background preloader

Privatisation des autoroutes

Facebook Twitter

Concessions autoroutières : opacité d’État. Cette semaine, le Canard enchaîné révèle qu’à la suite d’un différend qui avait conduit l’Etat à geler les tarifs autoroutiers et en vertu d’un accord resté secret, les usagers vont payer 500 millions d’euros.

Concessions autoroutières : opacité d’État

Il rappelle que le bénéfice global des sociétés d’autoroutes a augmenté de 25 % en 2015 et que les dividendes versées à leurs actionnaires ont plus que doublé. Raymond Avrillier, militant d’Anticor, avait demandé au ministre de l’économie de lui communiquer, l’ensemble des avenants et des annexes qui l’accompagnent, ainsi que la liste de tous les marchés de travaux et fournitures réalisés en 2013 et 2014 par les sociétés concessionnaires.

Face au refus qui lui était opposé, il a saisi la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA). Face au nouveau refus d’Emmanuel Macron, le tribunal administratif a été saisi. Emmanuel Macron, avant de démissionner de son poste, a fait appel du jugement. Autoroutes : l'accord avec l'Etat ne créera pas d'emplois. Autoroutes: Les péages vont augmenter de 1,14% au 1er février. Les tarifs des autoroutes vont augmenter en moyenne de 1,14% au 1er février, a annoncé ce mardi à l'AFP le ministère des Transports.

Autoroutes: Les péages vont augmenter de 1,14% au 1er février

«Les tarifs des péages autoroutiers augmenteront de 1,14% en moyenne au 1er février», leur date traditionnelle de révision, a déclaré à l'AFP une porte-parole du ministère. >> L'Etat va-t-il taxer les autoroutes? Les hausses seront comprises entre 0,7 et 1,6%, a-t-on précisé de même source. Ces augmentations tiennent compte de la modification du barème de la TVA, qui aura un impact de 0,33% sur ces tarifs. Hausse moyenne de 2,5% en 2012 Cette augmentation «est inférieure de 0,8% à la moyenne des hausses des dix dernières années», et ce grâce «à un dialogue plus exigeant» avec les concessionnaires d'autoroutes sur leurs tarifs et les travaux qu'ils réalisent, a-t-on fait valoir au ministère des Transports.

L'appel des élus contre la privatisation des autoroutes. Ecotaxe : l’enfant de la privatisation des autoroutes. Illustration, autoroutes Vinci - MEIGNEUX/SIPA Du même auteur Chercher la femme, dit le proverbe.

Ecotaxe : l’enfant de la privatisation des autoroutes

En France, pour les nouvelles taxes, mieux vaut chercher du côté des opérateurs de l’Etat, ces agences et autres hautes autorités qui ont pullulé ces dernières années. L’ecotaxe, votée dans le cadre du Grenelle de l’environnement de 2008, répond parfaitement à ce principe. Le gros du produit prévu, (1,2 milliard d’euros prélevés sur les transporteurs routiers moins les 240 millions que conservera Ecomouv, la société collectrice) doit alimenter l’AFIFT. Autrement dit, si vous avez quelques économies et que vous croyez que l’Etat ne mettra pas fin à cette folie, il n’y a pas à hésiter : acheter des actions Vinci. Le scandale des péages privatisés. Du même auteur.

Le scandale des péages privatisés

Le racket des autoroutes privatisées, par Corinne Morel Darleux: où l'on entend reparler du doux nom de Vinci, si cher à l'oreille d'un morlaisien... - Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez. Il y a aujourd’hui quelques 8.600 km d’autoroutes en France, soit l’équivalent de la distance de Paris à Bogota !

Le racket des autoroutes privatisées, par Corinne Morel Darleux: où l'on entend reparler du doux nom de Vinci, si cher à l'oreille d'un morlaisien... - Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez

Et le nouveau Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT) prévoit d’en rajouter 879 km. Dans les réseaux militants, on s’exaspère, on peste et on se désole. Car on est bien loin, une fois de plus, des engagements du Grenelle en matière de report de la route vers le rail1, de réduction de 20% des émissions de CO2 dans les transports2, de préservation des espaces naturels et d’aménagement du territoire, sans parler d’anticipation du pic pétrolier… Alors qu’est ce qui fait courir les autoroutes ? Par Corinne Morel Darleux pour le Sarkophage. Pétition contre la privatisation des autoroutes. Pétition : contre la privatisation des autoroutes [ 4 222 participations ] Pétition mise en ligne le dimanche 3 novembre 2013.

pétition contre la privatisation des autoroutes

Les autoroutes vont devoir payer. L'arroseur arrosé, la réponse du berger à la bergère...

Les autoroutes vont devoir payer

Autoroutes : Villepin défend la privatisation. Privatisations : Privatisation des autoroutes : appel aux candidats - Economie. Après l'ouverture du capital de Gaz de France, le gouvernement n'a pas perdu de temps et décidé de lancer dès lundi la procédure de cession de la totalité de ses participations dans les sociétés d'autoroutes ASF, SANEF et APRR, avec un choix des lauréats prévu à l'automne.

