Chine

Facebook Twitter

Un officiel chinois se suicide de onze coups de couteau. La famille du défunt accuse les officiels lors d’une conférence de presse (ChinaSmack).

Un officiel chinois se suicide de onze coups de couteau

(De Pékin) Le week-end dernier, dans la province chinoise du Hubei, un fonctionnaire de la brigade anticorruption est retrouvé mort dans son bureau. Les autorités affirment qu’il s’est suicidé... de onze coups de couteau. Un prof chinois : "Les étudiantes en France reviennent délurées" Des danseuses de French Cancan devant le Moulin Rouge à Paris, le 16 mars 2011 (Jacky Naegelen/Reuters).

Un prof chinois : "Les étudiantes en France reviennent délurées"

Les étudiantes chinoises en France perdent tout sens de la morale et reviennent en Chine délurées : c’est le point de vue exprimé en cours par un professeur d’un institut de droit dépendant du ministère de la Justice à Pékin, mettant le feu au web chinois, et suscitant des réactions scandalisées. L’affaire a même été relayée par le Global Times, un quotidien anglophone édité par le Parti communiste chinois, et qui exprime généralement un point de vue ultranationaliste. Shanghai, premier de la classe. Bienvenue dans l’une des meilleures institutions scolaires de Chine : l’école secondaire numéro 8 de Zhabei, à Shanghai.

Shanghai, premier de la classe

Les 25 élèves de la classe portent un survêtement bleu à rayures jaunes, et, au cou, le foulard rouge des «jeunes pionniers» communistes. Lorsque la jeune professeure passe le seuil de la porte, tous se lèvent. Un «ni hao laoshi !» («bonjour professeur !») Retentit en chœur. La Chine repousse ses frontières dans l'indifférence générale. La Chine sort de ses frontières.

La Chine repousse ses frontières dans l'indifférence générale

Au sens figuré. La presse déborde d’articles sur l’expansion économique chinoise, sa montée en puissance fulgurante, la multiplication des acquisitions partout dans le monde par ses fonds souverains ou grands groupes dans le pétrole, les ressources naturelles, l’immobilier, le secteur financier, jusqu’aux installations portuaires avec le Port du Pirée… Derrière l'espionnage de Renault, le bluff technologique chinois. (Le président Hu Jintao et son épouse reçus à l'Elysée - Dailymotion - elysee - cc) Avant même d’être annoncée, la suspicion d’espionnage dans le cas emblématique de Renault pesait sur la Chine.

Derrière l'espionnage de Renault, le bluff technologique chinois

Au-delà de l’affaire elle-même, tout en effet contribue à faire de la République Populaire de Chine l’une des toutes premières « puissances d’informations » du monde. Pourquoi les (très dures) mères chinoises sont les meilleures. Une mère joue avec son enfant, près de Pékin, le 16 novembre 2008 (Jason Lee/Reuters).

Pourquoi les (très dures) mères chinoises sont les meilleures

(De Pékin) Amy Chua, une Sino-Américaine professeur de droit à Yale, publie une tribune dans le Wall Street Journal pour vanter les mérites de l’éducation à la Chinoise, telle qu’elle l’a appliquée à ses propres enfants. Choc des cultures garanti. C’est l’une des nouvelles blagues qui circule sur Twitter : Pourquoi la Chine veut-elle racheter l'Europe ? La longue liste des « emplettes » chinoises en Europe Wen Jiabao - Flickr - World Economic Forum - cc Selon un quotidien portugais - le Journal de Negocios - la Chine s’apprêterait à racheter plusieurs milliards d’euros de dettes portugaises.

Pourquoi la Chine veut-elle racheter l'Europe ?

Nobel, ceux qui y vont et ceux qui sèchent. Vingt pays, parmi lesquels la Russie, la Chine et l’Iran, ont décliné l’invitation de l’Institut Nobel à assister vendredi à la cérémonie en l’honneur du dissident chinois Liu Xiaobo, lauréat du prix Nobel de la paix, et que Pékin a appelé à boycotter.

Nobel, ceux qui y vont et ceux qui sèchent

Malgré les pressions chinoises, certains Etats seront présents avec un niveau de participation élevé, à l’instar des Etats-Unis représentés par la présidente sortante de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, invitée par l’Institut Nobel à la demande de dissidents chinois proches du lauréat. En 2008, une édition Nobel largement consensuelle avec le médiateur finlandais Martti Ahtisaari, dix pays étaient absents. Ces amis de Pékin qui boycottent le Nobel de Liu Xiaobo. Il y avait 20 chaises vides à la remise du Nobel à Oslo vendredi : celle du dissident emprisonné Liu Xiaobo, de la Chine et ses alliés.

