background preloader

Sciences (presque) exactes

Facebook Twitter

Le Monoxyde de Dihydrogène : un danger méconnu ? Article rédigé par D.

Le Monoxyde de Dihydrogène : un danger méconnu ?

Bousquet et P. Perrodin (Doctorants au département de Chimie de l'Ecole Normale Supérieure) édité par Nicolas Lévy (responsable éditorial du site ENS-DGESCO CultureSciences-Chimie). Table des matières 1. Un produit non répertorié n’est pas forcément sûr La plupart des produits chimiques sont classifiés afin de déterminer et d’identifier les dangers qu’ils peuvent présenter en raison de leurs propriétés physico-chimiques, de leur influence sur l’environnement et sur notre santé.

Le Monoxyde de Dihydrogène (ou DHMO, acronyme de l’anglais DiHydrogen MonOxyde) est un composé chimique peu connu du grand public, pourtant omniprésent. Il est le parfait exemple de composé chimique dont l’influence sur l’homme et son environnement est pour le moment assez discrète car peu médiatisé, mais dont les conséquences pourraient être graves, notamment lors d’un usage dépassant les limites de la prudence. 2. 1. 2. 3.

Il semblerait enfin qu’il soit présent dans l’agroalimentaire même. Unités officielles en pifométrie. La Loi de Murphy. Les Lois de Murphy : Théories physique sur la Tartine beurrée. La Loi de Murphy est souvent mieux connue en France par un de ses corollaires, que tout le monde aura expérimenté lors d'un petit déjeuner : De nombreuses extensions, reformulations, corollaires et dérivations ont bien sûr inspiré les murphystes.

Les Lois de Murphy : Théories physique sur la Tartine beurrée

Malgré quelques tentatives scientifiquement menées, cette loi n'a en fait jamais pu être prouvée expérimentalement. En effet, elle n'est qu'un cas particulier de la loi de Murphy : par définition, la loi fait échouer toute expérience visant à l'établir. Le génial et déjanté Robert Matthews a démontré que dans tout univers de type conventionnel contenant des êtres verticaux similaires à l'homme (assimilés à des cylindres de polymère), dont les tables se situent à la moitié de leur taille, une tartine fera toujours un nombre impair de demi-tours lors de sa chute et tombera du côté beurré.

Donc : cette Loi est valable pour tout être vaguement humanoïde ! Considérations physiques : lévitation félino-tartinique Suite de la Physique félino-beurrique. Le paradoxe félino-tartinique. Que se passe-t'il quand on beurre le dos d'un chat ?

Le paradoxe félino-tartinique

Explications grâce à la loi de Murphy. La loi de Murphy, vous connaissez ? C'est une loi empirique énonçant que s'il existe une possibilité qu'une mauvaise manipulation d'un principe ou d'un protocole (ou de tout ce qui s'en rapproche) soit faite alors quelqu'un la fera nécessairement un jour. Cette loi empirique n'a, par définition, aucun fondement théorique , mais elle est souvent vérifiée par l'expérience. Un des exemples les plus frappants est la "loi de la tartine beurrée". La loi de la tartine beurrée étant exposée on va s'intéresser à un autre phénomène étrange de la nature : la "loi du chat qui retombe toujours sur ses pattes".

Voilà. L1 (loi de la tartine beurrée) : "Une tartine beurrée retombe toujours du côté beurré. " Maintenant, faisons une expérience. Malheureusement, un chat n'étant pas une tartine, et le beurrage pas jamais rigoureusement uniforme, cette expérience foire systématiquement. Le pastafarisme ou la dérision contre les pseudos sciences. Homo yetii nepalensis. Classification systématique du vivant extraterrestre - Documentaire [VF] Prix Ig Nobel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Prix Ig Nobel

Le prix Ig Nobel (qui peut être prononcé Ignobel, car nommé ainsi par jeu de mots entre « prix Nobel » et l'adjectif « ignoble ») est un prix parodique décerné à des personnes dont les « découvertes » ou les « accomplissements » peuvent apparaître bizarres, drôles ou absurdes. Parfois dépréciatifs et critiques, les prix sont destinés à célébrer l'insolite, honorer l'imagination et stimuler l'intérêt dans les sciences, la médecine, et la technologie. Principe[modifier | modifier le code] Électroaimant de Bitter : cette grenouille en lévitation grâce à un dispositif magnétique a fait l'objet du prix Ig Nobel de physique 2000. L'énoncé officiel[1] dit que ces prix sont avant tout destinés à éveiller la curiosité du public pour la science en général, bien qu’ils puissent parfois prendre une valeur dénonciatrice (voir partie sur les critères).

Les premiers prix Ig Nobel ont été remis en 1991. Critères[modifier | modifier le code]