background preloader

Stratégie

Facebook Twitter

Ces promotions qui fragilisent les marchés... - Bazar. Une énième conséquence dela guerre des prix.

Ces promotions qui fragilisent les marchés... - Bazar

Ces promotions qui fragilisent les marchés... - Bazar. Promos non rentables pour les industriels :... La plupart des promotions en magasin ne sont pas rentables pour les industriels. La spirale promotionnelle se poursuit, mais la rentabilité se dégrade.La dernière analyse de Nielsen relève les opportunités d'amélioration pour les marques.

La plupart des promotions en magasin ne sont pas rentables pour les industriels.

Cergy - le 25 juin 2015. 6 promotions magasin sur 10 ne sont pas rentables pour les industriels des PGC (Produits de Grande Consommation), et la situation empire - d'après une analyse des tendances sur 3 ans, réalisée par Nielsen, prestataire mondial d'informations et d’insights sur ce que les consommateurs regardent et achètent. Chaque année, ce sont près de 500 milliards de dollars qui sont dépensés en promotions à travers le monde, par des industriels PGC accordant bien souvent 20% de leur revenu à ces promotions.

Marques et enseignes fans de jeux, Industrie & Services. Coûteux pour les marques puisqu'il pèse sur les comptes d'exploitation, le système des remises pourrait perdre du terrain au profit de jeux permettant de gagner la totalité de son chariot de courses. « Les deux tiers des Français achètent au moins une fois par an un produit de la Française des Jeux », constate Cyril Marchal, le fondateur de Lucky Cart.

Marques et enseignes fans de jeux, Industrie & Services

Depuis cinq ans, cette société s'est spécialisée dans le « promogaming » en marque blanche pour le compte de grandes marques et d'enseignes. Ces dernières tirent parti d'une modification de la loi française qui, jusqu'à un passé récent, interdisait les jeux avec obligation d'achat. La Cour européenne de justice a mis un terme à ce veto et a popularisé ces jeux en ligne. Le phénomène gagne l'ensemble de la distribution. Comment promos, offres ciblées et comparateurs détériorent l'image du "prix juste" J-7 avant les soldes d'été.

Comment promos, offres ciblées et comparateurs détériorent l'image du "prix juste"

Mais rarement cette période pourtant cruciale pour les commerçants n'aura eu si peu de sens aux yeux des consommateurs, en quête "de bonnes affaires". Car qu'est-ce encore qu'une "bonne affaire" quand quotidiennement de nouvelles promos se bousculent dans votre boite mail, vos sms, et bientôt sur votre montre connectée ? Premier constat en tous cas, ce n'est plus pendant les soldes qu'elles sont les plus intéressantes.

En effet, même rallongés en raison de la suppression des soldes flottants (ils démarrent le 24 juin et se termineront le 4 août), les soldes sont relégués au second plan dans les méthodes des Français qui souhaitent répondre à un besoin ou se faire plaisir tout en évitant de payer le prix fort. C'est du moins ce qui ressort de plusieurs sondages sur le sujet commandés par des distributeurs et diffusés à l'approche des soldes (cf encadré plus bas) Le programme de fidélité doit faire sa... Dépassés.

Le programme de fidélité doit faire sa...

Voici en résumé l'analyse faite par Dia-Mart Consulting sur les programmes de fidélité des enseignes françaises de distribution spécialisée. Les médias, premiers déclencheurs d’achats... - PGC - Produit de grande consommation. Les médias, de puissants vecteurs pour déclencher l’achat.

Les médias, premiers déclencheurs d’achats... - PGC - Produit de grande consommation

C’est en somme le principal message que délivre l’étude de Kantar World Panel, qui a réalisé pour la première fois pour NRJ Global, la régie medias du groupe NRJ, une enquête auprès de 4 000 personnes âgées entre 25 et 49 ans. Objectif : identifier quels sont les canaux qui influencent le plus les actes d’achat de cette population. Méthodologie : cette étude déclarative a été menée auprès de 96 marques de référence dans la grande consommation qui concerne 12 grands marchés (boissons, entretien, confiserie, cosmétiques…) entre les mois de mars et juin 2014.

Du côté des différents canaux, 7 ont été passés à la loupe : les medias, les différents contenus en ligne, la promotion sur le lieu de vente (en rayon, sur les charriots etc. ) les promotions (échantillons, coupons…) les magazines de marques, l’évenementiel (le sponsoring des marques) et enfin, le bouche à oreille. Retail : les nouveaux virages de la promotion - Marketing Pro. [Tribune] Le shopper n'est pas le consommateur et il n'appartient à personne ! Promo : attention à la stratégie à court terme! - Stratégies. Les fêtes de fin d'année étaient à peine finies que débutaient les soldes.

Promo : attention à la stratégie à court terme! - Stratégies

Pour la grande distribution, c'est une période d'intense rivalité promotionnelle: l'enseigne peut espérer accroître son trafic et - par une présentation alléchante des produits - amener la clientèle à augmenter son panier moyen. Le consommateur, qui bénéficie de 20, 30 voire 50% de réduction (deux produits pour le prix d'un), fait une bonne affaire. Quant à la marque, elle voit ses ventes se multiplier en quelques jours. Bref, chacun a de quoi être content. Sauf qu'à y regarder de près, tout le monde n'est pas forcément gagnant. Depuis quelques années, sous la pression des enseignes qui se livrent une concurrence exacerbée et qui ont besoin sans cesse d'augmenter le trafic de leurs consommateurs, les marques sont poussées à intensifier l'effort promotionnel.

Cannibalisme de marque. Renouveau: la promo sort du lot - E-marketing.fr. Crise oblige, la guerre des promotions devrait battre son plein en 2012.

Renouveau: la promo sort du lot - E-marketing.fr

Les consommateurs recherchent des réductions et du discount, une demande largement relayée par les enseignes, qui mettent sous pression les fabricants pour trouver des promotions toujours plus innovantes et différenciantes. Promotions, des milliards de gains... - LSA. LSA - Que représente précisément, en valeur, la gratuité dans les grandes surfaces ?

Promotions, des milliards de gains... - LSA

Laurent Zeller - Aux alentours de 3,7 milliards d’euros cette année, soit 380 millions d’euros de plus qu’en 2013, dont 291 rien que sur les Nip. Le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur, l’investissement en gratuité a doublé en dix ans. La somme globale est générée à 81% via les offres proposées en prospectus sous la forme de nouveaux instruments promotionnels (Nip), et, à 19%, hors prospectus, notamment les mises en avant (MEA) et les réductions proposées en fond de rayon. Pour isoler ces chiffres, nous avons mené un travail énorme de codage des opérations promotionnelles passant en caisses.

Reinventer (d'urgence) la promo - Olivier Dauvers.