background preloader

Ils n'ont pas fait l'économie de se taire

Facebook Twitter

Et si le vote devenait obligatoire ? Et si le vote devenait obligatoire ?

Et si le vote devenait obligatoire ?

A deux semaines d’élections départementales qui promettent une abstention record, le co-président du groupe écologiste à l’Assemblée, François de Rugy, a décidé de s’attaquer au problème. "Je vais déposer une proposition de loi à l'Assemblée nationale cette semaine pour le vote obligatoire", a annoncé le député de Loire-Atlantique, invité de Sud radio mercredi 11 mars. "Si on veut que les élections aient du sens, que les élus aient davantage de légitimité, il faut prendre des mesures, le vote obligatoire en fait partie", a expliqué le parlementaire, partisan d’une "amende de 35 euros qui peut être minorée à 22" pour les abstentionnistes.

Xavier Alberti sur Twitter : "Terrible constat: Niveau de vie selon les générations... le cas alarmant des jeunes français. #GénérationSacrifiée. Le meilleur du pire de la semaine sur Twitter : pétage de plomb sur Alstom ! La TV rend fou. Les approximations de Nicolas Baverez sur les exportations françaises et allemandes. Quelle n’a pas été ma surprise de lire, dans Le Point, sous la plume de Nicolas Baverez, que depuis l’élection de François Hollande "les exportations baissent de 2% quand elles ont augmenté de 8% en Allemagne et en Espagne".

Les approximations de Nicolas Baverez sur les exportations françaises et allemandes

Oh, mais ça fait très peur tout ça. On aimerait bien consulter la source statistique sur laquelle s’appuie notre historien, mais ce dernier n’en fournit point. Or, l’Insee, dans sa dernière Note de conjoncture, n’annonce-t-elle pas un rebond de l’ensemble des exportations françaises? En réalité, Nicolas Baverez est allé chercher son chiffre dans les statistiques du ministère de l’économie, qui nous informent que les exportations françaises de biens (et uniquement de biens) ont diminué de 1,9% entre le second semestre 2012 et le premier semestre 2013. Delphine Batho raconte n'importe quoi. Alors que le débat organisé par le gouvernement sur l'énergie tire à sa fin et que la CRE publie un rapport qui suggère d' augmenter fortement les tarifs de l'électricité , Delphine Batho donne une interview au Figaro , intitulée Consommer moins d'énergie fabriquera de la croissance .

On ne peut que regretter qu'elle y dise en grande partie n'importe quoi. Elle nous déclare donc, dès la première question, que la nouveauté, c'est que l'investissement dans la réduction de la consommation d'énergie fabriquera de la croissance . Il y a deux façons de comprendre cette phrase, qui mène à deux impasses différentes. La première, c'est que les investissements dans les économies d'énergie permettent de diminuer la quantité d'énergie nécessaire pour créer un 1€ de PIB. Le coût oublié de la suppression des 35h - Les dessous du social. S'il y a un sujet social qui empoisonne la droite depuis 10 ans, c'est bien celui des 35 heures. Les exécutifs précédents - les gouvernements Raffarin, Villepin et Fillon - ont eu beau les raboter dans tous les sens, elles sont toujours une réalité pour des millions de salariés qui ne voudraient, pour rien au monde, aujourd'hui s'en passer.

Qu'on le veuille ou non, les 35 heures sont devenues "un acquis social" sur lequel il sera difficile de revenir. Invité dimanche soir du "Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro" , Jean-François Copé a réaffirmé son intention, louable, de les supprimer. Outre qu'elles brident la compétitivité de la France, le président de l' UMP a développé un autre argument : leur coût, "de 15 à 20 milliards d'euros par an" , une vraie gageure dans ses temps de disette budgétaire. Signé Furax: le diésel qui tue - epi.proteos.info - Pale Moon. Le 1er mars dernier, la Cour des Comptes a publié un référé pour faire des remontrances au gouvernement sur la question des taxes sur les carburants.

Signé Furax: le diésel qui tue - epi.proteos.info - Pale Moon

En effet, le gouvernement n'inclut pas dans la liste des dépenses fiscales l'exonération du kérosène pour les avions, la fiscalité avantageuse du diésel ainsi que celle du charbon. Peut-on faire baisser les prix des logements? Pour Stéphane Soumier, il y a urgence à réduire les prix de l'immobilier, en particulier en région parisienne.

Peut-on faire baisser les prix des logements?

Les prix ont monté considérablement: 6% en moyenne par an en France depuis 1996, 19% de hausse en Ile de France depuis 2008. François Bayrou vous trompe sur le chômage. Pouvoir d’achat : Pierre Moscovici repeint en noir le quinquennat Sarkozy. Taubira et les drapeaux français brûlés : démontage d'une rumeur. Le Pen, Rodrik et l’Euro. Madame Le Pen a pris l’habitude de citer des économistes pour défendre sa proposition d’un retour au Franc (Alain Cotta, Jacques Sapir, Paul Krugman).

Le Pen, Rodrik et l’Euro

Au palmarès du FN, le dernier cité est Dani Rodrik. Il y a fort à parier que ceci ne plaise pas à l’intéressé. En effet, Rodrik s’inquiète de la montée de l’extrême droite en Europe et redoute une explosion désordonnée de la zone euro. Il voit dans ce scénario le prochain cauchemar de l’Europe. L’économiste est un euro-sceptique modéré qui rejette la faute sur le manque d’ambition des leaders européens qui n’ont pas armé la zone euro pour qu’elle résiste à la crise des dettes souveraines.

L’Euro n’est pas une mauvaise action, mais une construction inaboutie. En effet, si la Grèce et l’Italie n’inspirent pas confiance, c’est parce qu’il n’existe pas sur le continent les mécanismes de transferts et de solidarité financière que l’on rencontre aux Etats-Unis. Prime de 1000 euros: l'Elysée en panic-mode. Pourquoi les politiques sont-ils brouillés avec les chiffres? Chaque lundi, l'économiste Alexandre Delaigue pose une question économique qui fâche politiquement.

Pourquoi les politiques sont-ils brouillés avec les chiffres?

Comme toutes les campagnes électorales, la campagne 2012 sera certainement riche en promesses, promotion de politiques en cours, ou proposées, appuyées sur des chiffres approximatifs et des affirmations mal prouvées. A la différence des campagnes précédentes, toutefois, on peut noter que la presse est de plus en plus attentive à la culture de la vérification des affirmations des politiques. Le fact-checking est une excellente chose; mais la culture de vérification qu'il implique devrait se traduire dans le domaine des politiques en véritable culture de l'évaluation; et dans ce domaine, beaucoup reste à faire. L'évaluation des politiques publiques reste très insuffisante en France.

Insuffisante évaluation des politiques Combien d'emplois ont été créés par la TVA à taux réduit dans la restauration ?