background preloader

Amandinealberto

Facebook Twitter

Esidoc. Esidoc. Esidoc. L'eau une ressource à protéger. L’eau, une ressource essentielle, en qualité comme en quantité Précieuse, parfois rare, toujours fragile : L’eau est renouvelable, mais c’est toujours la même eau qui court à la surface de la planète. Il est donc essentiel de s’assurer au quotidien d’une qualité et d'une quantité d’eau suffisante pour satisfaire nos usages, mais aussi pour garder des rivières vivantes.

C’est pourquoi il faut la préserver, la protéger et l’utiliser de façon responsable. Des besoins en augmentation En Loire-Bretagne, comme ailleurs, les besoins en eau ne cessent de croître. Un programme d’actions pour la préserver La stratégie et le programme d’actions à mener pour améliorer le plus rapidement possible la qualité de nos rivières, de nos eaux littorales ou souterraines est décrite dans un document appelé le Sdage. Le Sdage 2010- 2015 a été adopté en octobre 2009 par le comité de bassin Loire-Bretagne. Un suivi régulier de la qualité des eaux La qualité des cours d’eau est surveillée régulièrement.

L'eau, un enjeu de santé. Une eau dégradée porte atteinte à la santé Nous utilisons tous les jours des produits de plus en plus complexes (médicaments, solvants, plastiques, pesticides…) qui finissent toujours par se retrouver dans l’eau. Et ce n’est pas sans effet sur la santé de l’homme et des organismes vivants. L’eau peut transporter des substances inertes (polluants d'origine physico-chimique) et vivantes (parasites, bactéries et virus) qui peuvent être nocives pour l’Homme. Elle provoque des maladies : si l’on boit une eau de mauvaise qualité, si l’on consomme des organismes (poissons, coquillages...) contaminés par une eau de mauvaise qualité, par le contact où l’ingestion d’eau polluée lors des baignades en eau de mer ou en eau douce. Attention à nos rivières pour conserver une eau de qualité Pour empêcher la dégradation de l’eau que nous utilisons, il faut mettre moins de produits toxiques dans l’eau.

Les pollutions transportées par l’eau ont des conséquences sur les habitants de nos rivières. La qualité des eaux. Ces données et les études de connaissance générale sont mises à la disposition des experts et des acteurs. Elles permettent d’évaluer la qualité des eaux, d’orienter la décision des acteurs et de guider l’action pour améliorer la qualité des eaux. La qualité des eaux de surface Sur le bassin Loire-Bretagne, 30% des rivières, un quart des plans d’eau et trois-quarts des eaux littorales sont en bon état.

Les principales causes de pollution des rivières sont les pollutions diffuses (phosphore, nitrate…) et leur artificialisation (aménagement de berges, barrages,…). La modification de leur tracé, de la taille des matériaux constituant le fond (le lit), de la végétation des berges, de la vitesse du courant a une influence sur la qualité de l’eau. La qualité des rivières dépend aussi de celle des nappes souterraines. Les milieux naturels ne sont pas cloisonnés, l’eau de la rivière et l’eau souterraine sont en relation. La qualité des eaux souterraines Comment fait-on pour mesurer la qualité ? Ma Planète. La population mondiale a consommé toutes les ressources à sa disposition pour l'année 2015.

Selon un communiqué de la branche suisse de l’ONG WWF, l’humanité tout entière aura consommé, jeudi 13 août, la totalité des ressources de la planète disponibles pour cette année 2015. Notre consommation dans le monde ne cesse d’augmenter Les Américains parlent de « Overshoot Day », soit le « jour du dépassement ». A compter de cette date, nous vivons à crédit. Ce moment survient chaque année depuis plusieurs décennies. Au début des années 1970, la population mondiale a, pour la première fois, consommé plus de ressources que ce que la planète était en mesure de produire. En quarante ans, nous avons accéléré le rythme de notre gaspillage puisque, cette année, le jour fatidique arrive quatre mois plus tôt que les premières fois qu’il a été déclaré, toujours en décembre.

Le gaspillage est ancré dans notre mode de consommation Nous sommes encore nombreux à ignorer à quel point notre consommation influence l’utilisation des ressources. Effets sur la santé de la pollution de l’air. Des effets de la pollution de l’air sur la santé sont observés à la fois suite à : une exposition de quelques heures à quelques jours (exposition aiguë, dite à court terme) à cette pollution : irritations oculaires ou des voies respiratoires, crises d’asthme, exacerbation de troubles cardio-vasculaires et respiratoires pouvant conduire à une hospitalisation, et dans les cas les plus graves au décès ; une exposition de plusieurs années (exposition chronique, dite à long terme) à la pollution de l’air ; les effets sur la santé peuvent dans ce cas être définis comme la contribution de cette exposition au développement ou à l’aggravation de maladies chroniques telles que : des cancers, des pathologies cardiovasculaires et respiratoires, des troubles neurologiques, etc.

