background preloader

Mine d'or "montagne d'or" Guyane et permis d'exploration

Facebook Twitter

LA FRANCE BRADE L'AMAZONIE AUX ENTREPRISES MINIÈRES. Arrêt du projet montagne d'or : du discours aux actes cyberaction. La Montagne d’or à l’ordre du jour de la commission des mines en Guyane de ce mercredi 16 octobre : des services de l’Etat en totale contradiction avec les déclarations des Présidents à l’ONU [ 3 023 participations ] Cyberaction mise en ligne le 16 octobre 2019 Proposée par Cyberacteurs Elle sera envoyée à Préfet de Guyane En soutien à collectif Or De Question Elle prendra fin le : 16 janvier 2020 Plus d'infos Alors que M. Après avoir alerté de nombreuses fois le gouvernement sur nos inquiétudes face à la potentielle prolongation des concessions minières de la compagnie Montagne d'or, ni M.

Cette prolongation de 25 ans des concessions de la compagnie Montagne d''or est effectivement loin de faire l'unanimité dans l'opinion publique. Le collectif Or de question considère qu'une seule position s'impose au gouvernement: le rejet ferme et définitif du projet confirmé par la pétition portée par le collectif qui vient de franchir la barre des 450.000 signatures.

Signer ! Récapitulatif credible. Défense de l'Amazonie : à quand un moratoire sur les permis miniers en Guyane ? Le gouvernement continue de signer des permis d’exploration en Guyane Dans une tribune publiée le 25 août dernier, le Grand conseil coutumier des populations amérindiennes et bushinengués s’étonnait du positionnement de l’Etat français sur la situation brésilienne, « qui parallèlement attribue 360 000 hectares de forêt aux multinationales minières, en Guyane, en Amazonie française ».

En effet, alors même que le chef de l'Etat déplorait au G7 les incendies en Amazonie liés à la déforestation, un permis d’exploration de près de 5 000 hectares, dit « permis Ratamina 2 », a été signé le 31 juillet. Depuis 2015, ce sont même une vingtaine de permis qui ont été accordés ou renouvelés en Guyane... D’autres demandes sont actuellement en cours, sans oublier la demande de renouvellement de la concession Montagne d’Or toujours d’actualité. « L’urgence environnementale ne doit-elle pas interroger la pertinence de cette relance minière en Guyane ?

Photo : Guyane Nature Environnement Par FNE. MACRON, CHAMPION DE L'ÉCOCIDE. Président Macron : Non à la mine d’or industrielle en Guyane ! Emmanuel Macron encourageait l’industrialisation de la filière aurifère en Guyane en tant que ministre de l’économie en 2015. Et notamment le projet Montagne d’Or destiné à devenir la plus grande mine de France.

Outre ses graves impacts humains et environnementaux, il ouvrirait la porte aux autres multinationales minières en attente… Un monstre industriel : le projet Montagne d’Or s’inscrit sur 190km2 de concessions et prévoit une fosse de 2,5km de long, 500m de large et 400m de profondeur. Son usine de traitement de minerai par cyanuration exige l’énergie de 20% de la consommation annuelle de la Guyane. Les sites industriels de ce type détruisent immanquablement la forêt et les écosystèmes où ils s’implantent et bien au-delà, du fait du probable drainage minier acide. La Guyane inclut une partie encore intacte de la forêt amazonienne, poumon de notre planète et zone de biodiversité extraordinaire. L’exploitation minière de l’or n’est pas indispensable.

Communiqué de presse Or de Question. Le projet de Montagne d'Or «ne se fera pas», réaffirme Brune Poirson. Pour ses détracteurs, « le flou persiste ». Le projet de mine Montagne d'Or en Guyane « ne se fera pas », a insisté mardi la secrétaire d’Etat à la Transition écologique Brune Poirson, lors de la séance de questions au Sénat. Le projet est-il « définitivement enterré, oui ou non ? », lui avait demandé le sénateur communiste Fabien Gay, estimant qu’il existe un « flou » entre rejet du plan actuel ou rejet de tout plan quel qu’il soit. « Le projet de Montagne d’Or ne se fera pas, le projet est incompatible avec les exigences de protection de l’environnement, de préservation de la biodiversité, de lutte contre le changement climatique, qui sont défendues par ce gouvernement et exigées par les Français », a répondu Brune Poirson. « Et donc je le répète, de même que chacun des membres du gouvernement qui aurait à s’exprimer sur cette question-là : le projet ne se fera pas », a-t-elle ajouté.