Ces amis de Pékin qui boycottent le Nobel de Liu Xiaobo

Il y avait vingt chaises vides, vendredi à Oslo, pour la cérémonie de remise du prix Nobel de la paix au dissident chinois Liu Xiaobo. Celle du lauréat lui-même, qui croupit dans une cellule chinoise, condamné à une lourde peine pour avoir rédigé un appel à la démocratisation de la Chine. Mais aussi celles de la Chine et de dix-huit autres pays qui ont décidé de boycotter la cérémonie pour plaire -ou ne pas déplaire- à Pékin. Au cours de la cérémonie à Oslo, l’actrice norvégienne Liv Ullmann a lu le texte de la plaidoirie de Liu Xiaobo à son procès, un texte émouvant et très politique [que les lecteurs de Rue89 avaient pu lire en français lorsqu’il a été connu]. Avec cette phrase étonnante d’un homme qui s’apprête à être condamné à onze ans de prison : Le Premier ministre chinois censuré en Chine.

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao est-il entré en dissidence?

Le Premier ministre chinois censuré en Chine

Ses surprenantes déclarations faites dimanche dans une interview accordée à CNN pourraient le donner à penser. Il appelle ouvertement à la liberté de parole, à l'abandon du rôle dirigeant du parti et, à demi-mots, au multipartisme. Conséquence de ce qui apparaît être une audace inédite, les propos du Premier ministre sont totalement censurés en Chine. Pékin ne veut pas d’un Nobel de la paix chinois. Le comité Nobel doit annoncer à partir d’aujourd’hui les lauréats des prix annuels de médecine, physique, chimie, littérature et économie. Mais c’est le Nobel de la paix, attribué vendredi, qui pourrait créer l’événement. Le plus grand favori est un prisonnier politique chinois, l’écrivain Liu Xiaobo. Militant tenace de la démocratisation, Liu a été condamné l’an dernier par Pékin à purger une peine de onze ans de prison pour «incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat». Blogs et châtiments. Les Chinois l’appellent «la police politique». Chaque commissariat chinois abrite une unité très discrète de la Guobao (brigade de protection de la sécurité intérieure).

Entre autres missions, la Guobao a celle de museler les opposants de l’Internet. Les agents de la Guobao déploient tout un éventail de méthodes de pression et d’intimidation à l’encontre des blogueurs et adeptes de Twitter qui critiquent peu ou prou le gouvernement. Leur arsenal va de la simple «invitation à boire le thé» à l’enlèvement, en passant par l’expulsion du logement, les coups, et peut culminer jusqu’à une forme de supplice de la baignoire. L’objectif de cette «sale guerre» est de convaincre l’internaute rétif de se tenir à carreau et, en quelque sorte, de lui éviter l’emprisonnement (1) qui résulterait de son entêtement. Auparavant complaisant, Google refuse la censure du Web chinois. La grande muraille du Web commencerait-elle à s’effriter ? David Drummond, responsable juridique de Google, a annoncé mardi sur le blog de l’entreprise que le moteur de recherche cesserait de censurer les résultats sur sa version chinoise, après avoir été victime d’attaques informatiques massives venant de Chine.

Un changement radical de politique pour l’entreprise californienne. Chine: Google refuse de vendre son me. Bramus! - Flickr - CC Du même auteur Google est engagé, à l’heure actuelle, dans un bras de fer avec le régime chinois qui mérite le soutien de toute la communauté des internautes. Bras de fer Google-Chine : vers un Internet chinois "harmonis "

Photo : le siège de Google à Pékin (Jason Lee/Reuters) Un tweet chinois résume le bras de fer entre Google et la Chine : « Ce n’est pas Google qui se retire de Chine, c’est la Chine qui se retire du monde. » C’est en effet la conception étatique d’un vaste intranet chinois avec des accès filtrés au monde qui est en train de s’imposer et de prendre corps. Un autre internaute chinois relève que les trois plus gros sites au monde, Google, Facebook et YouTube, sont bloqués ou sérieusement filtrés en Chine, alors que prospèrent des équivalents chinois beaucoup plus sensibles, évidemment, aux pressions et aux ordre d’un pouvoir autoritaire bien décidé à gagner la bataille d’internet. Volte-face de Google en Chine. Google : P kin s'en moque et pas qu'un peu. «Procès grand-guignol» d'un Tibétain en Chine.