C’est l’exposition chronique à la pollution de l’air qui conduit aux impacts les plus importants sur la santé. Facteurs aggravants de la pollution de l’air Impacts sanitaires et économiques de la pollution de l’air. Sources de pollution de l’air et risques pour la santé. La pollution de l’air résulte à la fois : des émissions de polluants provenant de divers secteurs d’activité (industries, transports, agriculture, chauffage…) ; de phénomènes d’origine naturelle (vents de sable du Sahara, érosion des sols, éruptions volcaniques…) ; de réactions chimiques se produisant dans l’atmosphère entre les divers polluants présents et à l’origine de la formation de polluants dits « secondaires » (voir ci-dessous) ; de plus, il existe des phénomènes d’importation et d’exportation de la pollution de l’air pouvant se produire à grande échelle.

Ainsi, la pollution observée en France est pour partie d’origine transfrontière et une part de la pollution formée sur notre territoire s’exporte chez nos voisins. On distingue : Certains polluants, tels que les particules, sont à la fois des polluants primaires et secondaires : leurs concentrations dans l’air résultent des deux mécanismes émissions et formation dans l’air. Polluants les plus néfastes pour la santé. Se protéger des effets de la pollution de l’air en cas de pic de pollution de l’air. Les recommandations sanitaires en cas de pic de pollution En période de pic de pollution de l’air, le ministère chargé de la santé rappelle les recommandations sanitaires suivantes, notamment pour les populations les plus fragiles. * Pour connaître les seuils d’information et de recommandation, consultez l’article R.221-1 du code de l’environnement ** Ou aux horaires indiqués au niveau local. * Pour connaître les seuils d’alerte, consultez l’article R.221-1 du code de l’environnement ** Ou aux horaires indiqués au niveau local.

Ces messages sanitaires sont issus de l’arrêté du 20 août 2014 relatif aux recommandations sanitaires en vue de prévenir les effets de la pollution de l’air sur la santé. Des informations sur la qualité de l’air local sont disponibles sur le site Internet de la Fédération des associations de surveillance de la qualité de l’air, présentes dans chaque région. En cas de pic (ou épisode) de pollution de l’air Faut-il continuer à aérer ? Pollution de l’air : recommandations sanitaires. Recommandations sanitaires en cas d’épisodes de pollution * Pour connaître les seuils d’information et de recommandation, consultez l’article R.221-1 du code de l’environnement ** Ou aux horaires indiqués au niveau local. * Pour connaître les seuils d’alerte, consultez l’article R.221-1 du code de l’environnement ** Ou aux horaires indiqués au niveau local.

Ces messages sanitaires sont issus de l’arrêté du 20 août 2014 relatif aux recommandations sanitaires en vue de prévenir les effets de la pollution de l’air sur la santé. Des informations sur la qualité de l’air local sont disponibles sur le site Internet de la Fédération des associations de surveillance de la qualité de l’air, présentes dans chaque région. Air - Pollution atmosphérique. Se protéger des effets de la pollution de l’air en cas de pic de pollution de l’air 14 décembre 2015 À certaines périodes de l’année, notamment en période hivernale, au printemps et en été, surviennent des pics (ou épisodes) de pollution sur le territoire métropolitain. La formation de ces pics est liée (...) Les personnes sensibles ou vulnérables à la pollution de l’air 1er octobre 2015 Il est constaté, notamment au travers d’études scientifiques, que certaines personnes sont plus fragiles que d’autres vis-à-vis de la pollution de l’air. Qualité de l’air extérieur : liens utiles 25 septembre 2015 Pollution atmosphérique : liens utiles Sources de pollution de l’air et risques pour la santé 24 septembre 2015 La pollution de l’air est définie comme la dégradation de l’air que l’on respire par l’introduction dans l’atmosphère d’agents chimiques, biologiques ou physiques ayant des conséquences préjudiciables sur (...)

Qualité de l’air extérieur Agir pour améliorer la qualité de l’air. Pollution de l'air : quels sont les risques pour la santé ? Les particules fines sont classées cancérogènes par l'Organisation mondiale de la santé. Malgré leur dangerosité, la France dépasse régulièrement les normes maximales. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric L'air est irrespirable. La France vit littéralement sous un couvercle de pollution.

Le seuil d'alerte à la pollution aux particules était encore dépassé, vendredi 14 mars, pour la quatrième journée consécutive en Ile-de-France, ainsi que dans une trentaine de départements couvrant une large partie du Nord et la région Rhône-Alpes. Quelles sont les valeurs limites et les conséquences pour la santé des polluants atmosphériques, classés cancérogènes par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ? Les principaux polluants et leurs dangers Quatre polluants atmosphériques sont particulièrement mesurés en raison de leur dangerosité pour la santé : les particules fines (PM10 et PM2,5), le dioxyde d'azote (NO2), le monoxyde de carbone (CO) et l'ozone (O3).

