background preloader

Les dynasties

Facebook Twitter

Chronologie des dynasties chinoises. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ce qui suit est une chronologie des dynasties majeures dans l'histoire de la Chine. Généralité et avertissements[modifier | modifier le code] L'histoire de la Chine est rarement aussi nette que ne le laisse entendre son étude systématique par dynastie : il est en effet rare qu'une dynastie s'éteigne calmement et laisse la place rapidement et en douceur à la dynastie suivante. La seconde dynastie est souvent établie avant la chute finale du pouvoir précédent et elle continue souvent un temps encore après sa chute, sous la forme de prétendants isolés sur les marges, espérant encore faire renaître la dynastie de leurs grands ancêtres récemment déposés.

De plus, la Chine a eu de longue périodes de divisions, différentes régions étant alors gouvernées par des groupes différents, et habitées par des populations et des cultures différentes. Chronologie des dynasties[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Dynastie Xia (2100 - 1600 av JC) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Xia. Carte du territoire de la dynastie Xia Selon l'historiographie traditionnelle chinoise, la dynastie Xia (en chinois : 夏朝 ; en pinyin : xia cháo) aurait été la première des Trois dynasties (三代, sān dài) de la Chine pré-impériale.

Fondée par Yu le Grand, elle aurait régné de 2205 à 1767 avant notre ère selon la chronologie traditionnelle chinoise, ou de 2070 à 1570 avant notre ère selon d'autres chronologies. La communauté scientifique internationale en dehors de la Chine considère cette dynastie comme un mythe d'origine qui pourrait avoir été composé au premier millénaire avant notre ère. Chronologie[modifier | modifier le code] Selon l’historiographie traditionnelle chinoise (Shiji et Annales de bambou), la dynastie Xia a été la première de l’histoire de la Chine. Plus grave, aucune source écrite antérieure au Shujing ne mentionne les Xia. Yu le Grand[modifier | modifier le code] Le fils de Qi fut Taikang. Dynastie Shang (1600 - 1046 av JC) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Shang. Dynastie Shang 商朝 (zh) 1570 av.

J. La dynastie Shang, en chinois 商朝, est selon l'historiographie chinoise la deuxième dynastie royale à avoir dominé la Chine, des environs de 1570 à 1045 av. Depuis les années 1930, les trouvailles d'inscriptions oraculaires sur des os et des écailles de tortue à Anyang dans le Henan ont révélé que s'y trouvait alors la dernière capitale des rois Shang, Yinxu, durant la période allant d'environ 1250 à 1050 av. Cette période, qui couvre une vaste partie du IIe millénaire, voit de nombreux changements se produire dans la Plaine centrale de Chine, avant tout à partir du foyer situé dans la vallée du fleuve Jaune d'où émerge la dynastie Shang.

L'histoire traditionnelle : la deuxième dynastie chinoise[modifier | modifier le code] Les rois Shang selon la tradition historiographique chinoise[modifier | modifier le code] Proposition de restitution du complexe palatial d'Erlitou. Dynastie Zhou (1046 - 256 av JC) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article concerne la première dynastie Zhou, durant l'Antiquité. Pour la seconde, voir Wu Zetian (VIIe siècle après J. -C.), unique monarque de cette dynastie éphémère.

Dynastie Zhou 周朝 (zh) Territoire approximatif des Zhou vers -1000 La dynastie Zhou (chinois : 周朝 ; pinyin : Zhōu Cháo ; Wade : Chou1 Ch'ao2 ; EFEO : Tcheou) est selon l'historiographie traditionnelle la troisième dynastie chinoise. Une autre dynastie nommée Zhou exista entre 690 et 705 de notre ère (voir Wu Zetian). Histoire[modifier | modifier le code] Fondation[modifier | modifier le code] La dynastie Zhou fut la dynastie la plus longue de l'empire chinois, elle dura presque un millénaire. Après avoir renversé les Shang, Wen Wang fondateur de la dynastie Zhou essaie d’administrer le pays avec Zhougong, son oncle.

