background preloader

Une autre démocratie est possible

Facebook Twitter

Ce que disent les insurgés du hashtag. » Pourquoi suis-je clown activiste ? DevenezVousMême.Clown. (Témoignage historique du sous captaine mogette de la brigade des Green’pitres) Ce texte est avant tout une réflexion personnelle (et chaque clown peut avoir un témoignage différent et ne pas être d’accord bien entendu). C’est la vision à un instant T et aussi une stratégie pour mieux vivre. Témoignage : Depuis bientôt 3 ans (nous étions en 2009 quand ce témoignage est écrit), je pratique le clown activisme et cela a fortement modifié mes modes d’actions et ma façon d’aborder la vie. Constats : Après un certain nombre d’années de luttes plus ou moins violentes, une forme de routine militante s’est installée.

Bref, je me posais des questions sur l’efficacité de mon militantisme et de ce que cela apportait à ma joie de vivre. Il me fallait plus de joie de vivre, exactement les buts de l’armée des clowns ! Oui, pour arriver à cela, il faut modifier sa perception du temps, ne plus suivre celle que l’on nous impose. Stratégie : Pour l’instant, le clown est une étape expérimentale. Vive la vie. "Pauvreté des idées", "conformisme"… Les candidats à l'ENA étripés par le jury du concours d'entrée - 18 mars 2016. C'est un document décapant, qui en dit long sur les profils des candidats au concours d'entrée de la sacro-sainte Ecole nationale d'administration (ENA), la grande école des élites. "Absence de sens critique", "incapacité à prendre de la hauteur", "conformisme"...

Dans leur rapport des concours de l'année 2015, le premier depuis la réforme du test, les membres du jury, et au premier chef son président, l'énarque Jean-Paul Faugère, font un portrait enrichi à l'uranium de la cuvée 2015. "Pensées stéréotypées" Aucune des 9 épreuves d'admission et d'admissibilité n'est épargnée, malgré quelques remarques élogieuses égrenées de-ci de-là. A l'épreuve de "Question contemporaine", les postulants, qui prétendent aux plus hautes fonctions administratives, ont pu disserter sur le "sens de l'Etat".

Pour le jury, la majorité des copies pêchent "par excès de prudence plus encore que par manque d'imagination", et se satisfont de "pensées et de références stéréotypées". Auteurs abusivement cités. Insolite. À Rennes, ils ont organisé l'enterrement du PS ! Les mines sont tristes et les vêtements de circonstance. Ce matin, à l'initiative de la Bande optimiste utopiste fondée sur un faible espoir électoral (Bouffée pour les intimes), a eu lieu, place de la Mairie, l'enterrement du parti socialiste. « Nous sommes au regret de vous annoncer le décès de notre cher parti socialiste » explique un des membres de la Bouffée. « Il a disparu après une longue agonie entamée en 1936.

Une cérémonie en hommage au PS se déroulera ce samedi ». Une cérémonie qui ne voulait pas rester intime et qui « invitait la famille et les amis (ies) à venir nombreuses et nombreux à lui dire adieu. Vêtus de noir et avec une rose fanée si possible ». La cortège funéraire, après avoir quitté la place des Lices a rejoint la place de la Mairie pour les derniers hommages sous les yeux étonnés des Rennais et des touristes pas toujours compatissants. Le numérique, un outil au service de la démocratie locale. Dans quelle mesure le numérique contribue-t-il à renouveler la démocratie locale ? En élaborant le premier baromètre de la démocratie locale numérique, le think tank Décider ensemble, en partenariat avec OpenDataSoft et relayé par La Gazette des communes, a voulu apporter sa contribution à cette question qui a émergé avec la massification d’Internet et la multiplication d’outils numérique de participation citoyenne, dont certaines collectivités s’emparent depuis quelques années.

Les résultats de cette enquête (voir encadré) ont été présentés ce mardi 22 mars au Sénat. Les utilisateurs davantage convaincus Dans l’ensemble, 80%, les répondants estiment que les outils numériques sont un moyen de renforcer la participation citoyenne locale. On nuancera néanmoins ce chiffre en le mettant en regard du très faible retour : “194 collectivités ayant renseigné 55 outils numériques de démocratie locale”, mis en place par 44 collectivités, 10 collectivités en ayant deux, une trois. Focus Méthodologie. Attac ridiculise un colloque sur l’éthique organisé par le secteur bancaire. Une cinquantaine d’activistes se sont rassemblés devant la Fédération française des banques à Paris, jeudi 14 avril à partir de 8 h.