Guyane: la justice annule l'exploitation d'un projet minier de la société Montagne d'or. «Montagne d'or»: Le projet minier en Guyane inquiète l'ONU. La « Montagne d’or » continue d’être controversée. Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale de l’ONU a exprimé son inquiétude vis-à-vis de ce projet minier en Guyane française, estimant qu’il menaçait les droits des populations autochtones. Dans une lettre datée du 14 décembre et rendue publique ce jeudi par l’ONG « International Service for Human Rights », le Comité affirme avoir reçu des informations faisant état du « manque de consultation ainsi que de l’absence de consentement préalable, libre et informé des populations indigènes de Guyane française concernant le projet minier "Montagne d’or" ». « Ce projet violerait les droits des populations indigènes » D’après le Comité, aucune consultation de ces populations n’est entreprise « en dépit de l’impact négatif du projet minier sur le contrôle et l’usage des populations indigènes de leurs terres, notamment les menaces pesant sur les écosystèmes, la déforestation et les sites archéologiques ».

Une mine d’or controversée. T33 NoticeImpact impactsPotentielsCONC215. Demandes de prolongation des concessions de la compagnie minière « Montagne d’or » n°215 et n°219 dite « Elysée » (Guyane) Période de la consultation Du 30 novembre 2018 au 14 décembre 2018 inclus. Descriptif La compagnie minière Montagne d’or a déposé des demandes de prolongation des concessions de mines d’or et substances connexes n°215, d’une superficie de 15,24 km2 située sur le territoire des communes de Saint-Laurent-du-Maroni et d’Apatou et n°219 dite « Elysée» d’une superficie de 24,82 km2 située sur le territoire de la commune de Saint-Laurent-du-Maroni.

La durée sollicitée est de 25 ans. La présente consultation est une étape obligatoire de la procédure d’instruction d’une demande de de prolongation de concessions. Elle est menée en application du principe de participation du public aux décisions ayant une incidence sur l’environnement prévu à l’article 7 de la Charte de l’environnement. L’article L. 123-19-2 du code de l’environnement dispose que l’application de ce principe s’effectue par voie électronique. Documents à consulter Concession n°215 1. 2. 3. 4. 5. 6. Concession n°219 dite « Elysées » 1. Pas de prolongation pour le projet Montagne d'Or : il est temps d'en finir ! cyberaction. Blada.com - Pas de prolongation pour le projet Montagne d’Or ! «Montagne d'or»: Le projet de mine d'or en Guyane est un «mirage économique», selon WWF - 20minutes.

Non, la Montagne d’or ne sera pas aussi rentable qu’on pense. C’est la conclusion d’un rapport commandé par WWF France sur ce grand projet de mine d’or à ciel ouvert en Guyane, actuellement à l’étude en France. Le « choc économique » recherché en Guyane sera obtenu grâce à l'« indépendance » alimentaire et énergétique, non grâce au secteur minier, martèle ce rapport du cabinet Deloitte, rendu public en début de semaine.

Un secteur extractif peu impactant Columbus gold et Nordgold, les deux entreprises porteuses du projet, promettent de « développer l’économie guyanaise » en créant « 750 emplois directs et 2.500 indirects » et en amenant plus de 300 millions d’euros d’impôts et taxes en 12 ans d’exploitation. Montagne d’or est soutenu localement par le Medef, la chambre de commerce et d’industrie et une partie des élus. Un rapport décisif à paraître. Montagne d’or en Guyane : le contre-exemple guinéen. L’un des promoteurs de ce projet de mine d’or en Guyane, l’entreprise russe Nordgold, promet de favoriser l’emploi local et de respecter l’environnement.