Zhou de l'Ouest[modifier | modifier le code] La civilisation des Zhou occidentaux. La première période de cette dynastie, de sa fondation jusqu'à l'an 771 av. Période des Printemps et Automnes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette évolution politique s'accompagne d'évolutions sociales et culturelles, surtout évidentes à partir de la seconde moitié du VIIe siècle av. J. -C. : d'abord fidèles aux traditions héritées de la période des Zhou occidentaux, avec une culture relativement homogène, les principautés dégagées de l'autorité et l'influence dominante de l'ancien centre politique et culturel affirment leur autonomie. Cette période voit donc des cultures régionales émerger, visibles notamment dans l'art et les pratiques funéraires, tandis qu'un nouvel ordre politique se met lentement en place, substituant à l'ancien ordre fondé sur des rapports personnels et les lignages une nouvelle organisation politique et sociale plus abstraite et systématique, qui est consacrée par la suite sous les Royaumes combattants.

Sources[modifier | modifier le code] Cadre géopolitique et culturel[modifier | modifier le code] Les États de la Plaine centrale[modifier | modifier le code] Période des Royaumes combattants. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La période des Royaumes combattants (chinois simplifié : 战国 ; chinois traditionnel : 戰國 ; pinyin : zhànguó ; littéralement : « pays (guó) en guerre (zhàn) »), s'étend en Chine, du Ve siècle av. J. -C. à l'unification des royaumes chinois par la dynastie Qin en 221 av. J. -C.. Ce nom lui est donné tardivement, par référence aux Stratagèmes des Royaumes combattants, ouvrage portant sur cette période. Les sources[modifier | modifier le code] Les textes de la tradition chinoise[modifier | modifier le code] Le même problème se pose pour les autres sources écrites de la période, conservées par la tradition chinoise ultérieure. Les sites archéologiques[modifier | modifier le code] Les textes retrouvés par l'archéologie[modifier | modifier le code] Grâce à ces découvertes, il est possible de connaître l'état antérieur de certains textes que la tradition chinoise a « canonisés » par la suite.

Le cadre géopolitique et culturel[modifier | modifier le code] Dynastie Qin (221 - 206 av JC) et (25 - 220) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Qin. Dynastie Qin 秦 (zh) 221 av. J. -C. – 206 av. J. Extension maximale des territoires de la dynastie Qin en 210 av. L'empire Qin est le produit des évolutions de l’État de Qin qui apparaît dans les régions occidentales au début du IXe siècle av. De nombreuses mesures centralisatrices visant à la cohésion du nouvel empire accompagnent la politique d'unification de la Chine : standardisation des poids et des mesures, adoption d'une seule monnaie et d'une seule écriture, construction de la Grande Muraille qui fixe le territoire impérial.

Malgré sa puissance militaire, la dynastie Qin ne s'impose pas durablement. Sources[modifier | modifier le code] Depuis quelques décennies, des découvertes archéologiques ont permis d'enrichir la documentation historique disponible sur l'empire Qin. Histoire[modifier | modifier le code] Origines et premiers développements[modifier | modifier le code] Dynastie Han (206 av JC / - 9 ap JC) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes, voir Han. Vue générale de la période[modifier | modifier le code] Bien que 202 av. J. -C. soit l’année de sa proclamation officielle par Han Gaozu, les historiens la font généralement débuter en 206 av. J. -C., lorsque celui-ci entre à Xianyang, ancienne capitale des Qin. L'Empire Han était divisé entre les commanderies, territoires sous administration directe du pouvoir central, et un certain nombre de royaumes semi-indépendants, mais qui furent dépouillés progressivement de leur autonomie, notamment après la Rébellion des sept États. Ces campagnes virent l'expansion des Han vers le bassin du Tarim en Asie centrale, et les missions d'exploration de Zhang Qian permirent la mise en place du vaste réseau de routes commerciales qui sera connu comme la Route de la soie, reliant la Chine au monde Méditerranéen. Les empereurs et leur État[modifier | modifier le code] Han occidentaux[modifier | modifier le code]

