background preloader

1GM

Facebook Twitter

Dossier-sur-le-genocide-armenien-video. Historique du génocide arménien. 24 avril 1915 - Le génocide arménien - Herodote.net. Le samedi 24 avril 1915, à Constantinople (*), capitale de l'empire ottoman, 600 notables arméniens sont assassinés sur ordre du gouvernement.

24 avril 1915 - Le génocide arménien - Herodote.net

C'est le début d'un génocide, le premier du XXe siècle. Une guerre totale : le sort des civils - 1918, la Grande Guerre s'achève... À la fin du XIXe et au début du XXe siècle des règles avaient été édictées pour, en principe, protéger les populations non-combattantes durant les conflits.

Une guerre totale : le sort des civils - 1918, la Grande Guerre s'achève...

Si les civils ne sont pas au cœur même des combats de la Grande Guerre, ils sont affectés de bien des manières par la violence de guerre : l'invasion, les bombardements, les souffrances affectives, sont trois épreuves parmi tant d'autres analysées par Anne Duménil dans "La guerre au XXe siècle, l'expérience des civils" (La Documentation photographique n° 8043, 2005). Invasion L'exode des Belges vers la France. Photo : Préfecture de police, La Documentation française © Présidence du Conseil. Agrandir l'image « Pour les civils, l'invasion constitue un moment de particulière vulnérabilité. Bombardement [...] Ypres (Belgique) détruit par les bombardements. Photo : Holzapfel © La Documentation française. Séparation, solitude et deuil Aux privations qui mettent en jeu les corps, s'ajoutent les épreuves affectives. Cérémonies à Melle. Un hommage aux Fusiliers marins morts en Belgique. Sept cents fusiliers marins français, dont de nombreux Bretons, sont tombés à Melle, en Belgique, dans leur combat pour contrer l'offensive allemande en octobre et novembre 1914.

Cérémonies à Melle. Un hommage aux Fusiliers marins morts en Belgique

Deux autres soldats sont décédés plus tard, ce qui porte à 702 le nombre de morts sur les terres de Flandres. Un hommage, très solennel, leur a été rendu hier dans la commune du nord du plat pays.« Leur patrie et la nôtre »« On ne pourrait résumer leur sacrifice en mots, a déclaré le maire de Melle, Dirk de Maeseneer. Nous avons un profond respect pour tous ces fusiliers marins. » La cérémonie, présidée par le représentant du roi de Belgique et l'ambassadeur de France, s'est déroulée devant le monument aux morts entièrement dédiés aux soldats français. Gravé dans la pierre, on peut lire ceci : « Comme la mer qui chantait dans leurs âmes, ils furent grands avec simplicité, en défendant ici leur patrie et la nôtre, leurs cendres parmi nous ne sont pas en exil. » Plateforme 14 18.

Verdun, il y a cent ans : « C’était une boucherie inouïe » C’est un petit paquet de feuilles jaunies par le temps, qui sommeille aujourd’hui dans le tiroir d’une vieille commode.

Verdun, il y a cent ans : « C’était une boucherie inouïe »

Une vingtaine de pages noircies d’une écriture fine, qui racontent l’une des semaines les plus sanglantes de l’histoire de France. Un récit clinique, celui des tout premiers jours de la bataille de Verdun, tels que les a vécu un jeune homme de 23 ans que rien ne prédestinait à ce rôle de chroniqueur. Il s’appelait René Prieur. Né le 10 août 1891, ce fils d’un professeur d’histoire enseignant au lycée Charlemagne, à Paris, fait partie des quelque trois millions et demi de jeunes Français qui ont répondu à l’ordre de mobilisation générale en août 1914.

« Apocalypse Verdun » : la guerre à la télé, revue et colorisée. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Antoine Flandrin Documentaire, à 20 h 55, sur France 2 Le documentaire « Apocalypse Verdun » relance le débat autour du traitement des images d’archives.

« Apocalypse Verdun » : la guerre à la télé, revue et colorisée

Très peu d’images furent tournées par les services cinématographiques des armées française et allemande durant les trois cents jours de la bataille de Verdun, en 1916. Au mémorial de Verdun, revivre la bataille au son du canon. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Antoine Flandrin (à Fleury-devant-Douaumont (Meuse) Le mémorial de Verdun rouvre ses portes le 21 février, cent ans après le début de la bataille la plus inhumaine de la première guerre mondiale.

