background preloader

Exposé Français

Facebook Twitter

GUSTAVE CAILLEBOTTE : sa technique. GUSTAVE CAILLEBOTTE : his technique. Gustave Caillebotte fut un peintre singulier, dont on reconnait la plupart des oeuvres au premier coup d'oeil.

GUSTAVE CAILLEBOTTE : sa technique. GUSTAVE CAILLEBOTTE : his technique

Ses compositions et ses cadrages étaient audacieux, sa technique picturale souvent non conventionnelle - une oeuvre profondément originale, occultée par celle de ses propres amis, parfois considérée avec ironie par la critique de l'époque. C'est par la composition et le cadrage que les oeuvres de Gustave Caillebotte sont souvent immédiatement reconnaissables. Il a tout particulièrement affectionné les vues plongeantes (jamais le contraire, sauf quelques falaises normandes), et ceci dès le début. La "Femme à sa toilette" date de 1873 et témoigne déjà de cette recherche d'angle insolite. L'effet est même dédoublé par l'ajout d'un miroir incliné, créant ainsi un dialogue original et intriguant. Rue de Paris sous la pluie. Rue de Paris et temps de pluie, Caillebotte. Cette toile, réalisée en 1877, s'attache à représenter les quartiers que le peintre a successivement habités : par exemple celui de l'Europe où se trouvait la maison familiale, à l'angle des rues de Miromesnil et de Lisbonne.

Rue de Paris et temps de pluie, Caillebotte

Il a également représenté le boulevard Haussmann vers l'Opéra. Il s'agit alors de quartiers neufs et résidentiels, inscrits dans la deuxième tranche des travaux, commencée en 1858. Ce nouveau Paris, avec ses ensembles cohérents, denses et réguliers, intéresse bien des artistes ; Manet peint lui aussi le nouveau pont de l'Europe et Monet ne manque pas de passer en revue la gare Saint-Lazare. Caillebotte présente ici une vue nette et réaliste du Paris bourgeois, haussmannien. Au centre de la toile s'ouvre une perspective à deux points de fuite qui accentue la profondeur, un réverbère partage le tableau en deux parties égales et se trouve dans l'alignement d'un des points de fuite. Rue de Paris, temps de pluie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rue de Paris, temps de pluie

Rue de Paris, temps de pluie Rue de Paris, temps de pluie est une peinture à l'huile sur châssis entoilé du peintre français Gustave Caillebotte (1848-1894), réalisée en 1877. Elle est conservée à l'Institut d'art de Chicago, aux États-Unis. Historique[modifier | modifier le code] Ce tableau fut réalisé par Gustave Caillebotte, alors âgé de vingt-neuf ans, pour la troisième exposition impressionniste organisée par la Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs à Paris au 6 rue Le Peletier en avril 1877, au cours de laquelle il présenta six œuvres dont cette toile.

Comme la majorité des œuvres de Caillebotte, ce tableau demeure dans la famille de Mme Albert Chardeau, née Geneviève Caillebotte (nièce de l'artiste), jusqu'au milieu du XXe siècle. Description[modifier | modifier le code] Cette toile se caractérise par ses tons sobres, des teintes discrètes et le soin particulier apporté aux détails. . « Enfin, je nommerai M. Rue de paris caillebotte image.

Analyse d'une oeuvre : "Rue de Paris ; temps de pluie" - Histoire des Arts. Rue de Paris ; temps de pluie Gustave Caillebotte, est un peintre Français, collectionneur, mécène et organisateur d'expositions, né à Paris le 19 aout 1848 à Paris et mort à Gennevilliers en 1894.

Analyse d'une oeuvre : "Rue de Paris ; temps de pluie" - Histoire des Arts

Il est fasciné par le Paris d' Haussmann et lui rend hommage en peignant « Rue de Paris ; temps de pluie » en 1877. C'est une huile sur toile de 212 cm sur 276 cm se trouvant aujourd'hui au musée de Chicago. Comment Gustave Caillebotte nous rend compte de la grandeur de la ville et de sa beauté? Tout d'abord nous verrons la structure du tableau, puis la dimension de la toile, la monotonie du paysage et enfin le respect d'une réalité.

Ce tableau est très structuré et construit selon deux grands axes : un axe horizontal (qui passe par la base des immeubles et à travers la tête des personnages) et un axe vertical (le réverbère et son reflet). Il y a un rythme régulier avec une seconde perspective qui répond à la première. Source principale : TDC Avril 95 "le Paris d'Haussmann au nom de la modernité" Rue de Paris image 2. Rue de Paris sous la pluie.