background preloader

Aliceetcaetera

Facebook Twitter

Léllébore Lasphodèle

libraire free lance, féministe en talons de 12

JE NE SUIS PAS BLACK, JE SUIS NOIR. À peine avoir lu le titre, je vous vois déjà entrain de dire, "Mais c'est quel faux débat que le type ci veut encore apporter?

JE NE SUIS PAS BLACK, JE SUIS NOIR.

". Mais est ce que vous ignorez mon amour pour les soi-disant faux débats? Pourquoi m'attarder sur cette distinction Black/Noir? Après tout, ce n'est que deux mots qui veulent dire la même chose sauf que l'un est en anglais et l'autre n'est que la traduction française du premier. Mon problème n'est pas phonétique. En réalité j'ai comme l'impression que la société française a un problème avec ce mot "noir" et lui préfère sa version anglo-saxonne "black".

Nous savons tous à quel point les français sont attachés à la protection de leur langue et veulent à tout prix lutter contre l'envahisseur américain en ces temps de mondialisation (bon j'exagère un peu ...ou peut être pas). Comment je perçois les deux? Sans titre. Voilà encore un truc qui m’agace, cette idée extrêmement répandue que l’orgasme féminin serait plus « fort », « intense » que celui des hommes .

sans titre

Bon, quand quelqu’un dit ça c’est pas bien méchant, ça mérite ptet pas de s’ énerver me direz-vous, (même si le vocabulaire choisi évoque irrésistiblement une pub pour du café ou du chocolat noir, on ne peut demander aux clichés d’être inventifs). Je vous répondrais que d’abord, je m’ énerve si je veux. Et que si, ensuite, ça pose des problèmes, ou tout du moins des questions. On fait face ici à un joli cas de sexisme bienveillant qui, de par son côté insidieux, est bien plus difficile à débusquer : parce qu’il n’y a là rien de grave, on en conclue un peu vite qu’il n’y a rien de problématique. Viol masculin vs viol féminin. En plus d’être un phénomène de société, dont personne ne parle, le viol revêt plusieurs échelles: un viol perpétré sur une personne est une chose différente que le viol utilisé dans les conflits armés, à grande échelle.

Viol masculin vs viol féminin

Néanmoins, il semble que les ressorts à l’œuvre derrière le viol, féminin comme masculin, soient quasi semblables, à quelques nuances près. Et tiennent de l’ordre du mythe, du symbole, et de l’image qu’on a et qu’on se fait d’un homme dans la société. Dans le détail, le viol est commis à 98% par des hommes en France, l’âge des victimes va de 2 à 85 ans, et les proportions avancées de viol d’hommes sont de l’ordre de 7 à 10% — les chiffres sont semblables dans d’autres pays. Les clichés les plus courants sur le viol sont le consentement plus ou moins tacite de la victime, la typologie de l’agresseur et une attitude sexuellement provocante de la part de la victime. Le viol individuel n’est reconnu comme crime que depuis 1980. Le viol suscite un étonnant silence.

Violences conjugales

Libraire free lance. Un éditeur en 5 minutes. Roflol...ou pas. Reflexions queers - Ceci est un manifeste queer. Féminisme. Féminisme et apparence. Je ne suis pas charmante. Trop une BADASS ! Rape culture. Sexisme ordinaire. Mecsplication. Marketing genré.

Féminisme et pop culture. Messieurs De Beauvoir. Webzines. Blog qui tchuent. Sex + Genre. Milfitude. Militantisme. Homophobie. Mariage pour tous. Les homos prisonniers de la cage aux folles. - Le rose et le noir.

Les homos prisonniers de la cage aux folles

DR. - Il y a de grandes affiches, partout en France, qui vous sautent au visage avec leurs couleurs vives. On y voit un Gérard Jugnot méconnaissable, les jambes gainées de blanc, le visage peinturluré, posé sur une fraise rose vif, une perle se balançant élégamment au bout de son oreille gauche. Avec cette photo et ce pitch, s'il fallait deviner une chose, une seule, sur le personnage que joue Gérard Jugnot dans Rose et noir (son nouveau film comme acteur et comme réalisateur), on trouverait tout de suite... Publicité Il y a de grandes affiches, partout dans Paris, qui vous sautent au visage avec leurs couleurs vives. L'homo, forcément, aime la déco Il n'y avait pas d'affiches mais on tombait dessus cet été à la télé, un peu tard le soir.

Pour convaincre son entourage qu'il est bien gay, cet homme s'intéresse pour la première fois à la déco (car l'homosexuel est fin décorateur), et aux vêtements. Julien Jeffredo: La gay pride n'est pas là pour donner une bonne image de l'homosexualité. "Le problème avec la gay pride, c'est qu'elle donne une mauvaise image de l'homosexualité".

Julien Jeffredo: La gay pride n'est pas là pour donner une bonne image de l'homosexualité

La phrase n'est pas hostile. Et pour cause, elle émane souvent d'un ami, de quelqu'un de gay friendly, voire d'un gay lui-même. Au-dessus de tout soupçon d'homophobie, donc. Alors, la gay pride doit-elle donner une bonne image des homosexuels? La question ne se pose pas. Cape d'invisibilité.