Dynastie Xin (9 - 26) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode. Dynastie Xin 新朝 (zh) La dynastie Xin (新朝 Xīn Cháo, « nouvelle dynastie ») est une dynastie chinoise du Ier siècle de notre ère n'ayant compté qu'un seul empereur. Son fondateur, Wáng Măng (王莽), un dignitaire de la dynastie Han, s'est emparé du pouvoir en 9 apr. Ascension de Wang Mang[modifier | modifier le code] Origines de Wang Mang[modifier | modifier le code] Wáng Măng (également appelé Jujun 巨君) appartenait au clan Wang originaire du district de Wei 魏 dans le Hebei.

Premières fonctions, parentèle, et image confucéenne[modifier | modifier le code] Finalement, il se rapproche de Wang Feng 王鳳, un oncle titulaire d'un poste important à la cour (sima 司馬). Retraite et retour[modifier | modifier le code] Soutenu à la cour, il revient à la capitale en 2 av. Trois Royaumes de Chine (220 - 265)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Localisation des Trois royaumes vers 262. La période des « Trois Royaumes » (三國 ; pinyin : Sānguó), dans l’histoire chinoise, commence en 220 après la chute de la dynastie Han (漢) et s'achève avec la réunification de la Chine par la dynastie des Jin occidentaux en 280. Les trois royaumes sont ceux de Wei (魏) au Nord le long du fleuve Jaune, de Wu (吳) dans le Sud-Est, et de Shu (蜀) dans le bassin du Sichuan. Cette brève période inaugure cette époque où l'ancien empire Han étant fragmenté, s'ensuivent plus de trois siècles de séparation entre la Chine du Nord et la Chine du Sud, durant un « Haut Moyen Âge » chinois.

Sources[modifier | modifier le code] L'histoire politique du IIIe siècle est connue grâce à trois sources historiographiques faisant partie des histoires officielles que chacune des dynasties dominant la Chine est censée faire rédiger sur celle qui l'a précédée. Les provinces à la fin de l'empire Han, vers 189. Dynastie Jin (265-420) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Jin. Dynastie Jin 晉 (zh) Territoire de la dynastie Jin dans sa plus grande étendue, vers 280 La dynastie Jin appartient à la période dite des « Six Dynasties » (220-589) : la période des Trois Royaumes (220-260: 40 ans), la dynastie des Jin occidentaux ou Jin antérieurs (265-316: 51 ans), la dynastie des Jin orientaux Chine du Sud (317-420: 103 ans), les Seize Royaumes, en Chine du Nord (304-439: 135 ans), les dynasties du Nord et du Sud (420-589: 169 ans).

Elle connut rapidement son apogée militaire avec la conquête des Wu en 280 qui reconstitua l’empire, mais dut constamment lutter contre les seigneurs de guerre et souverains des ethnies non Han qui finirent par occuper le Nord. Le déplacement de la cour et de l’aristocratie dans la région de l’actuelle Nankin à la fin des Jin occidentaux contribua à la poursuite de l’intégration du Sud dans l’empire. La nymphe de la rivière Luo. Dynasties du Nord et du Sud (420 - 581) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les dynasties du Nord et du Sud (南北朝 ; pinyin : Nánběicháo), en Chine, ont succédé durant la première moitié du Ve siècle aux Seize Royaumes du Nord (317-439) et à la dynastie Jin du Sud (317-420) pour prendre fin en 589, avec la réunification par la dynastie Sui leur succédant.