Privatisations : Privatisation des autoroutes : appel aux candidats - Economie

Le ministre de l'Economie Thierry Breton l'annonce dans un entretien conjoint avec le ministre des transports Dominique Perben dans Les Echos. Le Premier ministre Dominique de Villepin avait annoncé une relance surprise de la privatisation des autoroutes dans sa déclaration de politique générale le 8 juin, sans donner de détails sur l'opération. Le processus avait été lancé en 2002 par Laurent Fabius, alors ministre des Finances, et gelé en décembre 2003. L'Etat détient actuellement 50,3% des Autoroutes du Sud de la France (ASF), 70% des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR) et 75% de la Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France (SANEF). Choix à l'automne. Privatisation des autoroutes : tractations ultimes sur APRR. Pourquoi les péages sont-ils toujours plus chers ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jules Bonnard En 2013, les tarifs de péage ont augmenté de 2,12 % en moyenne.

Pourquoi les péages sont-ils toujours plus chers ?

Si vous empruntez les autoroutes pour vous rendre cet été de Paris à Marseille, il vous en coûtera 57,10 euros. Si vous préférez la montagne, vous devrez débourser 43,90 euros avant de poser vos valises à Chamonix. En trois ans, vous venez de perdre respectivement 2,7 et 2,5 euros pour partir en vacances. Autoroutes : des tarifs en forte hausse. La privatisation des autoroutes n'a pas profité aux usagers, qui ont vu les tarifs des péages augmenter sensiblement.

Autoroutes : des tarifs en forte hausse

Dans son rapport annuel sur les péages des autoroutes, la Cour des Comptes dénonce des augmentations de tarifs dépassant les limites imposées par l'Etat : "L'administration a mal rempli son rôle de régulateur. Les défauts et l'opacité de mécanismes d'une grande complexité ont permis des niveaux de recettes supérieurs aux tarifs moyens affichés et des augmentations dépassant les hausses autorisées. " La tarification des différents tronçons s'avère également hétérogène et sans véritable explication, hormis pour certaines portions au coût de construction plus élevé : "Sur une même autoroute, les prix au kilomètre entre trajets différents peuvent également connaître des écarts importants sans motif repérable.

" Autoroutes : des profits à fond la caisse, grâce à l'Etat. « C’est une bonne question ! » Tellement bonne que Jean Mesqui, le délégué général de l’Association des sociétés françaises d’autoroutes (ASFA) n’y répondra pas. Interrogé récemment par TF1 sur les bénéfices réalisés par les autoroutes désormais privatisées, il ne souhaitait visiblement rien dire. Quelques jours plus tard, un porte-parole de l’ASFA opposera le même refus à Marianne.

Qu’importe ! Selon nos informations et nos calculs, nous pouvons révéler ce que l’ASFA cherche tant à cacher : sur 10 euros payés par un automobiliste lors de son passage au péage, 1,4 va dans les poches des actionnaires. 14%. Pourquoi cette soudaine pudeur des émirs du bitume ? Le ticket n’est pas le seul levier sur lequel les sociétés ont joué pour faire carburer leur rentabilité. 1,58 centimes de bénéf sur chaque kilomètre Ventilation d'un ticket de péage à 10 euros. Cet été, prenez l'autoroute pour engraisser les géants du BTP. Bilan de la privatisation des autoroutes - L'autoroute ? Non merci !!! Comme il est loin le temps où Thierry Breton, ministre des Finances, pouvait, sans déclen­cher l'hilarité générale, prétendait que la privatisation des autoroutes n'entraînerait aucun dérapage des prix des péages. C'était au début du mois d'août 2005. « Ne craignez rien, rassurait-il des Français occu­pés, en cette saison, à déposer leur obole aux pieds des dieux autoroutiers.

C'est l'Etat qui fixe les prix, pas les sociétés d'autorou­tes. »A la même époque, Marianne avait tiré la sonnette d'alarme et pointé ce risque : que le système tarifaire mis en place par le réseau privé Cofiroute (A10, Ail, A81, etc.) essaime vers les sociétés nouvelle­ment privatisées. D'autant qu'il se révélait diaboliquement juteux : début 2005, les tarifs de Cofiroute étaient de 28 % à 33 % supérieurs à ceux d'ASF (A7, A89, A63...) ou de la Sanef (A4, A26, A29... ).

Logique financière Sur le papier, le ministre avait raison. Dix-huit mois plus tard, nos craintes se confirment. Le grand échec de la privatisation des autoroutes françaises - Nations Libres. Encore une fois, c'est une mauvaise nouvelle qui attend les automobilistes français: le prix des péages d'autoroutes devrait augmenter de 2,5% pour cette année, une hausse assez importante pour quiconque utilise régulièrement les grands axes routiers. Or, si les autoroutes françaises restent de très bonne qualité, elles n'ont connu aucun développement particulier qui justifierait une telle hausse.

Ce n'est là qu'un des premiers des nombreux effets pervers qu'entraine la privatisation des autoroutes. Les embouteillages sont aujourd'hui une des plaies du réseau autoroutier français. Et la présence de nomberux péages sur les voies ne fait que les aggraver. Entamée par le gouvernement socialiste de Lionel Jospin, poursuivie par les gouvernements UMP de Jean-Pierre Raffarin et Dominique de Villepin, la privatisation des autoroutes françaises s'inscrivait alors dans la vague néo-libérale des années 1980/1990. Le résultat est aujourd'hui bien décevant.

Face aux sociétés d’autoroutes, un Etat incompétent - Page 2.