background preloader

Partie 2

Facebook Twitter

Tout savoir sur Sony Corporation - LesEchos Start. Sony, le géant redresse la tête. Kazuo Hirai, PDG depuis trois ans, est en train de rétablir la confiance.

Sony, le géant redresse la tête

Il a annoncé, le 22 avril, que les comptes du groupe nippon seraient meilleurs que prévu. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Jean-Baptiste Jacquin Mais que se passe-t-il au cœur de l’empire Sony ? C’est au moment où l’on s’y attend le moins que groupe japonais parvient à s’extraire de l’infernal tourbillon qui l’emportait depuis une décennie.

Au premier abord, tout semble immuable au pays du soleil levant. Rien ne bouge, mais tout change ! Pionnier de l’innovation Second facteur de surprise, l’ampleur de la correction. La perte nette de l’année, qui devrait être ramenée à 126 milliards de yens (contre 170 milliards anticipés en février), est essentiellement due aux provisions pour la restructuration de sa branche de téléphones mobiles annoncée à l’été (30 % des effectifs supprimés). Résultats Sony : moins de mobiles vendus, mais des bénéfices à la clé. Sony Mobile est à nouveau bénéficiaire.

Résultats Sony : moins de mobiles vendus, mais des bénéfices à la clé

Sur le dernier trimestre de l’année 2015, son troisième trimestre fiscal, la division du groupe est repassée dans le vert. Sony a-t-il vendu plus de smartphones pour autant ? Pas du tout. Alors, où est l’astuce ? Généralement, pour augmenter la marge d’exploitation d’une entreprise, vous avez deux moyens. Le Xperia M5 est le parfait exemple de la nouvelle stratégie mobile de Sony 36 % de mobiles vendus en moins, mais une marge qui double Et cela semble fonctionner. Il y a trois mois, nous faisions un constat similaire à celui que nous venons de faire : le chiffre d’affaires baissait d’une année sur l’autre (même beaucoup), mais la profitabilité de la division s’améliorait parallèlement. Les capteurs Exmor moins plebiscités. Si Sony va bien, ce n'est plus grâce à sa division mobile. C’est aujourd’hui le jour des résultats financiers, chez LG, Samsung ou encore Sony.

Si Sony va bien, ce n'est plus grâce à sa division mobile

Le Nippon dévoile ainsi des résultats globalement solides, mais entachés par une baisse de ses performances dans le domaine qui nous intéresse dans ces colonnes, soit sa division mobile, pour l’exercice fiscal 2015-2016. Si les bénéfices de Sony sont en hausse, ce n’est pas tout à fait pour ses performances dans l’univers du mobile. L’entreprise japonaise doit pour une large part son bénéfice net de 1,308 milliard de dollars, en nette hausse par rapport à l’année fiscale close au 31 mars 2015, aux consoles de jeux. La PlayStation 4, moteur de croissance pour Sony Malgré un chiffre d’affaires en légère baisse de 1,3 % sur un an, le Nippon affiche une excellente santé dans le domaine du jeu et des services associés.

C’est une tout autre chanson dans le domaine du mobile. La gamme Xperia X, nouvelle carte à jouer pour Sony. La PlayStation 4 coûte 381$ à construire. À 100$ de moins que son principal concurrent, tout indique que Sony ne vend pas sa console à perte pour la première fois depuis la PlayStation originale.

La PlayStation 4 coûte 381$ à construire

Au moment de son lancement, pour chaque PlayStation 3 qu’elle vendait, Sony perdait de l’argent. La stratégie de l’époque était celle du rasoir et des lames : vendre sa console à perte et réaliser son profit sur la vente de jeux. Ce modèle d’affaires s’est peut-être avéré trop risqué pour que l’entreprise nippone le répète à nouveau. «Si votre coût de fabrication est 10 à 20$ de moins que le prix de vente, il y a très peu de chance de faire un profit sur la console», conclut Rassweiler.

«Encore une fois, lorsqu’il s’agit de faire des profits, les jeux font toute la différence.» Voilà ce qui explique peut-être pourquoi la PlayStation 4 rompt avec cette tradition, instaurée chez Sony depuis au moins deux générations. Selon la firme de recherche IHS, la PS4 coûte environ 381$ à construire, incluant pièces et main d’œuvre.