Ils dénonçaient la tenue d’un colloque intitulé « Ethique ou conduct : pour une culture de la responsabilité », auquel étaient conviés l’ancien directeur de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet, l’ancienne présidente du Medef Laurence Parisot, et surtout Frédéric Oudéa, le directeur général de la Société Générale, empêtré dans le scandale des Panama Papers. Arborant des nez rouges et chantant des slogans comme « On ira tous au paradis, Panama / qu’on soit Trichet ou Parisot, on ira », ils ont accueilli les participants en criant « nous aussi, on veut rigoler » et en leur distribuant de faux billets de 60 millions d’euros. L’économiste Thomas Coutrot a pris la parole pour dénoncer « plus de 974 sociétés-écrans de la Société Générale au Panama, révélées lors du scandale des Panama Papers. L’évasion fiscale coûte 1 000 euros par an et par Français. De 1791 à "Nuit debout", une brève histoire du mot "démocratie participative" Alors que "Nuit debout" remet à la Une des médias une soif de participation politique, une série d'archives radiophoniques éclairée par le politiste Loïc Blondiaux pour décrypter la notion de "démocratie participative" et ses corollaires dans le débat public.

"Nuit debout", avec ses ateliers constituants et autres formations à la prise de parole pour les femmes, signe-t-elle le renouveau de la participation politique ? A l'instar de celui d'Occupy Wall street à l'époque où il ne faisait pas complètement le plein mais racontait déjà quelque chose, le mouvement des places qui germe depuis le 31 mars dit la soif de démocratie autant que la soif de participation. Mais pas forcément le retour en force du concept de "démocratie participative" qui s'est galvaudé au fil des décennies. Le politiste Loïc Blondiaux, qui étudie les enjeux de la participation et de la citoyenneté de longue date, souligne qu'il n'utilise même plus le terme : Manifeste de Port Huron Écouter 1850 marque un second jalon.

Un député propose la consultation systématique des internautes pour tout projet de loi. Alors que la première consultation publique en ligne a eu lieu avec le projet de loi pour une République numérique, un député souhaite y soumettre tous les citoyens pour tout projet (gouvernement) ou proposition de loi (députés). Réaliste ? Et si la consultation publique en ligne des citoyens devenait la norme ? C’est un plein sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert (ça ne s’invente pas) que le député LR Patrice Martin-Lalande – celui-là même qui voulait remplacer le terme Internet par « l’internet » – a déposé sa proposition de loi organique (non encore publiée) visant à rendre obligatoire la consultation publique des citoyens avant tout projet oui proposition de loi Plus précisément à généraliser « la consultation publique en ligne, par l’internet, sur les textes de loi avant leur examen par le Parlement », comme le rapporte nos confrères de NextInpact.

Au-delà de Podemos, le pari municipaliste. En 2011, les places des villes espagnoles furent occupées par celles et ceux qui disaient stop à la corruption, aux injustices sociales, au gouvernement par la dette et à la violence de l’État. La Puerta del Sol à Madrid ou la Plaça Catalunya à Barcelone, entre autres, étaient devenues de grands campements où s’expérimentaient la démocratie directe et la solidarité retrouvée. Cinq ans plus tard, à Paris et partout en France, il y a comme un air de famille entre ce mouvement dit des « indigné.e.s », débuté un 15 mai (15-M) de l’autre côté des Pyrénées, et la Nuit Debout, initiée un 31 et 32 mars, avec ses places occupées et ses assemblées générales qui ne veulent pas en finir.

Les différences existent, certes, mais certains aspects dessinent une courbe historique commune. En octobre 2015, CQFD avait fait un détour de trois semaines vers le Sud. Barcelone, Madrid, El Coronil, Puerto Real, Cadix... Autant de villes dont la municipalité avait échappé aux logiques de parti. Démocratie participative : de Paris à Reykjavik, des outils au service des citoyens. Des citoyens qui aident les élus et leurs services à bâtir le futur des collectivités territoriales, c’est aujourd’hui une réalité à l’échelle mondiale, qui compte déjà plusieurs partisans en France. Pour ce faire, de nombreux outils participatifs ont été conçus et sont utilisés, notamment par les communes. Ils permettent de recueillir les idées, avis et votes de chacun avec pour but de financer ensuite les projets de demain, la finalité étant bien la co-construction de ces derniers.

