background preloader

Transparence

Facebook Twitter

Dossier "Transparence" (Raison Publique) La transparence dans la conduite des affaires publiques. Origines et sens d’une exigence. In the darkness of secrecy, sinister interest and evil in every shape, have full swing. […] Where there is no publicity there is no justice [1].

La transparence dans la conduite des affaires publiques. Origines et sens d’une exigence

Introduction [2] Au cours de ces dernières décennies, la transparence dans la conduite des affaires publiques s’est imposée comme une exigence, largement relayée par le discours politique et la littérature contemporaine sur le contrôle et la responsabilité des gouvernants. La législation récente accompagne d’ailleurs ce mouvement [3]. Cet engouement manifeste pour la transparence a suscité des travaux académiques très nombreux, mais qui, à notre sens, font l’impasse sur deux aspects qui justifient une nouvelle étude sur le sujet. Premièrement, dans la littérature, très peu de travaux reviennent sur la genèse du concept de transparence. Le point de rupture La transparence enracine sa légitimité dans la seconde moitié du XVIIIe siècle en Europe.

Transparence versus publicité. Transparence - raison-publique.fr. Introduction La norme de transparence, contrôle du pouvoir ou contrôle du réel ?

Transparence - raison-publique.fr

Du droit de regard des citoyens à l’effacement du sujet « Le mot de l’année ? » titrait Laurent Joffrin, directeur de Libération, dans son éditorial du 31 décembre 2010 : « Transparence, évidemment ». Et d’égrener : Wikileaks, les conversations privées devenues publiques, les caméras de surveillance, toute la lumière attendue sur l’affaire du Médiator, l’affaire Bettencourt, et celle de l’attentat de Karachi, l’exigence de transparence des salaires, des bonus, des modèles mathématiques et des pratiques numériques. La transparence apparaît comme la nouvelle norme de bonne conduite dans tous les domaines, administratif, financier, social. Ce constat et cette évaluation émanent d’un journaliste, caisse de résonance de l’air du temps. Multiplicité des usages et polysémie de la « transparence » De là un premier enjeu important de ce dossier. Une carte collaborative de la corruption en France. Depuis deux ans, des bénévoles cartographient les condamnations pour corruption dans le privé et le public.

Une carte collaborative de la corruption en France

Une base de données unique. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Claire Legros Raymond Bonomo n’a pas le profil habituel du geek. Cela n’empêche pas ce retraité, bénévole à l’association Transparency France, d’actualiser chaque jour, depuis l’ordinateur de son domicile, l’unique base de données publiques des condamnations pour corruption et manquements à la probité en France. Depuis deux ans, il passe environ une heure tous les matins à recenser les condamnations prononcées par la justice française dans les affaires de manquements à la probité dans le privé et le public. Fabien Schwebel, 26 ans, lui aussi bénévole à Transparency France, s’occupe de la partie technique depuis Dubaï où il travaille comme ingénieur en informatique.

Une cartographie unique en France En l’absence pour le moment de données centralisées et publiques, leur carte collaborative est la seule du genre en France. Justice, morale, politique : ce que la transparence fait à la démocratie. Des affaires comme s’il en pleuvait… non on ne vous parle pas des soldes mais du retour de ce vieux démon de la vie politique Française : le rapport plutôt compliqué que les élus entretiennent avec l’argent public.

Justice, morale, politique : ce que la transparence fait à la démocratie

PenelopeGate ou lancement d’En Marche ! , « Ristournes » des sénateurs ex-UMP ou affaire des attachés parlementaires européens du Front National… à chaque fois, ce qui est en cause c’est l’utilisation discrétionnaire de sommes destinées normalement au bon fonctionnement de la vie démocratique, et détournées pour un profit personnel ou politique. La défense habituelle contre les boules puantes lancées par un « système » qui cherche à abattre trois candidats en pleine dynamique, trois candidats qui dérangent – François Fillon, Marine Le Pen ou Emmanuel Macron – trouvent sans doute une certaine justification.

Après tout, ces affaires sortent à un moment précis et servent d’arme politique. Mais l’excuse semble de moins en moins bien fonctionner. Transparency demande aux candidats à la présidentielle de s’engager sur l’éthique et la transparence. L’initiative de l’association vise à « redonner de l’oxygène à la démocratie ».

Transparency demande aux candidats à la présidentielle de s’engager sur l’éthique et la transparence

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne Michel L’exercice s’est installé dans la vie démocratique française. Mais il prend cette année, en pleine affaire Fillon, un relief particulier. Lire aussi : Les neuf failles de la défense de François Fillon Jeudi 9 février, l’association anticorruption Transparency International France devait adresser ses « lettres aux candidats » à l’élection présidentielle de 2017, comme elle le fait chaque année depuis dix ans à chaque scrutin (présidentiel, législatif, municipal, européen), afin qu’ils s’engagent sur des mesures concrètes, destinées à renforcer l’éthique et la transparence dans la vie publique. « Des thèmes centraux du débat public, au cœur des préoccupations des Français », estime Transparency.

Contexte de défiance « C’est notre façon de contribuer au débat un mois avant le scrutin.