background preloader

Actualité articles 2 - Mars

Facebook Twitter

Comprendre Mars. Creuser, sonder, analyser le sol Une équipe de chercheurs de la NASA a découvert dans une météorite martienne retrouvée sur Terre des indices qui permettent de penser que la vie a existé sur Mars. D'après certains scientifiques, la structure cylindrique vue ici serait le fossile d'une forme de vie martienne primitive. (Source : NASA/Johnson Space Center) Les scientifiques peuvent reconstituer l'histoire de Mars en étudiant sa géologie.

Quelques instruments requis à cette fin sont conçus pour creuser, sonder et analyser le sol et ce qui se trouve au-dessous. À titre d'exemple, le laboratoire de chimie du Microscopy, Electrochemistry, and Conductivity Analyzer (MECA) de l'atterrisseur martien de Phoenix goûte les échantillons de sol en les dissolvant dans l'eau. L'analyseur TEGA (Thermal and Evolved Gas Analyzer) étudie d'autres propriétés du sol martien. On suppose que Mars a perdu une grande partie de son atmosphère après avoir subi l'impact d'astéroïdes tôt dans son histoire. Mars, une nouvelle Terre ? Mars, un «livre ouvert» sur les premiers âges de la Terre. Tous les mois dans Le Figaro, des membres de l'Académie des sciences répondent aux grandes questions de l'actualité scientifique. Sylvestre Maurice, astronome à l'Observatoire Midi-Pyrénées et planétologue à l'IRAP*. Née de collisions cosmiques il y a 4,6 milliards d'années (Ma), la Terre fourmille aujourd'hui de vie.

Mais quand cette dernière est-elle apparue? Astronomes, biologistes, géologues et scientifiques de tous horizons ont trouvé les preuves d'une vie très primitive il y a 2,7 Ma. Un plus petit nombre voudrait repousser cette limite à 3,5 Ma, mais avec beaucoup d'incertitudes. Depuis deux décennies, cette quête des origines prend une forme plus physico-chimique que biologique: à quelle époque la Terre est-elle devenue non pas habitée mais habitable?

Définir les paramètres de l'habitabilité d'une planète est complexe car cela suppose une définition de la vie. De l'eau liquide sur Terre dès le début Des Chnops et de l'énergie, la Terre en avait à ses débuts. Un nuage martien intrigue les astronomes. Le 20 mars dernier, l'astronome américain Wayne Jaeschke a photographié un étonnant nuage d'altitude sur le bord de la Planète rouge. © W. Jaeschke Un nuage martien intrigue les astronomes - 2 Photos Découvrez la planète Mars en image Après son passage au plus près de la Terre le 3 mars dernier, la quatrième planète du Système solaire s'est éloignée de nous dans le ciel et on pouvait penser que les astronomes amateurs allaient tourner leurs télescopes vers d'autres cibles célestes. Si nombreux sont ceux qui profitent actuellement du spectacle qu'offrent Jupiter et Vénus au crépuscule, quelques irréductibles armés de gros télescopes continuent cependant d'observer et de photographier la planète Mars.

C'est le cas de l'Américain Wayne Jaeschke, l'heureux possesseur d'un télescope de 356 millimètres de diamètre. On sait maintenant que ce ne devait pas être le cas, un nuage de ce type ne pouvant atteindre une telle altitude (plusieurs dizaines de kilomètres) sur Mars. Sur le même sujet. Vie sur Mars : le méthane pourrait provenir des météorites. Un échantillon de la météorite de Murchison. © Wikipédia-Basilicofresco Vie sur Mars : le méthane pourrait provenir des météorites - 2 Photos À lire, le dossier Y a-t-il de la vie sur Mars ? D’après les conditions physicochimiques régnant dans l’atmosphère martienne, on savait que des molécules de méthane ne pouvaient pas y subsister longtemps, 300 ans tout au plus. Ce fut donc une surprise lorsque des planétologues annoncèrent en 2003 avoir trouvé des indications de sa présence dans l’atmosphère de Mars. Pour expliquer la présence de ce méthane malgré les conditions peu propices à sa conservation dans l’atmosphère martienne, on pouvait faire intervenir des formes de vie bactériennes dont l’activité était maximale pendant la saison estivale et dans les zones géographiques les plus chaudes.

À gauche, il s'agit d'une carte des teneurs en méthane superposée à une carte topographique. Les chercheurs sont tout de même prudents. A voir aussi sur Internet Sur le même sujet. La vie serait possible en de nombreux endroits de Mars. Publication d’un groupe de scientifiques australiens* dans la revue« Astrobiology », volume 11-numéro 10, du lundi 12 décembre 2011. *Eriita G. Jones et Charles H. Lineweaver de l’Australian National University (« ANU ») ; *Jonathan D. Article de Discovery News sur un contenu AFP accessible en anglais sur le site de la Mars Society: traduction de Pierre Brisson. L'article original de la revue "Astrobiologie", en anglais, est disponible sur: Les scientifiques australiens auteurs de cette publication ont modélisé les conditions prévalant sur Mars afin d'examiner l’habitabilité de la Planète Rouge.

. « Ce que nous avons tout simplement essayé de faire, c’est de prendre presque toutes les informations dont nous disposions, les mettre ensemble et dire : « cette vue globale est-elle compatible avec une vie sur Mars? Commentaires : La recherche de la vie sur Mars se complique. Pendant au moins 4,2 milliards d'années, la planète rouge a fabriqué des molécules organiques, riches en carbone, par des processus purement géologiques. Ce résultat, tiré de l'analyse de onze météorites martiennes, va peut-être compliquer la tâche du rover américain Curiosity — qui doit se poser dans le cratère martien Gale le 6 août 2012. Il signifie en tout cas que la détection de ces molécules par Curiosity ne pourra pas être considérée comme la trace d'une vie passée.

