background preloader

Articles à lire Patrimoine, quartiers centraux France

Facebook Twitter

Le Havre, la ville reconstruite par Auguste Perret. Le Havre, the City Rebuilt by Auguste Perret The city of Le Havre, on the English Channel in Normandy, was severely bombed during the Second World War.

Le Havre, la ville reconstruite par Auguste Perret

The destroyed area was rebuilt according to the plan of a team headed by Auguste Perret, from 1945 to 1964. The site forms the administrative, commercial and cultural centre of Le Havre. Le Havre is exceptional among many reconstructed cities for its unity and integrity. It combines a reflection of the earlier pattern of the town and its extant historic structures with the new ideas of town planning and construction technology. Reconstruction_havraise. Patrimonialisation et réaffirmation symbolique du centre-ville du Havre. Rapports entre le jeu des acteurs et la production de I'espace//Heritage-making and symbolic re-affirmation of Le Havre's downtown. A study of the relations between local authorities.

This text is produced by an automatic process (ocr) and hasn't been review or corrected.

Patrimonialisation et réaffirmation symbolique du centre-ville du Havre. Rapports entre le jeu des acteurs et la production de I'espace//Heritage-making and symbolic re-affirmation of Le Havre's downtown. A study of the relations between local authorities

Patrimonialisation et réaffirmation symbolique du centre-ville du Havre1 Rapports entre le jeu des acteurs et la production de espace Heritage-making and symbolic re-affirmation of Le Havrens downtown study of the relations between local authorities actions and the production of an urban space Maria ravari-Barbas Université Angers ESTHUA CARTA UMR Espaces Géographiques et Sociétés Ann Gèo. no 640 2004 pages 588-611 Armand Colin Pour une comparaison entre les politiques notamment touristiques de trois viles reconstruites voir Gravari-Barbas Tourism policies in French Post -World-War-Reconstructed cities Saint-Nazaire Le Havre and Lorient in Wöber ed).

City Tourism 2002 Springer Vienne et New York 2002 251-264. Une patrimonialisation sans appropriation ? Le cas de l’architecture de la reconstruction au Havre. 1 Télérama, n° 2909, 12 octobre 2005, p. 69. 2 Le boulevard Foch, un des axes principaux de l’ordonnancement de Perret, menant de l’Hôtel de vill (...) 3 En 1988 le centre-ville du Havre sert de décor au film d’Agnieska Holland, « Le complot », inspiré (...) 1En juin 2010, la ville du Havre a fêté le 5e anniversaire de son inscription sur la liste prestigieuse du patrimoine mondial de l’Unesco.

Une patrimonialisation sans appropriation ? Le cas de l’architecture de la reconstruction au Havre

Que de chemin parcouru dans un laps de temps aussi court ! À peine cinq ans auparavant, les journaux s’étonnaient de la décision de l’Unesco de classer « cette sinistre caricature de la reconstruction d’après guerre, ce béton âpre, cette ville au carré1 ». « L’Unesco est-elle tombée sur la tête ? » (Martin-Chauffier, 2005) s’interrogeait Paris-Match magazine. Regards_N_13-_TERRITOIRE_-_patrimoine_urbain. ZPPAUP / AVAP.

Immeubles rue Victor-Hugo.

ZPPAUP / AVAP

Crédit Bruno Derbord En mars 2009, sur proposition de la municipalité, la Préfecture des Deux-Sèvres a mis en place une Zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP) à Niort. Cette servitude d'utilité publique a pour objectif de préserver la valeur du patrimoine. Quinze ans après l’Unesco, la lyonnitude de Régis Neyret en 15 lieux. « Je suis venu dans le Vieux Lyon avec la Jeune chambre économique, je faisais partie d’un groupe de travail chargé de développer son aspect touristique », raconte Régis Neyret, ancien président de la Renaissance du Vieux Lyon, baptisé le sauveur de ce quartier que Louis Pradel voulait (en partie) raser.

Quinze ans après l’Unesco, la lyonnitude de Régis Neyret en 15 lieux

Faut-il « patrimonialiser » les grands ensembles. Hôtel de ville de Sarcelles © DREIF 2006 Paradoxale voire provocatrice, cette question va à l’encontre des idées reçues et des représentations politico-médiatiques.

Faut-il « patrimonialiser » les grands ensembles

Faudrait-il muséifier des HLM quand nombre de Monuments historiques exigeraient un meilleur entretien ? Du monument isolé au "tout patrimoine" Les nouvelles causes du patrimoine. L’exemple du Musée Urbain Tony Garnier à Lyon. 1Le patrimoine est un pur produit de l’histoire.

Les nouvelles causes du patrimoine. L’exemple du Musée Urbain Tony Garnier à Lyon

Mais contre le sens commun qui le présente comme un bien qui s’imposerait à nous, l’observation scientifique montre que c’est au contraire un artefact créé de toutes pièces (Heinich, 2009). Son objet est éclectique, protéiforme et concerne des éléments et avoirs, aussi bien matériels qu’immatériels (Bortolotto, 2011). Pour résister à la finitude, son objectif est de prendre soin de ce qui nous entoure, de s’intéresser, de désigner, de préserver, de mettre en valeur, de conserver, le cas échéant de transmettre des valeurs d’héritage. Le Havre, cas exemplaire pour comprendre les ressorts de la logique patrimoniale.

Le rapport paradoxal qu’entretient Le Havre avec ses patrimoines semble en faire un cas exemplaire qui permet de révéler les ressorts de la logique patrimoniale.