Mais en Guinée, où la société gère déjà une mine, très peu de locaux sont employés, et des animaux meurent mystérieusement. ► Une enquête de Philippe Reltien "Nous avons construit le projet de Montagne d'or sur une approche responsable, d'un point de vue économique, social et environnemental. La protection de la nature, ainsi que la santé et la sécurité, sont des valeurs majeures pour nous. " C'est en ces mots que s'exprime Igor Klimanov, le directeur du développement de la société russe Nordgold qui, au sein de la compagnie Montagne d’Or, projette d’exploiter une mine d'or en Guyane française, en pleine forêt amazonienne, et n’attend que le feu vert du gouvernement français pour démarrer. Emplois pour la population locale, respect de l’environnement… Nordgold a-t-il tenu ces promesses dans les autres mines qu'il exploite ? #StopMontagnedOr : 7 Guyanais sur 10 opposés au projet minier ! Montagne d’Or : 7 Guyanais sur 10 opposés au projet minier !

Depuis quatre mois, la compagnie Montagne d’Or tente de défendre son projet auprès de la population mais les risques environnementaux et l’absence de retombées positives pour le territoire ont renforcé l’opposition au projet. 72 % des Guyanais déclarent ne pas avoir été convaincus par la compagnie Montagne d’Or pendant le débat (ils sont 81 % dans l'arrondissement de Saint-Laurent).

Sur le plan environnemental d’abord, 81 % des Guyanais considèrent que ce projet fait peser un risque important pour l’environnement. Ils ont raison puisque la Montagne d’Or conduirait à la déforestation de 1513 hectares dont 575 de forêts primaires, à une augmentation de près de 20% de la consommation d’électricité de la Guyane (par rapport à la consommation de 2016) et à la destruction d’une zone abritant plus de 2000 espèces dont 127 protégées. La prolifération des mines terrasse le vivant. 7 Guyanais interrogés sur 10 sont opposés au projet de mine d’or. Communiqué du WWF : « A quelques jours de la fin du débat public sur Montagne d’Or, qui a mis en évidence les failles du projet et l’absence de retombées pour la Guyane, le WWF France révèle les résultats sans appel d’un sondage IFOP sur l’opinion des Guyanais. Ils sont 69 % à se déclarer opposés au projet. Depuis quatre mois, la compagnie Montagne d’Or tente de défendre son projet auprès de la population mais les risques environnementaux et l’absence de retombées positives pour le territoire ont renforcé l’opposition au projet. 72 % des Guyanais déclarent ne pas avoir été convaincus par la compagnie Montagne d’Or pendant le débat (ils sont 81 % dans l’arrondissement de Saint-Laurent).

Sur le plan environnemental d’abord, 81 % des Guyanais considèrent que ce projet fait peser un risque important pour l’environnement. Ceci explique la position “ferme et immuable” des peuples autochtones amérindiens qui ont multiplié les actions et mobilisations contre ce projet pendant le débat public. BTS - Tourisme - Monnerville. Sauvons la forêt de Guyane, NON à la montagne d'or! La Montagne d’or en Guyane, une multinationale pour pallier l’incompétence des élus - Page 3. En Guyane, autochtones et écolos se fédèrent contre la Montagne d’or - Page 4. La Montagne d'Or en Guyane : un gouffre environnemental et financier. France Nature Environnement et Guyane Nature Environnement ont saisi la Commission nationale du débat public (CNDP) pour organiser un débat public d'ampleur nationale, refusé par le maître d’ouvrage qui souhaitait une concertation publique sous sa propre conduite.