Les seuils réglementaires. Guide pratique pollution air exterieur. Qualité de l’air ambiant (extérieur) et santé. La pollution de l’air due aux transports a des effets sur la santé estimés entre 7 et 20 milliards d’euros par an. L’OMS a mené à la fin des années 90 une étude pluridisciplinaire pour estimer l’importance des effets de long terme et les coûts sanitaires relatifs à la pollution de l’air, et notamment la part attribuable aux transports. Elle se base sur des études réalisées dans 3 pays (France, Suisse, Autriche) qui combinent économie, épidémiologie et modélisation de la pollution atmosphérique.

Les PM10, principales coupables Les polluants choisis dans cette étude comme indicateur de pollution atmosphérique sont les particules fines de taille inférieure à 10µg/m3 pour 3 raisons principales : elles sont inhalables et pénètrent profondément dans l’appareil respiratoire engendrant des dommages sur la santé à court et à long terme, leurs effets sur la santé ont fait l’objet de nombreuses études épidémiologiques et toxicologiques, et enfin elles sont en grande partie issue de la circulation automobile (et en particulier par les véhicules diesel), qui est visée dans ces travaux. Colloque "Climat, santé, inégalités, quelles solutions ?"

Les conditions météorologiques et climatiques ont une influence considérable sur notre environnement de vie et notre santé. Le changement climatique aggravera les risques sanitaires existants. On connaît les conséquences des événements extrêmes (vagues de chaleur, inondations…) pour les sociétés et celles de la dégradation générale de l’environnement, qui favorise la pollution de l’air et des eaux, l’insécurité alimentaire ou encore la survenue de maladies vectorielles.

Il existe de nombreuses inégalités face au changement climatique, qui appellent une action ciblée sur les populations vulnérables. Dans le cadre de l’agenda des solutions de la COP21, le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes organise une conférence internationale les 18 et 19 juin prochains sur le thème : "Climat, santé, inégalités, quelles solutions ? ". Conference "Climate, Health, Disparities : which solutions ? " Programme du colloque Programm of the conference Dossier participant. Risque de cancer et pollution de l'air. Introduction D’après la loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie du 30 décembre 1996, la pollution de l’air est « l’introduction par l’homme, directement ou indirectement, dans l’atmosphère et les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens et matériels et à provoquer des nuisances olfactives excessives ».

En plus des deux gaz qui le composent majoritairement (dioxygène et diazote), l’air peut contenir des polluants de différentes origines : naturelle (radon, polluants émis par les volcans, …) ou produits par les activités humaines (industrielles, domestiques, agricoles, les transports, …).Les polluants de l’air peuvent être de nature physique, chimique, ou biologique.

On distingue les polluants primaires des polluants secondaires : Les principaux polluants de l’air Air extérieur. Orsb janv 2001. Pollution de l'air - Notre planète info. La pollution de l'air extérieur est "cancérigène", selon l'OMS. L'Organisation mondiale de la santé est arrivée à la conclusion "qu'il existe des preuves suffisantes pour dire que l'exposition à la pollution de l'air extérieur provoque le cancer du poumon". Après avoir analysé des études portant sur des milliers d'hommes et de femmes suivis pendant plusieurs décennies, les experts du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence spécialisée de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sont arrivés à la conclusion que la pollution de l'air qui nous entoure est cancérigène (voir le PDF, en anglais).

La pollution atmosphérique a été classée dans la catégorie "cancérigène certain", a annoncé, jeudi 17 octobre à Genève, le directeur du CIRC, Christopher Wild. Le gazole et les particules fines avaient déjà été classés dans la catégorie "cancérigène certain" en juin 2012. "Les experts ont conclu (…) qu'il existe des preuves suffisantes pour dire que l'exposition à la pollution de l'air extérieur provoque le cancer du poumon. Qualité de l’air extérieur. La pollution de l’air conduit à l’apparition ou à l’aggravation d’un grand nombre de pathologies affectant en particulier les systèmes respiratoires et cardio-vasculaires. En 2013, le Centre international de recherche sur le cancer, instance spécialisée de l’OMS, a classé la pollution atmosphérique et les particules de l’air extérieur comme cancérigènes pour l’homme.

Certaines populations, telles que les jeunes enfants, les personnes âgées, les personnes souffrant de pathologies chroniques, sont particulièrement fragiles vis-à-vis de cette pollution. Face à cet enjeu qui concerne l’ensemble de la planète, la quasi-totalité des pays du monde a adopté, le 26 mai 2015 lors de l’Assemblée mondiale de la Santé, une résolution sur la pollution de l’air et la santé que la France a coparrainée et par laquelle les États s’engagent à améliorer la qualité de l’air pour protéger la santé des populations.

Au sommaire :