisation. Des campagnes qui font du bruit Les violences faites aux femmes n’ont hélas rien de nouveau et des campagnes de prévention existent depuis longtemps. Etude sociologique a distance. Viol et violences sexuelles. [TW] Rape culture/Culture du viol.

Viol, culture du viol, violences. "Tu étais habillée comment?", une expo démolit les clichés sur la culture du viol - Les Inrocks : magazine et actualité culturelle en continu. Début septembre, l'université du Kansas a présenté une exposition de 18 tenues portées par des victimes de viol et d'agression sexuelle. L'occasion de rappeler que le choix vestimentaire de la victime n'est en aucun cas la cause de la faute commise.

Un pull rouge et une jupe noire. Un maillot de bain. Un polo de sport. Dix-huit tenues ont été exposées au quatrième étage de l'université du Kansas les deux premières semaines de septembre, accompagnées du témoignage de la personne qui la portait. L'exposition What Were You Wearing ? Sur la quarantaine de témoignages recueillis pour le projet – obtenus via les réseaux sociaux, des centres d'aides aux victimes de viol et des panneaux affichés dans plusieurs universités du Midwest – 18 tenues ont été retenues pour l'exposition. "Je portais la même chose" L'exposition rappelle que le préjugé selon lequel une agression sexuelle peut être directement liée à la tenue portée continue de prévaloir.

Culture du viol : se rendre responsable du traumatisme pour le supporter. À chaque fois que j’évoque mon « hospitalisation » de neuf mois, mon interlocuteur m’en demande toujours la raison. C’est là que ça coince. Il ou elle s’attend à un cancer, un accident de voiture, à la limite une grossesse tellement problématique qu’elle aurait nécessité une hospitalisation du début à la fin. Mais pas à une maladie psychologique. Suite à un traumatisme, entraînant une lente descente aux enfers, je me retrouve fin 2014 à vouloir dire adios à cette vie que je ne voyais plus qu’en noir et blanc. Un peu comme les chiens, sauf que je ne bats pas de la queue, et contrairement à eux, plus rien ne m’exaltait. Plus rien du tout. À l’origine du traumatisme, un viol Lorsque j’étais en seconde, j’ai été violée. Je dis « choisi », parce que, consciemment, en accord avec moi-même, j’ai préféré me taire, et adopter un schéma de pensée dangereux, plutôt que d’affronter mon traumatisme directement.

Je souffrais, quotidiennement, mais le déni atténuait la douleur. Et puis j’ai parlé. "Comment était-elle habillée ?", "Pourquoi elle n'a pas porté plainte ?"... : la "culture du viol", c'est quoi exactement. ON FAIT LE POINT - Alors que de nombreuses femmes victimes de harcèlements ou d'agressions sexuelles prennent la parole sur les réseaux sociaux, une réaction revient de manière récurrente : "Mais pourquoi elle n'a pas porté plainte ? , "Pourquoi elle n'a rien dit ? ". Des questions qui prouvent que la culture du viol a encore de beaux jours devant elle. On revient sur cette expression militante qui s'impose aujourd'hui comme un concept solide. Anaïs Condomines C'est une expression que vous avez peut-être entendue, sans trop savoir à quoi elle correspond. Leurs travaux démontrent l'existence d'un imaginaire collectif, voire d'un mythe réducteur autour du viol, qui contribuerait à tronquer la réalité des violences sexuelles.

Mais pour affiner cette définition, nous avons posé la question à Alice Debauche, maîtresse de conférences en sociologie à l'université de Strasbourg. "Pourquoi elle n'a pas dit non? " La culture du viol, c'est mettre en doute la parole de la victimeMarlène Schiappa. La culture du viol n’est pas couchée. Dans l’émission d’On n’est pas couché du 30 septembre, Sandrine Rousseau, qui était venue présenter son livre Parler et plaider pour une libération de la parole des victimes d’agressions sexuelles, les chroniqueurs et Laurent Ruquier lui ont infligé la culpabilisation qu’elle dénonçait.

Avant même sa diffusion, l’émission d’On n’est pas couché de ce samedi 30 septembre a fait grand bruit. L’une des invitées était Sandrine Rousseau, ancienne secrétaire nationale adjointe d’Europe Écologie Les Verts (EELV), qui a quitté ses fonctions au parti pour se consacrer à la défense des femmes victimes de violences. Elle venait présenter son livre Parler (Flammarion), dans lequel elle raconte l’agression sexuelle dont elle aurait été victime de la part de l’ancien responsable d’EELV, Denis Baupin (qui n’a pu être jugé car il y a prescription des faits), et milite pour une libération de la parole au sujet des agressions sexuelles, tout en dénonçant le tabou qui les entoure.

Viol et agressions sexuelles : pourquoi je n'ai pas porté plainte – Témoignage. Cette semaine, suite aux hashtags #balancetonporc et #MeToo, de nombreuses personnes ont réagi aux histoires de victimes de viol en se demandant, avec plus ou moins de virulence, « mais pourquoi ces personnes n’ont-elles pas porté plainte ? ». Je suis moi-même une victime de viol (je commence tout juste à le dire, je dois avouer que ça fait bizarre de l’écrire) et je n’ai pas porté plainte. J’aimerais, dans ce témoignage, expliquer les raisons. À lire aussi : La Belle et la Meute, le thriller féministe indispensable sort aujourd’hui en salles (critique + ITW) !