Le Havre, cas exemplaire pour comprendre les ressorts de la logique patrimoniale

En effet, cette mise en patrimoine rend visible la manière dont le patrimoine est toujours une construction qui s’articule autour d’un triptyque temporel passé/présent/futur mais fait aussi apparaître l’actuel élargissement de la notion de patrimoine et les ambiguïtés notamment sur le plan social que recouvre une telle notion. Les patrimoines au Havre, une construction du présent, tournée vers le passé ou le futur Par le caractère récent de son patrimoine en particulier architectural, Le Havre apparaît comme un cas privilégié pour considérer l’articulation des temporalités caractéristique de toute mise en patrimoine.

La patrimonialisation est bien toujours un acte émanant du présent mais tourné vers le passé et/ou vers le futur. Les conséquences du processus de patrimonialisation à Dinard. La géographie de manière assez paradoxale, ne s’est saisie que tardivement, à partir du milieu des années 1990, de la notion de patrimoine.

Les conséquences du processus de patrimonialisation à Dinard

Dans la continuité des travaux de l’historien P. Nora sur les « lieux de mémoire », des géographes ont alors mis l’accent sur le rôle joué par le patrimoine dans l’élaboration des représentations spatiales et dans l’appropriation d’un territoire par ses habitants [Di Méo, 1994]. Habitants mobilisés et devenir d'un espace patrimonial ?

1Initiées à la fin des années 1960, les politiques de sauvegarde des quartiers anciens ont produit un nouveau type d’espace urbain.

Habitants mobilisés et devenir d'un espace patrimonial ?

Des secteurs jusqu’alors qualifiés de quartiers populaires dégradés ont été profondément transformés. Les espaces publics réaménagés et les façades remises à neuf ont généralisé l’image d’une historicité rutilante (Bourdin, 1984). Certaines constructions ont été démolies et les îlots profondément restructurés par des opérations de curetage. Qu'est-ce qui fait ou ne fait pas « patrimoine » ? L'exemple du domaine militaire du « Château-Neuf, casernes de la Nive » à Bayonne - persee.fr. Veschambre_ARU_92. Des patrimoines, pourquoi et pour qui ? D'une sélection patrimoniale politique à l'appropriation inégale par les habitants.

Les patrimoines analysés dans le premier point de notre propos sont ceux que les acteurs publics de la municipalité et de l’agglomération ont définis et valorisés à des fins d’aménagement et de marketing urbain. Cependant, il ne faut pas oublier que cet acte institutionnel constitue toujours un choix parmi un plus large panel de possibilités, et que ces choix ne correspondent pas toujours aux représentations et aux pratiques des habitants. Ainsi, si patrimoine et territoire sont étroitement liés (Di Méo, 1995), le lien entre un élément de patrimoine, l’acte institutionnel qui le déclare tel, son appropriation par un groupe social et le territoire auquel il se rapporte n’est pas systématique, et des disjonctions entre ces termes sont possibles (Gravari-Barbas, 1996). Le patrimoine au service du commerce ? Une lecture sémiologique des rues commerçantes du Marais et du Vieux Lille. 1On peut définir dans une perspective constructiviste la patrimonialisation comme un processus social se traduisant dans un premier temps par l’attribution d’une valeur symbolique à une trace du passé et dans un deuxième temps par le marquage matériel de cette trace (Veschambre, 2008).

En cela, les centres historiques apparaissent comme une presque « évidence patrimoniale ». En France, ce sont en effet des quartiers qui ont été le plus tôt reconnus et marqués comme patrimoine. Fers de lance de la mise en place des monuments historiques puis des secteurs sauvegardés, les centres historiques ont acquis une indéniable fonction patrimoniale, venant s’ajouter à la multiplicité classique des fonctions urbaines dans ces quartiers, parmi lesquelles la fonction commerçante, aujourd’hui en pleine renaissance et restructuration. 1 Conduite dans le cadre d’une thèse soutenue en décembre 2012. Terrains et méthodologie. Politiques urbaines et gentrification, une analyse critique à partir du cas de Paris. 1Depuis quelques années, la gentrification suscite l’intérêt des chercheurs français qui utilisent cette notion pour analyser le devenir des centres-villes (Bidou-Zachariasen, 2003 ; Simon, 2005 ; Fijalkow et Préteceille, 2006 ; Authier et Bidou-Zachariasen, 2008).

Théorisée et étudiée par des chercheurs principalement anglais et nord-américains depuis les années 1970, la notion désigne une forme particulière d’embourgeoisement qui transforme la composition sociale comme le bâti et l’espace public des quartiers populaires. Elle présente l’intérêt d’éclairer l’interaction entre la transformation des rapports sociaux et celle de l’espace urbain. Inventé par une sociologue marxiste à propos de Londres dans les années 1960, le terme de gentrification avait à l’origine une portée critique en dénonçant l’éviction des classes populaires du centre-ville (Glass, 1964). A Marseille, le centre-ville résiste toujours à la gentrification. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Manon Rescan Depuis quelques mois, de nouveaux habitants ont élu domicile rue de la République à Marseille. Leurs sourires s’affichent sur les vitrines des locaux commerciaux de cet axe clé de la cité phocéenne, situé entre le Vieux-Port et le nouveau quartier d’affaires de la Joliette.

Ne cherchez pas à les arrêter, ils sont déjà immobiles, figés sur des posters en trompe-l’œil installés sur les façades de commerces vides qui attendent désespérément preneurs. Unanimité sur l'instauration d'un secteur sauvegardé - 15/09/2015, Niort (79) Le recyclage urbain, entre démolition et patrimonialisation : enjeux d’appropriation symbolique de l’espace. 1La question de l’appropriation de l’espace est révélatrice des relations de pouvoir entre groupes sociaux. De banals à branchés, comment changent les commerces des quartiers gentrifiés ? Chaudoir.