Paris, l’exemple français le plus frappant Pour bâtir une ville juste, progressiste et durable, l’intelligence collective est notre plus grande force. L’échange et le débat sont nos outils les plus puissants. Ces propos sont signés Anne Hidalgo, Maire de Paris, qui a décidé de consacrer 5% du budget d’investissement de la ville sur l’ensemble de sa mandature, soit 480 millions d’euros, pour financer des projets proposés par des citoyens. L’élue a notamment lancé un débat autour de la Loire et de ses usages. Saint-Brieuc. Attac22 bloque l'accès à la société générale - Bretagne - LeTelegramme.fr. Dieu a tué 2,8 millions de personnes dans la Bible. Steve Wells est l’auteur d’un livre que tout bon catholique devrait lire.

Dans Drunk With Blood: God’s Killings In The Bible (qu’on pourrait traduire par «Ivre de sang: les meurtres de Dieu dans la Bible») il dénombre et analyse tous les meurtres et exécutions de Dieu. Le résultat est effarant: lorsqu’on se contente de regarder les assassinats et génocides pour lesquels il existe un décompte précis, on arrive au chiffre phénoménal de 2,8 millions de morts, résume Vocativ. C’est bien plus que le génocide arménien et le génocide rwandais réunis. Et c’est aussi bien plus que Satan, qui n’est l’auteur que de dix morts dans l’Ancien et le Nouveau Testament, ou même que Game of Thrones, dont le cimetière comporte 704 morts. Jusqu’à 25 millions de victimes Parmi ces morts, il y a 160 meurtres directs (des personnes que Dieu a tuées lui-même) et 2.821.364 morts indirectes, que Dieu a orchestrées ou auxquelles il a participé. Répertoire baroque de meurtres Autocrate incriticable. 10 questions pour comprendre les budgets participatifs – lesbudgetsparticipatifs.fr.

Les budgets participatifs suscitent bien des questions et toujours une curiosité enthousiaste parmi les citoyens que rencontre lesbudgetsparticipatifs.fr. Nous en avons sélectionné une dizaine et avons tâché d’y répondre le plus simplement possible. 1- Un budget participatif, c’est quoi ? C’est d’abord de l’argent et donc du pouvoir. Gouverner, c’est prévoir. Mais gouverner, c’est faire des choix entre des projets, entre des politiques publiques qui, par nature, sont financées par le budget de la collectivité. L’argent alloué par la mairie donne, avec le budget participatif, du pouvoir aux citoyens non élus, le pouvoir de proposer, voter et donc décider de projets pour leur ville. 2- Du pouvoir, de l’argent… mais beaucoup d’argent ? En général, les budgets participatifs représentent autour de 5% du budget d’investissement de la collectivité, c’est à dire 5% du budget qui finance les projets « en dur », à l’image des écoles, des crèches, des routes ou encore des espaces verts.

« Les hackers créent les cultures de la désobéissance dont nous avons besoin » Anthropologue de formation, Gabriella Coleman est devenue spécialiste de la culture hacker et notamment du groupe Anonymous, après avoir passé des années à étudier le monde du logiciel libre. Elle est probablement la personne qui connaît le mieux le groupe Anonymous sans pour autant en faire partie, et son livre sur le mouvement a récemment été traduit en français. Elle était de passage à Paris le week-end dernier, pour prononcer la conférence inaugurale du festival Hors Pistes au Centre Pompidou. Elle nous a parlé des hackers et, surtout, de leur politique, mais aussi, parce que nous étions à 500 mètres de la place de la République occupée par « Nuit debout », de leurs liens avec les mouvements d’occupation. « Des groupes décentralisés », « sans leaders », qui « préservent la conflictualité »... Gabriella Coleman : C’est vrai que ça résonne. De son côté, le monde des hackers a sa propre histoire de décentralisation.