La sidération psychique, ou l’incapacité du corps à réagir lors d’une agression Il y a de ça trois ans, un « ami » m’a violée. Et je dois avouer que cette année-là, je n’ai pas vraiment réalisé ce qui m’arrivait. Cette personne entretenait une relation toxique avec mon groupe d’ami, et, jusqu’à ce que nous ayons décidé de couper les ponts avec lui, je n’ai parlé à personne de ce qui m’était arrivé. 1. 2. 3. 4. 5. 6.

Laurent Baffie, la jupe, et l'habituelle "banalisation de la culture du viol" C'est censé être amusant: samedi soir, Laurent Baffie, chroniqueur régulier de Salut Les Terriens, soulève la jupe de son amie, la chanteuse Nolwenn Leroy, invitée de Thierry Ardisson. Alors que l'artiste baisse sa jupe à plusieurs reprises pour éviter de trop en dévoiler, Baffie insiste. "Si je le laisse faire, c'est parce que c'est mon ami", lâche Nolwenn Leroy, pourtant visiblement gênée par le geste répété du comique [à 1 minute dans la vidéo ci-dessous]. Depuis samedi, les réactions à cette scène n'ont cessé de pleuvoir: d'un côté, on trouve les pro-Baffie, qui estiment qu'il ne s'agit là que d'une blague, et que le CSA - qui a lancé une procédure - devrait changer de priorités.

Parmi les défenseurs de l'humoriste, on trouve l'acolyte de Laurent Ruquier Isabelle Mergault, l'animatrice Alessandra Sublet, les journalistes Valérie Bénaïm et Isabelle Morini-Bosc (qui ont toutes les deux défendu Laurent Baffie dans Touche pas à mon postelundi soir) ou encore la chanteuse Maurane. Peggy Sastre : «La notion de “culture du viol” n'est absolument pas démontrée» FIGAROVOX/ENTRETIEN - En disciple de Darwin, la journaliste scientifique développe une lecture biologique des questions sexuelles. Elle s'érige contre un féminisme militant qui méprise les faits et tord les chiffres à des fins idéologiques. LE FIGARO. - Certaines féministes militantes, et la ministre Marlène Schiappa elle-même, dénoncent une «culture du viol» à grand renfort de statistiques. Que pensez-vous de cette idée selon laquelle notre société organiserait et ferait la promotion du viol?

Peggy SASTRE. -Cette notion de «culture du viol» est extrêmement problématique, pour reprendre un vocable à la mode, et elle n'est absolument pas «démontrée». Nous vivrions dans une société qui tolérerait, excuserait, voire approuverait le viol?

La culture du viol au cinéma

Mythes autour du viol. Partie 5 : Les mythes sur le viol dans les médias. Partie 5 : Comment se transmettent les mythes sur les viols ? Zoom sur les médias. Partie 1 : Quels sont ces mythes ? Qui y adhère ? Partie 2 : Les conséquences pour la victime Partie 3 : Les mythes sur le viol restreignent la liberté des femmes Partie 4 : Les mythes sur le viol augmentent la propension au viol Dans les articles précédents, nous avons pu voir ce qu’était les mythes à propos du viol (des idées comme « elle n’avait qu’à pas sortir habillée comme ça », « une femme qui dit non, pense oui »…) ainsi que leurs conséquences, individuellement, sur le rétablissement des victimes, et collectivement sur la liberté des femmes. Dans cette 5ème et dernière partie, je vais évoquer la façon dont se transmettent ces idées reçues délétères.

Les médias véhiculent beaucoup de croyances infondées sur le viol L’acceptation des mythes sur le viol comme norme Les normes sont des règles comprises par les membres d’un groupe et qui guident ou contraignent le comportement1. En conclusion BONUS : Petit Jeu. Pourquoi la honte doit (vraiment) changer de camp – Buffy Mars. Note : cet article est programmé depuis environ un mois. Mais je suis très triste de voir à quel point il est énormément d’actualité au regard de l’Affaire Weinstein et de #BalanceTonPorc.

Dernièrement, j’ai eu une discussion avec quelqu’un. Nous parlions de la nécessité de faire ressentir de la honte aux personnes qui se positionnent comme des dominants ou des oppresseurs pour que le message passe. Les femmes intègrent l’idée de honte depuis très jeune. Si on les responsabilise sur les désirs qu’elles peuvent “provoquer” face à la gente masculine, c’est en grande partie pour cette raison. Des cas de harcèlement en ligne particulièrement violents envers des femmes, vous en avez sûrement déjà vu passer sur les réseaux sociaux (*tousse*). Plus récemment, la nouvelle mode est de repérer les femmes qui racontent de mauvaises expériences de drague (en est-ce vraiment?)

La violence qui suit ce genre d’accusation monte souvent en crescendo. #MeToo Nous, on a l’habitude. WordPress: Hello ! Les mythes, les idées reçues et les préjugés autour du viol. Les mythes ou idées reçues autour du viol désignent les croyances entourant le crime en lui-même, les victimes et les coupables. On les définit par des attitudes et croyances fausses mais profondément et constamment entretenues servant à nier et à justifier le viol. Ces mythes, par des idées fausses répétées constamment, servent à décrédibiliser la personne violée et à excuser le violeur. Etudions donc à présent ces mythes : Mythe : Les femmes mentent et accusent des hommes de viol car elles regrettent une relation sexuelle ou veulent se venger En parlant de de Samantha Geimer, jeune fille de 13 ans droguée et violée par Roman Polanski, Alain Finkielkraut souligna que "ce n'était pas une fillette, une petite fille, une enfant, au moment des faits" et Costa Gavras déclara qu'"elle en faisait 25".

Mythe : les violeurs sont des inconnus dans une ruelle sombre avec un couteau Ces éléments sont absents de la plupart des viols commis. Mythe : ce sont les jeunes et jolies femmes qui sont violées.