Il tranche aussi un vieux débat chez les planétologues. Organique n'est pas vivant Contrairement à ce que laisse penser leur nom, hérité d'une époque où on les croyait consubstantielles du vivant, les molécules organiques ne sont pas spécifiquement liées à la vie. Sur Terre, certaines réactions chimiques abiotiques les produisent aussi. Mais jusqu'à aujourd'hui, il n'était pas clair que ces réactions puissent avoir lieu sur Mars. Une contamination sur Terre était toujours possible. Formées dans les roches Guider Curiosity.

Des signes de vie sur Mars découverts dès 1976 ? La vie sur Mars aurait été retrouvée dès 1976. En effet, en réétudiant des données datant d’il y a plus de 30 ans, des scientifiques pensent que des microbes avaient été collectés lors des missions menées par les sondes Vikings 1 et 2. En 1976, la NASA envoyait les sondes Vikings 1 et 2 vers Mars. Leur mission était alors de déterminer si oui ou non, la vie avait un jour été présente sur la Planète rouge. Parmi les différentes expériences menées sur place, certaines consistaient à mélanger du sol martien avec une goutte d’eau contenant des nutriments et des atomes de carbone radioactifs. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Malheureusement, comme le souligne Joseph Miller, un neurobiologiste de l’université de Californie, "à la seconde où vous mélangez un échantillon de sol avec des nutriments vous obtenez un taux de près de 10.000 molécules radioactives bien éloigné du taux de 50 à 60 qui constitue habituellement le sol sur Mars".

Mars fut un jour propice à l'apparition de la vie. VIDÉO - Curiosity a découvert les vestiges d'un lac d'eau douce contenant tous les ingrédients nécessaires à l'émergence de bactéries primitives. On ne sait pas encore si Mars a abrité la vie, mais on est désormais certain que toutes les conditions furent un jour réunies pour que ce soit envisageable. «C'est une révolution scientifique», s'enthousiasme Sylvestre Maurice, planétologue à l'IRAP (CNRS - Université Toulouse 3). «La Terre n'est pas une exception. Il y a plus de 3 milliards d'années, une de nos plus proches voisines réunissait elle aussi tous les ingrédients pour voir la vie apparaître.»

À savoir de l'eau douce liquide stagnante dans un milieu d'une grande diversité chimique et minéralogique. Après un peu plus d'un an sur la planète rouge, le rover Curiosity de la Nasa a réuni toutes les preuves nécessaires pour rendre la nouvelle officielle. De la rivière au lac Cette destination avait d'ailleurs été choisie car on y distinguait les vestiges apparents d'un écoulement d'eau. Mars, une planète plus complexe que prévu › Espace. Les cinq études consacrées aux dernières mesures effectuées par Curiosity, publiées le 27 septembre 2013 dans la revue Science, dressent le portrait d'une planète encore plus complexe que prévu.

À l'évidence, la planète Mars est encore plus complexe que ce qui était supposé jusqu'ici par les scientifiques. Tel est le constat qui s'impose à la suite de la publication le 27 septembre 2013 dans la revue Science des cinq études consacrées aux dernières analyses de Curiosity sur le sol martien, dont celle révélant la forte présence d'eau dans la oussière recouvrant la surface de Mars (lire « Curiosity trouve de l’eau dans le sol de Mars »). Prenons l’exemple de l’étude « The Petrochemistry of Jake_M: A Martian Mugearite », qui porte sur l'analyse de « Jake_M », cette étrange roche de forme triangulaire, baptisée du nom de Jacob "Jake" Matijevic, un ingénieur américain du Mars Science Laboratory décédé deux semaines après l'arrivée de Curiosity sur Mars.

Que révèlent ces travaux ? Exploration de Mars : le "Grand Canyon" de la planète rouge dévoilé en 3D. Préparez-vous à admirer Mars sous un autre jour. Loin des roches et poussières communément associées à la planète rouge, Mars Express, le satellite de l'Agence Spatiale Européenne (ESA) a photographié des images captivantes du "Grand Canyon" martien. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Huit kilomètres de profondeur pour 315 km de long sur 125 km de large. Vues 3D du canyon Grâce à ces récentes images, les scientifiques espèrent pouvoir étudier Hebes Chasma ainsi que son réseau de canyons environnants afin d'en apprendre plus sur la formation géologique de Mars.

Mars Express a photographié la région en fonction de trois fréquences différentes afin d'offrir une vue du canyon selon des angles et des points de vue différents. Une formation ancienne Petit à petit, au cours des premiers milliards d'années de la planète, la colline de Tharsis s'est retrouvée engloutie par le magma. Des caractéristiques particulières (Crédit photo : European Space Agency) Une météorite pourrait expliquer comment Mars est devenue une planète rocheuse. Pourquoi Mars est-elle cette planète désertique et rocheuse que nous connaissons - de loin - actuellement ? C'est la question à laquelle pourrait permettre de répondre une météorite martienne. Selon des chercheurs, la météorite Lafayette montre des signes de carbonatation - lorsque les minéraux absorbent du CO² en réaction à un contact avec de l'eau. "La carbonatation pourrait être ce qui a transformé Mars en pierre", expliquent-ils.

Ce processus n'est d'ailleurs pas propre à Mars et se fait naturellement sur Terre. La météorite Lafayette, de 4,5 cm de diamètre, a été découverte en 1931 dans l'Indiana (Etats-Unis) et serait tombée sur Terre il y a environ 3 000 ans. Les scientifiques ne s'emballent toutefois pas et restent prudents. Mars.