background preloader

Alisondusnasi

Facebook Twitter

Quand la grève des médecins favorise l'automédication. Alors que la vente de médicaments sans ordonnance est restée stable en 2014, le mois de décembre a été marqué par une subite hausse de l'automédication : un effet inattendu de la grève des médecins.

Quand la grève des médecins favorise l'automédication

Comme chaque année, l'Afipa (Association française de l'industrie pharmaceutique pour une automédication responsable) a présenté son baromètre des produits du « selfcare », ou automédication, regroupant tous les médicaments, compléments alimentaires et dispositifs médicaux vendus sans ordonnance. Les données révèlent qu'auprès une année 2013 où l'automédication était en recul, le marché a gagné 2,1% en valeur, et 0,8% en volume en 2014.

Si cette hausse n'est pas alarmante, les données du mois de décembre sont, elles, assez inattendues. La grève des médecins booste l'automédication. La grève des généralistes comme explicationPour expliquer cette augmentation record, l'association indique que « plus de 8,2 millions d'euros des ventes sont imputables à la grève des généralistes à Noël. » En comparaison du mois de décembre 2013, le marché de l'automédication a ainsi connu une hausse de +12,6 % en décembre 2014.

La grève des médecins booste l'automédication

Les médicaments traitant les affections des voies respiratoires et les anti-douleuleurs (antalgiques) ont largement participé à ce boom des ventes. Interrogé par pourquoidocteur, le Dr Luc Duquesnel, président de la branche généraliste de la CSMF, principal syndicat de médecins libéraux, explique que même pour traiter les maux de l'hiver (rhinopharyngites, gastroentérites, ...), l'automédication n'est pas sans danger.

Le risque majeur réside dans des associations hasardeuses de différents principes actifs qui peuvent interagir les uns avec les autres. « Il n'y a pas de petits bobos de l'hiver. Source : Afipa. Internet favorise-t-il le développement de l’automédication chez les Français ? Nos concitoyens sont-ils en train de préférer l’automédication au détriment de la traditionnelle consultation chez leur médecin traitant ?

Internet favorise-t-il le développement de l’automédication chez les Français ?

Et celui-ci n’a-t-il pas perdu de son aura à cause de l’offre pléthorique de sites et applications permettant de « s’auto diagnostiquer » et de définir soi-même son traitement ? Et plus globalement, quels sont les enjeux de santé publique et économiques face à cet « autre scénario » de la relation médecin-patient ? Automédication en France : le comportement des Français a changé. Explosion d'internet, déremboursements des médicaments, parcours de soins… Depuis 10 ans, les habitudes santé des Français ont changé.

Automédication en France : le comportement des Français a changé

Automédication: un risque pour les enfants. Selon les auteurs de ce travail, des erreurs de dosage et une utilisation inappropriée de médicaments vendus sans ordonnance sont à l'origine d'un grand nombre d'appels aux centres antipoison et d'admissions aux urgences.

automédication: un risque pour les enfants

"Nous avons été surpris et inquiets de constater que pour certains parents, ces médicaments sont sans danger puisqu'ils peuvent les acheter sans prescription", rapporte l'auteur principal, le Dr Rebekah Moles. Pour eux, en effet, si un antalgique-antipyrétique couramment utilisé (tel que le paracétamol) était disponible en OTC, l'administration d'une double dose ne pouvait pas faire de mal... L'étude a porté sur 97 adultes (53 mères, 7 pères et 37 membres du personnel des centres de santé les accueillant) sur une période de cinq mois, dont les enfants étaient âgés de 4 à 5 ans. Les chercheurs ont soumis les participants à un certain nombre de scénarios (comme un enfant fébrile, irritable mais qui continue à manger, boire et jouer). La santé s'impose sur Internet et les réseaux sociaux.

Près de 60 % des Français se tournent en priorité vers Internet pour rechercher des informations en santé.

La santé s'impose sur Internet et les réseaux sociaux

Une révolution qui n'a pas échappé au Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) qui organisait le 14 novembre une table ronde sur «le Dr Google et les cyberpatients» dans le cadre de sa Journée d'éthique. Pour le Cnom, le «Dr Google», autrement dit cette inépuisable source d'information via les moteurs de recherche à portée de clic des patients, doit respecter deux exigences: la protection de la confidentialité des données personnelles de santé et la déontologie médicale. Un Français sur deux adepte de "l'internet santé" PARIS, 10 avril (TICsanté) – 49% des Français ont déjà utilisé internet pour rechercher des informations médicales, selon un sondage TNS Sofres pour Patients & Web et LauMa communication.

Un Français sur deux adepte de "l'internet santé"

Une seconde étude, réalisée en partenariat avec Doctissimo, montre que plus d'un patient sur trois en affection de longue durée (ALD) serait un internaute santé. L'étude TNS Sofres (*) pour la société de conseil en santé Patients & Web et LauMa communication montre que 49% des Français et 57% des internautes ont déjà utilisé internet pour rechercher des informations médicales ou sur la santé, par le biais d'un ordinateur (100% d'entre eux) ou d'un appareil mobile (28%). 33% des internautes ont même déjà échangé sur le thème de la santé. Les internautes utilisent à 92% cet outil pour rechercher des informations sur les maladies.

Images santé sur internet