background preloader

Les rayonnements électromagnétiques

Facebook Twitter

Rayonnement électromagnétique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le rayonnement électromagnétique peut être décrit de manière corpusculaire comme la propagation de photons (boson vecteur de l'interaction électromagnétique), ou de manière ondulatoire comme une onde électromagnétique. Il se manifeste sous la forme d'un champ électrique couplé à un champ magnétique. L'onde électromagnétique et le photon[modifier | modifier le code] La lumière désigne un rayonnement électromagnétique visible par l'œil humain. Les ondes radio, les rayons X et γ sont également des rayonnements électromagnétiques[1]. Du fait de la dualité onde-corpuscule, les rayonnements électromagnétiques peuvent se modéliser de deux manières complémentaires : où est la constante de Planck. L'impulsion du photon est égale à L'énergie des photons d'une onde électromagnétique se conserve lors de la traversée de différents milieux transparents (par contre, une certaine proportion de photons peut être absorbée).

La longueur d'onde est égale à : Lumière. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Lumière perçue dans le noir. La lumière étant indispensable à la vision, et par conséquent à une part importante du bien-être et de la vie sociale, l'éclairage est une spécialité industrielle, et qui fait l'objet de normes légales. La lumière transporte l'énergie solaire jusqu'à la surface de la terre et maintient l'équilibre de l'environnement naturel, avec la regénération de l'oxygène par la chlorophylle des plantes.

La lumière a une forte valeur symbolique ; permettant de percevoir les objets avant de les toucher, elle s'associe, dans toutes les cultures humaines, à la connaissance. Propagation et perception[modifier | modifier le code] La lumière se déplace en ligne droite dans tout milieu transparent homogène, en particulier le vide ou l'air. Photométrie[modifier | modifier le code] Couleur[modifier | modifier le code] Histoire de l'étude de la lumière[modifier | modifier le code] Antiquité[modifier | modifier le code] Rayon X.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Divers systèmes utilisant les rayons X sont déjà utilisés pour la surveillance aux frontières et dans les aéroports, sur les objets et véhicules. D'autres sont en test ou à l'étude concernant l'humain. Les rayons X sont une forme de rayonnement électromagnétique à haute fréquence constitué de photons dont la longueur d'onde est comprise approximativement entre 0,01 nanomètre et 10 nanomètres (10-11 m et 10-8 m), correspondant à des fréquences de 30 pétahertz à 30 exahertz (3×1016 Hz à 3×1019 Hz). L'énergie de ces photons va de quelques eV (électron-volt), à plusieurs dizaines de MeV. C'est un rayonnement ionisant utilisé dans de nombreuses applications dont l'imagerie médicale (« radiographie conventionnelle »[1]) et la cristallographie. Les rayons X ont été découverts en 1895 par le physicien allemand Wilhelm Röntgen, qui a reçu pour cela le premier prix Nobel de physique ; il lui donna le nom habituel de l'inconnue en mathématiques, X.

Rayon X. Une des premières radiographies prise par Wilhelm Röntgen. Les rayons X sont une forme de rayonnement électromagnétique à haute fréquence dont la longueur d'onde est comprise approximativement entre 5 picomètres et 10 nanomètres. L'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) de ces photons va de quelques eV (électron-volt), à plusieurs dizaines de MeV.

C'est un rayonnement ionisant (Un rayonnement ionisant est un rayonnement qui produit des ionisations dans la matière qu'il traverse. Pour les rayons ionisants, il y a beaucoup d'usages pratiques, mais ces rayons sont aussi dangereux...) utilisé dans de nombreuses applications dont l'imagerie médicale et la cristallographie. Historique À la fin du XIXe siècle, Wilhelm Röntgen, comme de nombreux physiciens de l'époque, se passionne pour les rayons cathodiques (On nomme rayons cathodiques une éjection continue d'électrons.

Rayon gamma. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les rayons gamma sont produits par des processus nucléaires énergétiques au cœur des noyaux atomiques. Un rayon gamma désigne le rayonnement électromagnétique produit par la désexcitation d'un noyau atomique résultant d'une désintégration. Ce processus d'émission est appelé radioactivité gamma. Usuellement, on appelle rayons gamma les rayonnements issus de l'annihilation d'une paire électron-positron. Les rayonnements gamma ont des longueurs d'ondes inférieures à 1 picomètre (<10-12 m) et des fréquences supérieures à 30 exahertz (>3×1019 Hz). Ils peuvent avoir une énergie allant de quelques keV[1] à plusieurs centaines de GeV. La découverte des rayons gamma en 1900 est due à Paul Villard, chimiste français (1860-1934). Caractéristiques[modifier | modifier le code] Les rayons gamma sont plus pénétrants que les rayonnements alpha et les bêta, mais sont moins ionisants.

Les sources cosmiques du rayonnement gamma[modifier | modifier le code] Ici : Radioactivité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Radio. Pictogramme signalant un risque d'irradiation. (☢) « Poudre Tho-Radia, à base de radium et thorium, selon la formule du Dr Alfred Curie... ».

La radioactivité, phénomène qui fut découvert en 1896 par Henri Becquerel sur l'uranium et très vite confirmé par Marie Curie pour le radium, est un phénomène physique naturel au cours duquel des noyaux atomiques instables, dits radioisotopes, se transforment spontanément (« désintégration »), en dégageant de l'énergie sous forme de rayonnements divers, en des noyaux atomiques plus stables ayant perdu une partie de leur masse. Les rayonnements ainsi émis sont appelés, selon le cas, des rayons α, des rayons β ou des rayons γ. Les radioisotopes les plus fréquents dans les roches terrestres sont l'isotope 238 de l'uranium (238U), l'isotope 232 du thorium (232Th), et surtout l'isotope 40 du potassium (40K).

Histoire[modifier | modifier le code] Radioactivité. Incidences des rayonnements électromagnétiques sur la santé. Incidences des rayonnements électromagnétiques sur la santé Rayonnements radiofréquence et électromagnétique (I) Quel risque sanitaire encourons-nous à vivre trop près d'une ligne à haute tension, d'un pylône de télécommunications ou à trop utiliser notre ordinateur, à regarder de trop près un écran cathodique ou à utiliser trop souvent notre GSM ? Ce sont des questions que les gens se posent parfois, mais souvent en sous-entendant et sans rien connaître du sujet qu'il y a un risque de "radiation" à installer un pylône d'émission à proximité de leur habitation, sans penser que leurs appareils domestiques sont parfois plus néfastes ! Mais rassurez-vous, en général le risque est très faible voire insignifiant pour la santé tant que les distances de sécurité sont respectées.

Ce travail a été préparé par des radioamateurs membres du comité de sécurité RF de l'ARRL et coordonné par le Dr Robert E. Gold, WBØKIZ. Définitions Le spectre électromagnétique est divisé en fréquences. Effets du courant.