Au mémorial de Verdun, revivre la bataille au son du canon

Pendant trois cents jours, Français et Allemands s’affrontèrent sous un déluge d’obus, causant 300 000 morts pour un résultat militaire dérisoire. Marqués à vie, les anciens combattants français firent construire, pour le cinquantenaire de la bataille, en 1967, un mémorial sur l’emplacement de l’ancienne gare de Fleury-devant-Douaumont, au centre même du champ de bataille. Après la disparition du dernier « poilu » en 2008, une réflexion fut engagée pour moderniser ce bâtiment austère qui ne parlait plus aux visiteurs d’aujourd’hui, davantage sensibles à l’horreur de la mort de masse qu’à la ferveur patriotique.

Mais en raison d’une querelle de clocher entre le conseil général de la Meuse et la mairie de Verdun, le projet s’enlisa. Www.menschenschlachthaus-ausstellung.de. Fiches matricules. Le parcours du combattant de la guerre 1914-1918. Tour de France des matricules. Histoire. Découvrez la page d’un Poilu si Facebook avait existé en 1914 - Internet. Dossiers d'histoire - 1914-1918 : la grande guerre vue des commissions du Sénat  Les campagnes d'engagement volontaire de soldats de l'Afrique occidentale française, renforcées à partir de 1910 par le colonel MANGIN, ne suffisent plus à combler les pertes sur le front cinq ans plus tard.

dossiers d'histoire - 1914-1918 : la grande guerre vue des commissions du Sénat 

Le 28 septembre 1915, Henry BERENGER, sénateur de la Guadeloupe, présente à la commission un rapport sur une proposition de loi tendant à soumettre aux obligations militaires les Sénégalais des communes de plein exercice. Le recrutement permettra de « mettre fin à un état des choses qui mécontentait fort les noirs citoyens français du Sénégal ; ceux-ci ne se voyant pas soumis à la loi militaire française en concluaient que les blancs ne voulaient pas qu'ils fussent soldats avec eux ».

Cette proposition de loi est l'amorce d'une démarche de recrutement à l'échelle des colonies françaises, bien plus ambitieuse, que le gouvernement met en œuvre dès octobre. Grande Guerre 14-18 : Soldats - Bataillons. Soldats (carnets, biographies, témoignages, ...) et Bataillons (Terre, Air, Mer).

Grande Guerre 14-18 : Soldats - Bataillons

Mémoire des hommes site (memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr) Cette base de données du ministère de la Défense présente plus de 1,3 million de fiches individuelles numérisées de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu la mention "Morts pour la France" ainsi que plus de 70 000 fiches individuelles numérisées de soldats ayant appartenu à l’aéronautique militaire et enfin les images numérisées des journaux des marches et opérations, des carnets de comptabilité en campagne, des journaux de bord, etc. de toutes les unités militaires engagées durant la Première Guerre mondiale.

Ders des ders site (dersdesders.free.fr)Evocations des derniers soldats de toutes nationalités de la Guerre 14-18. Histoires orales de la Première Guerre mondiale. Spécial Bataillons / Unités combattantes précises (sites francophones) Armée de Terre. Les ''As'' oubliés de 14-18. Histoire de l'aviation française de la 1ère guerre mondiale. Complémentaires avec le site, Les Cahiers des As Oubliés de 14-18 paraissent quatre fois par an.

Les ''As'' oubliés de 14-18. Histoire de l'aviation française de la 1ère guerre mondiale

[Le concours d'aviation militaire de 1911] [1912-1913: "Donnez des aéroplanes à la France"] [L'aviation aux manoeuvres, 1910-1913] [1914: l'aviation entre en guerre] [Célestin Pégoud: Roi de l'air et Premier As] [Hiver 1914: Voler entre dunes et tranchées] [Bombarder et chasser: l'impossible rupture] [De l'Etoile à la Cigogne: l'escadrille 103] Cahier N° 8: De l'Etoile à la Cigogne, l'escadrille 103.

Les Africains et la grande guerre. Les limites de la brutalisation. Notes Cette interview a été diffusée sur la troisième chaîne dans le cadre d’une émission sur les monuments aux morts, le 10 novembre 1977.

Les limites de la brutalisation

Quand les femmes montaient au front. Organisation autonome en apparence, la Croix-Rouge allemande est en vérité inféodée à la Wehrmacht dès 1937 : en cas de guerre, les infirmières peuvent être mobilisées au même titre que les soldats. Après la campagne de Pologne en 1939, où la logistique médicale s'est avérée catastrophique – 300 soignantes pour 30 000 blessés !

–, la Croix-Rouge recrute et forme des milliers de jeunes filles fières de pouvoir servir le Führer et leur pays.