L'islamophobie - Vidéo - RTL TVI
Sur le débat à l’ULB. « Nous avions commencé, avec Hervé Hasquin et Guy Haarscher, un beau débat sur le danger de l’extrême droite. Je venais de rappeler combien je suis en désaccord, depuis toujours, avec ceux qui utilisent la laïcité pour inciter à la haine contre les musulmans (ceux-là, comme riposte laïque ou des militants FN, me traitent de collabos de l’Islam)… » « Lorsque les troupes de Monsieur Chichah, assistant chercheur à l’ULB, se sont mis à faire sonner leurs téléphones et à hurler non-stop « Burqa bla bla » pour nous empêcher de parler. Le fait qu’ils n’aient rien écouté de ce que nous disions est le plus consternant… Le recteur de l’ULB a pris la parole pour dire qu’il agirait. Je crois en sa volonté de saisir cette occasion pour mettre un terme à certaines pratiques d’intimidation qui durent depuis trop longtemps et qui pourrissent le climat universitaire. » Incident à l’ULB : « Ne pas céder à l’intimidation » Incident à l’ULB : « Ne pas céder à l’intimidation »
Exclusif : le recteur de l'ULB répond aux critiques Le Vif/L'Express: L'incident "burqa, blabla !" est-il révélateur d'une mutation de la sociologie de l'ULB ? Didier Viviers: Je ne le pense pas. Qui étaient ces perturbateurs ? Ce n'est pas évident. L'instruction est en cours. Exclusif : le recteur de l'ULB répond aux critiques
Où sont les valeurs de l’ULB ? mercredi 08 février 2012 à 12h03 Un débat organisé à l'ULB sur le thème " L’extrême droite est-elle devenue fréquentable ? " a tourné court, perturbé par l'intervention d'une quarantaine de perturbateurs couverts de burqa ou de keffieh. Souhail Chichah, ingénieur commercial diplômé de Solvay, chercheur en sciences économiques à l’ULB, à peine 40 ans, est devenu un vrai problème à l’ULB. Autrefois proche du PTB et de Roberto D’Orazio, ce Tubizien d’origine a collectionné des places enviables dans les cercles (de gauche) proches du pouvoir. Où sont les valeurs de l’ULB ?
Opinions J’aime mon université. J’y ai été étudiant et j’y enseigne depuis près de trente ans. J’aime mon université parce que c’est un lieu de liberté, un lieu de désordre et un lieu d’impertinence. J’aime mon université parce que c’est un creuset de la pensée libre et du combat contre tous les totalitarismes. L’Université libre de Bruxelles a été, et se doit d’être toujours, un foyer de résistance. Réaction : Excusez-nous, Madame Fourest Réaction : Excusez-nous, Madame Fourest
En lançant officiellement, cette semaine, notre Observatoire des Religions et de la Laïcité, nous étions loin de penser que notre propre Université ferait rapidement la une de son actualité. Or, c'est le cas — bien malencontreusement, diront certains. Rappelons brièvement les faits. Ce mardi 7 février, une conférence-débat se tenait à l'Université libre de Bruxelles, réunissant le philosophe Guy Haarscher, l'historien Hervé Hasquin et l'essayiste française Caroline Fourest. Après quelques minutes, cette conférence fut interrompue du fait du chahut mis en scène par quelques dizaines de perturbateurs qui, à l'appel d'un membre du personnel de l'Université, avaient pris le parti d'empêcher qu'il puisse y avoir débat, arguant de ce que Caroline Fourest serait une journaliste "islamophobe". Face à leurs vociférations, la conférence fut arrêtée, pour ne plus reprendre. L'Université libre de Bruxelles otage du radicalisme musulman ? L'Université libre de Bruxelles otage du radicalisme musulman ?