C’est Wikileaks qui a été le tournant. C’est assez fou en fait. Les athées, une espèce en voie de disparition ? Civic Tech : et si l’innovation vous rendait le pouvoir. Par Farid Gueham.Un article de Trop Libre La Civic Tech regroupe l’ensemble des technologies et innovations au service de la participation citoyenne et de la démocratie ouverte. Une technologie civique dont la finalité serait de renforcer le lien démocratique entre citoyens et gouvernements, afin de permettre, tantôt d’accroître le pouvoir des citoyens sur la vie politique, tantôt de rendre un gouvernement plus accessible et plus efficient.

Là encore, il convient de distinguer d’une part les initiatives gouvernementales, le plus souvent axées sur l’ouverture du gouvernement, des initiatives citoyennes, concentrées autour de la participation et de l’inclusion. De l’opengov à la e-concertation citoyenne, le mouvement de la Civic Tech englobe une multitude d’initiatives. Derrière l’innovation, une quête de sens et un désir profond de renouvellement politique. Et si le véritable enjeu de la civic tech était, en fait, de trouver des réponses aux désirs d’alternatives politiques ? Sur le web. Obtenir l’organisation des Jeux Olympiques est (aussi) un piège.

Dans quel état sera l'économie brésilienne, et plus encore la société brésilienne, le 5 août 2016, jour de l'ouverture des XXXIèmes Jeux Olympiques de l'ère moderne ? Il n'aura échappé à personne que l'économie brésilienne va mal. Après un période de forte expansion, le géant sud-américain s'enfonce dans le marasme : croissance nulle en 2014, récession de 3,8 % en 2015, prévision de récession de 3 % en 2016. Si la baisse du prix du pétrole explique en partie le ralentissement brésilien, la sortie de piste est aussi imputable à de multiples autres facteurs. Il y a bien sûr la corruption qui ronge le pays jusqu'au sommet de l’État, mais il y a aussi le poids des dépenses consenties pour l'organisation de la coupe du monde de football puis celles engagées pour les jeux olympiques.

Si l'on rapproche la situation brésilienne de celle vécue par le Grèce 12 ans plus tôt, on ne manque pas de remarquer de troublantes coïncidences. Pour "tenir" jusqu'à Rio 2016, le Brésil a "bidonné" ses chiffres. Les "civic techs", dernière chance de décloisonner la politique ?

Explosion des pétitions en ligne, manifestations quotidiennes de dépit et de colère sur les réseaux sociaux... nous vivons une époque de frustration politique intense. Chaque semaine, l'actualité nous dépeint un peu plus l'état déconnecté et déprimant de la vie politique de notre pays. À l'origine conçus pour être des lieux de débats, de construction et de synthèse pour inventer la société de demain, les partis politiques dominants sont devenus au fil des ans de simples machines à élire aux pratiques monopolistiques, des lieux de pouvoir sans âme, où le débat d'idées devient secondaire et dans lesquels s'affrontent les intérêts personnels avec pour unique but la conquête du pouvoir.

Face à cela, les citoyens s'organisent pour reprendre en main la vie politique de leur pays, et ce dans le dernier espace qui échappe à la mainmise des partis politiques : le numérique. Déverrouiller le système politique par le numérique L'émergence de civic techs Vers la fin d'un monopole. #OnVautMieuxQueÇa : le futur de la révolte sociale est-il numérique ? - Politique. Il commente les questions au gouvernement à la manière d'un tournoi de jeux vidéo - 17 février 2016. Budget participatif. Début du vote, jeudi, à Rennes. Désintox du «vrai-faux» du gouvernement, la suite. Qu'est-ce que NationBuilder, le CMS qui veut renouveler la démocratie ? - Politique.

Une mobilisation jamais vue sur Internet. «Respect My Net» : la neutralité du Net sous surveillance citoyenne. Le revenu de base universel sera débattu cette semaine au Sénat - Politique. Islande : les Pirates à l'abordage. Un Kit pour connaître et faire connaître ce qu'est une SCOP ! La députée Isabelle Attard fait évoluer son jury citoyen. Sur Arte radio, des souvenirs de manifs. Partis politiques, à vos archives ! Grenoble lance un droit d’interpellation "qui donne du pouvoir d’agir" Face à l'état d'urgence, des conseils de vigilance citoyenne se multiplient en France.

