background preloader

Les alphabets

Facebook Twitter

Histoire de l'alphabet. Systèmes d'écriture Le langage a d'abord été écrit au moyen d'images, simples illustrations mnémotechniques (un peu à la façon des signes actuels de la circulation routière), c'est le stade pictographique (exemple: écriture chinoise ou cunéiforme).

Histoire de l'alphabet

Puis certaines images simplifiées furent choisies pour représenter des syllabes (exemples: hiéroglyphes égyptiens, katakana japonais) c'est le stade syllabique. Certains caractères furent ensuite pris pour représenter les sons fondamentaux du langage articulé : les bruits produits par la bouche ou la gorge (consonnes) ou les cordes vocales (voyelles), chaque signe correspondant à un son, c'est le stade alphabétique.

Origine de l'alphabet Si différents systèmes d'écriture ont pu naître séparément à des époques et en des lieux divers (Mésopotamie, Égypte, Chine, Amérique précolombienne), il semble bien que les écritures alphabétiques aient une origine unique.. Pierre de Moab (ou stèle de Mésa). Alphabet. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alphabet

Un alphabet (de alpha et bêta, les deux premières lettres de l’alphabet grec, dérivé de l'alphabet phénicien) est un ensemble de symboles destiné à représenter plus ou moins précisément les phonèmes d’une langue. Chacun de ces symboles, ou graphèmes, est aussi appelé « lettre ». Dans les cas les plus simples chaque lettre correspond à un phonème de la langue et inversement. Certaines lettres peuvent recevoir un ou plusieurs diacritiques afin d’étendre le stock de graphèmes si celui-ci est insuffisant pour noter les sons de la langue ou permettre d’éviter les ambiguïtés. De la même manière, un alphabet peut être étendu par l’utilisation de digrammes ou encore de lettres supplémentaires. Alphabet protosinaïtique. Généalogie des écritures dérivées du protosinaïtique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Généalogie des écritures dérivées du protosinaïtique

Diffusion des écritures d'origine protosinaïtique depuis l'Inde vers l'Asie de l'Est. Cet article présente une généalogie des systèmes d'écriture dérivés du protosinaïtique. Description[modifier | modifier le code] Les premiers alphabets du bronze moyen furent adaptés des hiéroglyphes égyptiens. Il est possible qu'un alphabet indépendant, l'alphabet méroïtique, ait également été adapté des hiéroglyphes. Parmi les systèmes qui ne dérivent pas du protosinaïtique, on trouve le hangeul, le santâlî, le bopomofo et le méroïtique. Généalogie[modifier | modifier le code] Les dates indiquées sont les dates approchées de la création des systèmes d'écriture. Les lieux indiqués entre parenthèses sont les noms de la région moderne correspondant à celle où fut communément utilisé chaque écriture pour la première fois.

Les systèmes encore utilisés de nos jours sont mis en évidence en gras. Voir aussi[modifier | modifier le code] Alphabet phénicien. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alphabet phénicien

L'alphabet phénicien (appelé par convention alphabet protocananéen pour les inscriptions antérieures à 1200 av. J. -C.) est un ancien abjad, un alphabet consonantique non-pictographique[1]. Alphabet araméen. Alphabet paléo-hébraïque. Alphabet hébreu. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alphabet hébreu

L’alphabet hébreu (he)האלפבית העברי (haˈalefbet haivri)[1] est un alphabet consonantique (abjad) dont les graphèmes se développèrent à partir de ceux de l’alphabet araméen. Les Hébreux appellent leur alphabet /ˈalefbet/, /ˈalef/ et /bet/ en étant les deux premières lettres. Cet alphabet est utilisé pour écrire l'hébreu, mais aussi certaines judéolangues : le judéo-arabe (Al Yahudiyya), le yiddish (ou judéo-allemand), et aussi autrefois d’autres langues sémitiques ou encore régionalement des langues indo-aryennes parlées par la diaspora juive.

Histoire de l’écriture hébraïque[modifier | modifier le code] L’archéologie montre que l’écriture hébraïque ancienne est proche de l’écriture phénicienne qui s’est répandue au Moyen-Orient à la fin du IIe millénaire avant l’ère chrétienne. Selon la tradition juive, leur écriture était formée à l’époque de Moïse, bien que le rôle d’Esdras soit reconnu pour sa contribution à l’écriture carrée. Alphabet ougaritique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alphabet ougaritique

L'alphabet ougaritique est une forme d'alphabet attesté dans la ville d'Ougarit entre le XVe et le début du XIIIe siècle av. J. -C. Alphasyllabaire éthiopien. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alphasyllabaire éthiopien

Cet article concerne l'écriture guèze. Pour la langue guèze, voir Guèze. L'alphasyllabaire guèze ou ge'ez, ou plus largement alphasyllabaire éthiopien, est un système d'écriture alphasyllabique utilisé principalement en Éthiopie et Érythrée. Dans les langues qui l'utilisent actuellement, comme l'amharique ou le tigrigna, cette écriture est appelée fidäl (ፊደል). La version de base, utilisée à l'origine pour écrire le guèze, comporte 26 signes consonantiques, qui connaissent sept variations (ou ordres) vocaliques permettant de dénoter une consonne suivie de diverses voyelles.

Alphabet arabe. Alphabet grec. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alphabet grec

Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode. Alphabet étrusque. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alphabet étrusque

Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode. L’alphabet étrusque était l'alphabet utilisé par les Étrusques pour noter leur langue. Il comporte 26 lettres (dans le modèle d'alphabet) dont quatre ne sont jamais utilisées en étrusque (B C D O).

Historique[modifier | modifier le code] Alphabet latin. Onciale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Onciale

Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode. L’onciale est une graphie particulière des alphabets latin et grec utilisée du IIIe au VIIIe siècles. Elle a été créée à partir de la majuscule et de l’ancienne cursive romaine.

C’est l’écriture par excellence des codex, adaptée à la plume. Au début du IXe siècle, la minuscule caroline tend à la remplacer et elle n’est plus utilisée que pour tracer les débuts de livres, de chapitres ou de sections, à la manière de nos majuscules. Minuscule caroline. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Caroline. Minuscule Caroline dans un parchemin du Xe siècle. Alphabet cyrillique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode. Il est notable que la valeur phonétique des lettres empruntées correspond, mutatis mutandis, à celle qu’elles avaient dans le grec de l’époque.

Par exemple, le Β bêta (prononcé [b] en grec classique, mais [v] en grec médiéval) est devenu le В (v) cyrillique ; il a donc fallu créer une lettre de façon à obtenir un graphème pour le phonème [b], en l’occurrence une modification du ve, soit Б. Depuis l’entrée de la Bulgarie dans l’Union européenne le , le cyrillique est devenu le troisième alphabet officiel de l’Union européenne après le latin et le grec. Alphabet gotique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode. L'alphabet gotique est un alphabet utilisé exclusivement pour noter la langue gotique de Wulfila, de la Skeireins et de divers manuscrits en langue gotique. C'est un alphabet original inventé vraisemblablement par Wulfila lui-même et qui n'a rien à voir avec ce qu'on appelle communément les « lettres gothiques », qui sont, elles, des lettres de l'alphabet latin telle qu'écrites en Occident dans les manuscrits du XIIe au XIVe siècles, devenues plus tard ce que l'on désigne en Allemagne sous le terme de Fraktur.

Alphabet japonais : Gojūon. Un Alphabet : le Tifinagh.