L'ULB dénaturée et menacée par des assassins de la démocratie

L'ULB dénaturée et menacée par des assassins de la démocratie Di Rupo-Reynders et Hoyos-Lutgen face à face sur la RTBF elections 2014 La RTBF promet de donner la parole aux grands comme aux petits partis. Mis en ligne La Belgique privée d’éclipse lunaire mardi matin belgique La Terre s’intercalera entre le soleil et la Lune mardi à 7h du matin. L’éclipse totale peut donner une couleur rouge sang à notre satellite. Explications Mis en ligne En Belgique, la cocaïne est «bonne et pas chère» belgique Le prix moyen de la cocaïne en Belgique est un des moins élevés au monde, révèle l’enquête en ligne relative aux drogues, Global Drug Survey. Et sa qualité est considérée comme «bonne». Mis en ligne 14-18: à la découverte des traces des résistants belgique Chaque jour, durant une semaine, «Le Soir» vous emmène dans ces lieux si proches de chez nous où s’est joué, grande Histoire ou anecdote, un pan de la Première Guerre mondiale.
Débat à Bruxelles : Tariq Ramadan ment, comme toujours… Débat à Bruxelles : Tariq Ramadan ment, comme toujours… C’est l’histoire d’une conférence contre l’extrême droite et le racisme anti-musulmans qui se retrouve sabotée par une extrême droite pro-islamiste. A coup d’injures, d’accusations mensongères et d’une "burqa pride" orchestrée pour couvrir ma voix. Au point d’interdire tout échange ce soir-là, mais d’ouvrir un vrai débat en Belgique… Pour lire la suite et mon récit de cette soirée sur le Huffington Post. Cette affaire a donné l’occasion à Tariq Ramadan de jouer son double jeu habituel et de mentir sur mon travail (qui consiste justement à dévoiler son problème maladif avec la vérité des faits).
Pas toujours fastoche d’être Caroline Fourest. Exécrée par la gauche radicale, qui se méfie de son anti-fondamentalisme religieux et croit y déceler un affreux tropisme guéanesque, détestée par l’ultra droite, qui lui reproche son manque d’empathie pour les nouveaux habits du FN, elle met même mal à l’aise tout ce qui se trouve entre les deux (ça doit être le principe de précaution). A vrai dire, il n’y a guère que les écolos pour la laisser tranquille. Caroline Fourest à Bruxelles : islamistes, extrême droite, même combat Caroline Fourest à Bruxelles : islamistes, extrême droite, même combat
Caroline Fourest à Bruxelles : islamistes, extrême droite, même combat A l’Université Libre de Bruxelles, c’est aux barbus qu’il revient d’empêcher la journaliste de parler des dangers de l’extrême droite. Et non, ça n’a rien d’un paradoxe. Pas toujours fastoche d’être Caroline Fourest. Caroline Fourest à Bruxelles : islamistes, extrême droite, même combat
Une laïcité agressive ? Une laïcité agressive ? V irginia Woolf écrit superbement : « ». Et il est vrai qu'il est des phrases frappées comme des médailles. Des phrases de fronton, profondément gravées.
Interview exclusive de Caroline Fourest - ULB - 7 février 2012
Sur l'affaire Chichah Le mardi 07 février 2012, Caroline Fourest, essayiste et journaliste, était invitée à l'Université Libre de Bruxelles pour traiter du sujet "L'extrême droite est-elle devenue fréquentable ?" suite à son dernier livre, Marine Le Pen. Peu après le début de la soirée, Caroline Fourest est interrompue par des sonneries intempestives de téléphones portables et quelques cris manifestement hostiles. Guy Haarscher s'énerve et prie les perturbateurs de bien vouloir respecter les conditions d'un débat serein, et les valeurs de l'université qui les accueille.
Il l’avait annoncé, il l’a fait : Souhail Chichah, chercheur et assistant à l’ULB, a orchestré le sabotage d’une conférence-débat sur le thème « L’extrême droite est-elle devenue fréquentable ? » ce 7 février 2012, au sein même de son Alma Mater. L’événement était annoncé sur Facebook : il s’agissait de trouver cent personnes prêtes à revêtir une burqa pour participer à une « Burqa Pride » dans l’enceinte où devait se tenir le débat entrHasquin. Des messages privés envoyés par Chichah précisaient davantage le projet, en le complétant d’un entartage en règle. Le fascisme est-il devenu fréquentable ? - le blog nadiageerts