Durant cette période de quasiment deux siècles, les dynasties du Nord et du Sud furent constituées de neuf dynasties principales, cinq au Nord et quatre au Sud. En dépit de leur opposition politique et culturelle, le Nord et le Sud connaissent des évolutions similaires durant cette période : ouverture accrue vers l'extérieur, adoption du bouddhisme comme religion principale aussi bien chez les élites que dans la population, importance des chefs de guerre face aux faiblesses récurrentes des empereurs, etc. Contexte géopolitique et culturel[modifier | modifier le code] Une période de division[modifier | modifier le code] L'échec de l'unification des Jin de l'Ouest Le Nord.

Dynastie Sui (581 - 618) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dynastie Sui 隋朝 (zh) Le territoire des Sui La dynastie Sui (chinois : 隋朝 ; pinyin : Suí cháo) (581-618[1]) succède aux dynasties du Nord et du Sud et précède la dynastie Tang, en Chine. La dynastie Sui est une dynastie pivot dans l'histoire de la Chine dans la mesure où elle met fin à quatre siècles de division, et impose par ses réformes et ses grands travaux une unité qui sera à partir d'elle vue comme naturelle. Wendi et la fondation de la dynastie Sui[modifier | modifier le code] Lorsque le puissant général Yang Jian des Zhou du Nord défait le déclinant Royaume des Qi du Nord en 577, la Chine du Nord se trouve dans un moment clef d'avantage militaire face à la Chine du Sud.

La dynastie Sui se dessine lorsque la fille du puissant Yang Jian devient impératrice douairière des Zhou du Nord, avec son beau-fils occupant le trône. Bouddhisme[modifier | modifier le code] Flânerie sur le printemps, par Zhan Ziqian, période Sui. Dynastie Tang (618 - 907) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dynastie Tang 唐朝 (zh) La Chine des Tang vers l'an 700 La dynastie Tang (chinois : 唐朝 ; Wade : T'ang ; EFEO : T'ang, Ten quelquefois) (18 juin 618 - 1er juin 907) est une dynastie chinoise précédée par la dynastie Sui (581-618) et suivie par la période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes.

Elle a été fondée par la famille Li, qui prit le pouvoir durant le déclin et la chute de l'empire Sui. Venant après une longue période de division de la Chine qui dura de 220 à 581, à laquelle l'éphémère dynastie Sui avait mis fin, les premiers empereurs de cette dynastie eurent d'abord pour tâche de stabiliser l'empire récemment réunifier, et de lui redonner la puissance qu'avait eue la Chine à l'époque des Han. L'histoire de la dynastie bascula en 755 avec la révolte d'An Lushan, conséquence dramatique des évolutions politiques et militaires de l'empire à la période de son apogée. L'âge d'or de l'empire Tang (618-755)[modifier | modifier le code] Période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes (907 - 960) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes (chinois simplifié : 五代十国 ; chinois traditionnel : 五代十國 ; pinyin : Wǔdài Shíguó) est une ère de bouleversement politique en Chine entre 907 et 979, faisant suite à la chute de la dynastie Tang et précédant la dynastie Song.

Durant cette période, cinq dynasties se succèdent rapidement dans le nord de la Chine, pendant que plus de 12 états indépendants sont fondés principalement dans le sud. Traditionnellement, seulement dix royaumes sont répertoriés. Certains historiens, comme Bo Yang, comptent 11 royaumes en incorporant les états de Yan et Qi, mais en excluant les Han du Nord, considérés comme la continuation des Han postérieurs. Cette époque aboutit également à la fondation de la dynastie Liao dans le Nord de la Chine. La Chine en 923, avec la dynastie des Liang postérieurs (en jaune) et les royaumes contemporains. Les Cinq Dynasties sont : Contexte[modifier | modifier le code] Chine du Nord. Dynastie Song (960 - 1279) Dynastie Liao (916 - 1125) Dynastie Jin (1115-1234) Dynastie Yuan (1271 - 1368) Dynastie Ming (1368 - 1644) Dynastie Qing (1644 - 1912)