La CNDP a répondu favorablement à la demande de nos associations, mais en organisant ce débat public uniquement en Guyane. Il a donc débuté le 7 mars dernier et se déroulera jusqu'au 7 juillet 2018 ; son animation est confiée à une commission particulière chargée de veiller à son bon déroulement, et notamment à une information la plus complète possible. Le dossier fourni par la Compagnie Minière Montagne d’Or a fait l’objet d’une lecture approfondie au sein de France Nature Environnement, en métropole et en Guyane. C’est pourquoi France Nature Environnement demande, d’une part, à la Compagnie Minière Montagne d’Or de mettre à disposition toutes les études et les données demandées et de les compléter si besoin. Comment l'Etat augmente les rejets de cyanure dans nos cours d'eau cyberaction. #cyanures #guyaneJusqu’au 13 juin 2018, les citoyens sont sollicités par le Ministère de la Transition écologique pour confirmer l'arrêté du 24 août 2017(1) qui introduit une véritable régression du droit environnemental et autorisera les multinationales à rejeter env. 5 fois plus de cyanure que la loi précédente ne le permettait.

L’objectif inacceptable est en fait de pallier les contraintes climatiques et météorologiques de la Guyane empêchant au cyanure de se dégrader rapidement, vu les productions titanesques envisagées par la méga-industrie. [ 2 833 participations ] Cyberaction mise en ligne le 06 juin 2018 Proposée par Cyberacteurs Elle sera envoyée à Consultation du Ministère de la transition écologique solidaire En soutien à Collectif Or de question Elle prendra fin le : 06 septembre 2018 Plus d'infos et avril 2017, d’interdire le cyanure dans l’industrie minière des Etats membres. . * * * * * Vous pouvez aussi participer à cette cyberaction PDF à télécharger pour plus d'infos Signer !

#StopMontagnedOr : La montagne qui gâche la forêt. Président Macron : Non à la mine d’or industrielle en Guyane ! Stop Montagne d’Or - Ensemble, agissons contre le projet de mine d’or. En plus des impacts environnementaux incompressibles (déforestation, consommation d’énergie etc.), ce projet fait peser des risques considérables pour cette partie du territoire et ses habitants (rupture de digue, drainage minier acide, transport et manutention de matières dangereuses, glissements de terrain...). De nombreux accidents ont eu lieu ces dernières années parmi lesquels la catastrophe de Baia Mare en Roumanie, pire catastrophe écologique connue par l’Europe depuis Tchernobyl, qui a provoqué, en 2000, le déversement de centaines de tonnes de cyanure et de métaux lourds dans les rivières, a conduit à la destruction de millions de poissons et à la contamination de l’eau potable de millions de Hongrois.

En 2014, une rupture de digue dans la mine d’or canadienne du Mount Polley a provoqué le déversement de cyanure, de cuivre et de plomb dans les eaux canadiennes. Une plaie ouverte au coeur de l'Amazonie. 69 492 personnes ont signé. Aidez-nous à atteindre 500 000 De courageux peuples indigènes d'Amazonie sont en pleine bataille contre l'ouverture, au coeur de leurs terres sacrées, d'une mine d'or toxique par un géant canadien de l'extraction minière! L'un de ces peuples pourrait s'éteindre complètement si cette catastrophe survenait. Aujourd'hui, des groupes de résistance locaux demandent notre aide! La compagnie minière est à deux doigts d'obtenir tous les permis requis, mais les autochtones ont réussi à retarder son projet devant les tribunaux.

Et là, c’est à nous d'entrer en scène. Les experts disent que le premier investisseur de la mine, l'entreprise Agnico Eagle Mines, tient à sa réputation internationale de champion du développement durable. POUR un vrai développement économique de la Guyane, CONTRE le projet minier Montagne d’Or | WWF France. Clairement, le projet de mine d’or industrielle Montagne d’Or porté par le promoteur russe Nordgold et envisagé près de deux réserves biologiques intégrales en pleine Amazonie est très loin de représenter la meilleure option d’investissement de l’argent public, argent qui ne pourra être dépensé qu’une fois ! Le WWF France dénonce évidemment l’impact désastreux de ce projet sur un écosystème exceptionnel : il s’agirait de la première mine industrielle en Guyane et, de très loin, de la plus importante mine d’or dans l'histoire de France.

Selon l’opérateur, pour extraire l’or, 57 000 tonnes d’explosifs, 46 500 tonnes de cyanure et 142 millions de litres de fuel seront nécessaires pour les 12 ans de durée de vie du projet. En Guyane, l’opposition se lève contre un projet de mine destructeur de la forêt.