Religion. Pourquoi tant d’Islandais se sont-ils convertis au zuisme ces derniers jours ? En politique comme dans les entreprises, “les médiocres ont pris le pouvoir” - Idées. Le rire comme manifestation publique. Projet Arcadie vous informe sur les élus candidats aux Régionales - Business. Histoire de l'éducation populaire. Rencontre avec Pablo Soto, le geek de Podemos. Pirate Party Beats Iceland's Government Coalition in the Polls. Manifeste pour une contre-offensive intellectuelle et politique. Vers un « mouvement commun » ouvert aux citoyens pour refonder la gauche.

Créer du lien, le prochain défi du numérique ? Marre de la politique à la papa ? Essayez les Civic Tech - 20 octobre 2015. En Grèce : « L’Agora du futur, c’est Internet » Vers une démocratie sans intermédiaire ? Entretien avec Laurent Chemla. Twitter, n'appliquez pas le droit à l'oubli aux politiques. TRACKS Summer of Peace : l'humour noir contre la guerre. Faute d'avoir Internet, les Cubains se font livrer chaque semaine le meilleur du Web sur clé USB. Comment "dix personnes sur Twitter" ont fait capoter la candidature de Boston aux JO. S'engager avec Geoffroy de Lagasnerie. Budget participatif : 77 propositions soumises au vote des Parisiens à la rentrée.

Plus fort que les lobbies, des citoyens réinventent l’aéroport de Nantes. Démocratie liquide. Des pirates en campagne. Hacker le parlement. Allocution du premier ministre Alexis Tsipras au peuple grec. Le choix au peuple souverain. Référendum. -- Alexis TSIPRAS. Publication d'un mémoire citoyen au Conseil Constitutionnel contre la loi Renseignement. De Madrid à Barcelone, avec Podemos, « parti internet »… Si se puede ! - Noël toute l’année. Tafta / report : "victoire mobilisation citoyenne" (ATTAC) Élections régionales : vers un raz-de-marée citoyen ! par Joseph Boussion | Politis. A Barcelone, la liste citoyenne et écolo est arrivée en tête des élections. Les idées neuves sont-elles en dehors des partis ?

Rien à cacher : un collectif tance l'argument en captant des discussions en secret - Politique. Les sénateurs au bout du fil : « Allo ?! Bonjour, je suis un citoyen ! » À Béziers, ils résistent encore et toujours à Robert Ménard. Budget participatif. Apostasie Pour Tous, générateur de lettres de débaptisation personnalisées. (20+) Démocratie ouverte : si loi si proche. Parlement & Citoyens. Traité de libre-échange UE-USA : pourquoi villes et régions se rebellent. ”24 heures avant 1984” : les opposants au projet de loi renseignement ne désarment pas. Sur Facebook, l’extrême gauche fait aussi du LOL. « Reboote la France ! » Des geeks veulent prendre l’Elysée. La politique : un métier. «La contestation doit passer par des actions plus créatives et joyeuses» Petit recueil de 18 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi. Des logiciels pour déconstruire la rhétorique du Front national et des Le Pen.

Santé. Des communes créent leurs « mutuelles de village » Les informations de la municipalité parisienne. Des anarcho-punks aux finances publiques… à Reykjavík. Élus, dormez tranquilles, les citoyens connectés veillent ! Le Web, avenir radieux du prolétariat ? « La révolution sera numérique » : le manifeste de John Doe, le lanceur d’alerte des « Panama papers » Pour un boycott actif de l’élection présidentielle. Travailler en SCOP, qu’est-ce que ça change pour le salarié ?

Domaine public : le Luxembourg propose un calculateur européen. Démocratie Ouverte - Collectif de transition démocratique. Un réseau de frigos en accès libre pour lutter contre le gaspillage (en Allemagne, évidemment) Comment réenchanter la politique ? Des jeans sous licence libre, tissés dans les Vosges - Le blog de l'association GOALL. Rhône Alpes: EELV propose une expérimentation de revenu minimum d'existence. Des jeans sous licence libre, tissés dans les Vosges - Le blog de l'association GOALL. Démocratie locale à Rennes. Sur 5 % du budget, les citoyens décideront. Dossier GPII : Grands projets inutiles imposés. La carte de France des alternatives écologiques et sociales.